Déclarations du Premier ministre Sorin Grindeanu au commencement de la réunion du Gouvernement

11 Mai

M. Sorin Grindeanu: Bonjour! Il y a quelques minutes nous avons conclu, en compagnie de quelques collègues, l`entretien avec  le président de la Commission européenne, M.  Juncker, un véritable ami de notre pays, amitié qui fut montrée au cours de l`adhésion, de la post adhésion et particulièrement avant que notre pays soit membre de l`UE. Nous avons discuté des défis actuels au niveau de l`UE. En outre, mardi, en compagnie de quelques collègues, j`ai effectué une visite officielle en Autriche, où je puis vous confier  que, outre les entrevues officiels avec M. le Chancelier  Kern, qui, en parenthèse doit dit, a réaffirmé son soutien à la Roumanie pour l`adhésion à Schengen, en reconnaissant ce qui est une réalité : pour nous l`Autriche est importante parce qu`elle est le deuxième grand investisseur en Roumanie, avec des investissements atteignant presque 10 milliards d`euros , mais nous aussi somme importants pour l`Autriche, étant l`un des marchés les plus profitables marchés pour l`Autriche  de cette partie de l`Europe.  Il y a eu une réunion extrêmement positive à la Chambre économique de l`Autriche où, outre la présentation des compagnies existantes déjà sur le marché de la Roumanie, ont été présentées aussi de nouvelles compagnies qui souhaitent investir dans notre pays, qui est l`un des plus amicaux pays du point de vue économique de l`UE. C`est pourquoi je suis optimiste que dans la période à venir nous aurons de nouveaux investissements. A ce propos, M. le ministre  Petrescu, je vous pris à ce que, à la fin de la réunion, vous expliquiez au point de presse la loi de la prévention que nous avons aujourd`hui en première lecture. Et faites savoir que la période de débats publique s`est achevée, que c`est une loi extrêmement importante, maintenant c`est une première lecture, avant d`exprimer notre avis  et l`envoyer au Parlement. Pour nous il est extrêmement important de donner ces signaux. Et nous avons des signes positives du marché dont je puis vous donner quelques chiffres : les exportations roumaines ont augmenté ces trois derniers mois   trois fois plus qu`en 2016 et avec la valeur la plus élevée depuis 2012. En mars, les exportations de biens ont atteint la valeur de 5,7 de milliards d`euros, ce qui est l`exportation la mensuelle la plus grande de l`histoire. C`st un signal extrêmement bon, positif et encourageant. Je voudrais maintenant prier Mme  Olguţa Vasilescu clarifier le débat commencé il y a quelques jours, pour que nous soyons autant de transparents que possible sur nos actions envisagées pour la période à venir.   

Mme Olguţa Vasilescu: Je vous remercie M. le Premier ministre. Concernant l`indemnisation pour l`éducation de l`enfant, je tiens à préciser brièvement, pour que tous soit clair  de quoi il s`agit. Au sein de l`UE, plusieurs pays ne payent pas du tout cette indemnisation, dont la Grande Bretagne, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Grèce l`Irlande, Malte.  Dans d`autres elle est accordée mais la moyenne est 500 euros par mois. La plus grande somme est accordée  en Allemagne, mais dans certaines conditions, la somme de 1800 euros/mois. En Roumanie nous sommes dans la situation où pour ce genre d`indemnisations on peut payer même 35.000 euros par mois, pour une seule personne, après la levée, l`an dernier, du seuil qui était de 3.400 lei. J`ai vu que pendant ces trois premiers mois de l`année, on a payé la même somme que pour toute l`année dernière et qu`il commence à devenir une pratique que les employeurs paient des salaires plus grands les premiers mois pour faire augmenter aussi le montant de l`indemnisation, parce qu`elle est calculée sur le revenu. Je vais vous donner quelques exemples : un avocat à Bucarest touchant 159.348 lei/mois, donc plus de 35.00 euros. A Constanta, des droit de propriété intellectuelle 141.679 lei par mois. Mais je mentionnerai que nous avons des demandes qui sont traitées maintenant avec des sommes encore plus grandes que celles que je viens de présenter. Les dix premières grandes indemnisations de ce classement sont aussi grandes que 600 indemnisations moyennes. Pour ce qui concerne  les contributions, une personne contribue avec 85% du salaire pour le congé et les indemnisations, mais une telle indemnisation signifie 0,85% du revenu. Pour qu`une personne touchant une telle indemnisation de 100.000 de lei, à la somme touchée dans deux ans comme indemnisation pour l`éducation de l`enfant,  elle devrait cotiser 2.400 mois, ce qui est impossible. Nous sommes encore en train d`analyser pour réintroduire le plafonds  non pas à 3.400 comme il était, mais une somme entre 5.000 et 10.000 de lei, parce qu`on ne peut appliquer ni le principe de la contribution ni celui de la solidarité sociale pour une indemnisation de 35.000 de euros, qui n`existe nulle part dans le monde. Je vous présente encore quelques données concernant le nombre de bénéficiaires et les sommes reçues. En mars dernier, il y avait  157.773 bénéficiaires, totalisant  261.245.000  lei. Sur ces personnes, plus de moitié, à savoir, 108.438, reçoivent l`indemnisation minimale de 1.233 lei, Entre 1.234 et 3.400 lei il y a  39.730 personnes, entre 3.401 et 5.000 lei il y a 5.478 personnes, entre 5.001 et 10.000 lei il y a 3.504 personnes. Pour plus de 10.000 il y a 623 personnes. Comme vous pouvez observer, l`introduction du plafonds dans un mois, par exemple, de 8.000 de lei, ne touche plus de 3% de ceux qui reçoivent ces indemnisations, nous nous mettons fin à une pratique qui tend à devenir très dangereuse  pour le budget d`Etat dans l`immédiat. A l`heure actuelle nous sommes en train de faire des analyses  et nous proposerons au Gouvernement une variante de plafonnement. Je vous remercie.

M. Sorin Grindeanu: Je vous remercie, Mme la ministre. Je voudrais que l`analyse que vous êtes en train de faire ne dure pas, afin que nous puissions prendre une décision en la matière et que nous les Roumains soyons informés au sujet de certaines décisions. Je pense que l`explication de Mme la ministre fut aussi claire que possible. M. le ministre Daea,  je comprends qu`un programme que nous avons lancé au commencement de cette année, les tomates roumaines, a commencé à fonctionner non seulement grâce aux paiements faits par le Ministère de l`Agriculture  mais pr ce qui est vraiment important, le produit final.  

M. Petre Daea: Oui, M. le Premier ministre, surtout parce que c`est un programme gouvernemental  que nous avons lancé au cours de la campagne électorale et que vous avez présenté au Parlement. Nous le soutenons avec des fonds du budget du Ministère et qui cette fois se concrétise chez 6.816 bénéficiaires.  /…/ les tomates sont en pleins fruits et sur le marché sont sortis 106 bénéficiaires, bien que cette année ait été difficile  avec un seuil thermique bas. Cependant, comme je viens de dire, nous sommes parvenus à  avoir une avance à la récolte de 11 jours. Actuellement on vend dans 12 départements  - des tomates roumaines. Elles se sont imposées aux préférences des consommateurs par leur qualité, au détriment des importations. Nous continuerons à avoir plus de produits dans tous les département où fonctionne ce programme.  Le prix en est différent, suivant la zone. A Arad le prix est de 6 lei, à Bucarest de 12 lei.  Je pourrais fournir aux médias une information aussi correcte  que possible concernant l`existence de ces produits. Je suis heureux que cela soit réalisé sur un programme que nous avons soutenu et que nous poursuivrons attentivement.

M. Sorin Grindeanu: Je vous remercie, M. le ministre. Sachez que je souhaite aller voir sur place.  Outre cela, je pense que le plus important en est le goût. On a commencé à oublier le goût de la véritable tomate. Allons voir si les produits sur le marché ont, comme vous dites, la qualité que nous tous nous rappelons. Je vous remercie une fois de plus. Je remercie les représentants des médias.   

 



Portret premier şi cabinet miniştri

ios ios

 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire