Nouvelles fraîches

Vendredi, 29 Mars

Réunion en format quadrilatéral au Palais Snagov entre la Roumanie, la Bulgarie, la République hellénique et la Serbie

Déclaration commune de la réunion quadrilatérale Roumanie - Bulgarie - Grèce – Serbie

Bucarest, le 29 Mars, 2019

Les premiers ministres de Roumanie, S.E. Viorica Dăncilă, de République de Bulgarie, S.E. E. Boyko Borissov, de République hellénique, S.E. Alexis Tspiras, aux côtés du Président de la République de Serbie, S.E. Aleksandar Vučić,

Exprimant la satisfaction pour le haut niveau du dialogue politique et de coopération générale entre les quatre Etats,
Reconnaissant qu'il est important de poursuivre le dialogue périodique entre les quatre États, qui constitue un cadre fonctionnel pour la coopération régionale contribuant à créer un climat de confiance et de partenariat dans la région,
Partageant la conviction que les relations amicales et de bon voisinage des quatre États, fondées sur les valeurs et les principes européens, sont dans l'intérêt de nos citoyens et de la sécurité et de la stabilité de l'ensemble de la région de l'Europe du Sud-Est,
Soulignant l'importance de la coopération régionale, de la réconciliation et des relations de bon voisinage et se félicitant du progrès important accomplis par la République de Bulgarie et la République hellénique pour renforcer les relations bilatérales grâce à une approche résolue et tournée vers l'avenir dans leurs relations avec la République de Macédoine du Nord,
Exprimant le désir de développer et de renforcer conjointement la coopération afin de promouvoir le développement durable, la prospérité économique et le progrès social de nos États,
Rappelant l'engagement historique de l'Union européenne exprimé dans la Déclaration de Thessalonique qui souligne que "l'avenir des Balkans est au sein de l'Union européenne" et dans la déclaration de Sofia, selon laquelle "l'Union européenne est déterminée à consolider et renforcer son engagement à tous les niveaux pour soutenir la transformation politique, économique et sociale de la région ",
Réaffirmant que la Roumanie, la République de Bulgarie et la République hellénique soutiennent fermement et activement la voie européenne de la République de Serbie et ses efforts pour satisfaire aux critères d'adhésion,

Déclarons à cette occasion importante que:

Nous convenons que le processus d'élargissement, une priorité essentielle de la Présidence roumaine du Conseil de l'Union européenne, ainsi que des présidences précédentes de la Bulgarie et de R. hellenique, reste une occasion de démontrer une fois encore le pouvoir de transformation de l'Union européenne, au cours d`une période où l'Union est confrontée à des défis difficiles.
En ce qui concerne le processus d'élargissement, le progrès sur la voie européenne est un processus objectif fondé sur les propres mérites, qui dépend des résultats concrets obtenus par chaque État, avec une priorité absolue pour l'état de droit, la justice et les droits fondamentaux, y compris les droits des personnes appartenant à des minorités nationales et le droit à la propriété privée.
Peresuadés que, un an après la publication du Paquet d`élargissement de 2018, qui réaffirmait l'engagement accru de l'UE en faveur des Balkans occidentaux et une perspective d'élargissement crédible, nos efforts communs visent à faire de l'année 2019 une année des résultats concrets, conformement aux engagements pris et au principe des propres mérites.
Une Europe forte, unie et cohésive est dans l’intérêt des États membres actuels et futurs. Dans le débat en cours sur l'avenir de l'Union, nous soutenons une perspective constructive axée sur l'avenir et un engagement continu à l'égard du processus d'élargissement.
L'avenir de l'Europe et l'objectif de renforcer le rôle de l'UE en tant qu'acteur mondial sont étroitement liés à la capacité de l'UE de promouvoir la stabilité et la prospérité dans son voisinage immédiat.
Nous nous félicitons du Traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération entre la République de Bulgarie et la République de Macédoine du Nord, qui constitue une bonne base pour le renforcement des relations bilatérales entre les deux pays.
Nous félicitons la République hellénique et la République de Macédoine du Nord d’avoir résolu le différend historique sur le nom constitutionnel en adoptant l’Accord de Prespa, exemple de réconciliation pour la région et de résolution de problèmes dans un esprit européen.
La Roumanie, la République de Bulgarie et la République hellénique se félicitent des efforts et des progrès accomplis par le gouvernement serbe dans le processus d'adhésion à l'UE et encouragent la Serbie à suivre le rythme des réformes et à en assurer la durabilité et l'irréversibilité. Les trois États membres de l'UE continueront à partager avec la Serbie leur propre expérience du processus d'adhésion et à transférer les compétences nécessaires pour le succès du processus de négociation.
Nous attachons une grande importance à la poursuite du développement de la coopération régionale et transfrontalière entre nos États afin de renforcer la cohésion territoriale des régions frontalières, leur compétitivité et leur durabilité par le biais de projets mutuellement bénéfiques.

Nous réaffirmons notre soutien aux projets régionaux d'intérêt commun, en particulier dans les domaines des transports, de l'énergie, des technologies de l'information et de la communication, ainsi que de la jeunesse et du sport, afin de promouvoir le développement et la connectivité globaux de la région.
Nous poursuivrons nos efforts pour développer les axes de transport entre nos pays et l'expansion du réseau TEN-T en Europe du Sud-Est, en mettant un accent particulier sur les corridors de transport Ouest-Est et Nord-Sud.
Nous soulignons l'importance d'une approche macrorégionale pour stimuler la croissance et la création d'emplois, y compris dans le cadre de la stratégie de l'UE pour la Région du Danube (EUSDR), de l`Initiative des Trois mers (I3M) et de la Stratégie de l'UE pour les régions de l'Adriatique et Ionienne. EUSAIR). À cet égard, l'actuelle Présidence roumaine de la Stratégie de l'Union européenne pour la Région du Danube et du Conseil de l'Union européenne, ainsi que la Présidence bulgare en exercice de l`OCEMN, ainsi que la Grèce et la Serbie en tant que membres d'EUSAIR, peuvent créer des liens pout connecter les régions participantes en explorant les synergies entre les domaines prioritaires pertinents et l'avancement des projets d'économie "bleue", à la fois en utilisant l'expérience acquise dans EUSAIR et de ses quatre piliers, qu`en s'engageant conjointement à inclure régulièrement les priorités macrorégionales dans les réglementations pertinentes du prochain Cadre financier pluriannuel. Nous avons exprimé notre ferme conviction que la sécurité énergétique doit être renforcée à la fois aux niveaux européen et régional, en tant que priorité majeure pour nos pays et pour l'Union européenne. Nous attachons une grande importance au développement des interconnexions gazières entre nos États, y compris au Corridor vertical, et à la mise en service de l'interconnecteur  de gaz Grèce-Bulgarie, de l'interconnecteur gazier Bulgarie-Roumanie, de l'interconnecteur Bulgarie -Serbie, de l'Interconnecteur Roumanie - Serbie en tant qu'élément clé de la sécurité énergétique européenne globale et contribuant à la mise en œuvre de l'Union de l'énergie.
Nous continuerons à travailler ensemble pour diversifier les sources, les itinéraires et les fournisseurs, afin de développer des projets d’infrastructure de gaz et d’électricité convenus d’un commun accord dans le cadre du Groupe de raccordement des réseaux pour le gaz naturels dans l`Europe centrale et  du Sud-est (CESEC) et de la Communauté de l'énergie. Nous avons décidé de rechercher un moyen de créer un Groupe européen de coopération territoriale (GECT), afin de promouvoir la coopération dans le Sud-est de l'Europe. Nous avons également décidé de poursuivre nos travaux pour élaborer notre candidature commune à l'organisation d'événements sportifs futurs, en créant les Comités préliminaires d`organisation et d` avancer la coopération technique dans ce format.
Nous avons chargé les autorités compétentes de nos États de préparer des propositions visant à développer le dialogue sectoriel dans tous les domaines d'intérêt commun. À cette fin, des groupes de travail seront constitués pour préparer l'avancement de la coopération à un niveau concret.

 

***

Déclarations de presse conjointes du Premier ministre roumain, Viorica Dăncilă, et du président de la République de Serbie, Aleksandar Vučić

Mme Viorica Dăncilă: Je me félicite de la présence du président de la République de Serbie à Bucarest et de cette nouvelle occasion de poursuivre nos consultations sur des sujets d'intérêt bilatéral et régional. Notre dialogue a lieu à un moment de référence pour la coopération roumano - serbe, respectivement, 140 ans après l'établissement des relations bilatérales. J`ai eu un dialogue constructif avec le président de la République de Serbie, nous avons discuté du lien entre nos pays, des projets énergétiques entre la Roumanie et la Serbie. L'autoroute Pancevo-Timisoara présente un intérêt particulier pour la Roumanie et la Serbie, car elle améliorerait les relations entre la Roumanie et la Serbie. En même temps, nous avons parlé de la coopération énergétique, une étape importante étant le démarrage des opérations sur la plate-forme Neptun. J'ai assuré le président de la République de Serbie denotre soutien au niveau européen lors de la Présidence tournante du Conseil de l'Union européenne exercée par la Roumanie. Nous avons répété que nous voulons être les avocats de la Serbie en faisant savoir que la Serbie progresse dans la direction pro-européenne. Je suis convaincue qu'après les discussions d'aujourd'hui, après avoir établi une feuille de route pour les objectifs que nous envisageons, notre prochaine réunion en Grèce nous donnera l'occasion de voir les progrès que nous réalisons, à la fois en termes d’infrastructures, mais aussi dans le domaine de l’énergie, et au soutien de la Serbie au niveau européen. Je remercie encore une fois le Président Aleksandar Vučić pour son dialogue constructif, pour sa disponibilité et, enfin et surtout, pour son amitié envers la Roumanie.
 
M. Aleksandar Vučić: Je serai très bref et j'essaie toujours d'être le plus bref possible car je viens du plus petit pays. Je remercie le Premier ministre Viorica Dăncilă pour son accueil exceptionnel et son aide au peuple et aux citoyens de la Serbie. Nous parlons très concrètement, nous parlons de projets qui amélioreront la coopération entre nos pays et j'ai toujours considéré que la Roumanie ne considérait pas les choses comme deux territoires différents - l'un, la Serbie et l'autre, les pays de la Mer Noire. Nous avons les mêmes objectifs communs et je pense que nous pouvons faire beaucoup de choses merveilleuses ensemble. Nous avons discuté de l’autoroute Pancevo-Timisoara et qui est utile aux deux pays et aux deux peuples, mais elle est également très importante pour les Roumains vivant dans le sud du Banat, à l’est de la Voïvodine, qui sont en fait le pont qui relie nos deux pays. Et aussi pour les Serbes du côté roumain du Banat est très important du point de vue de la connectivité économique, comme pour les hommes d’affaires et les hommes /.../. Il y a eu cinq mille touristes roumains en Serbie cette année, ce qui représente une augmentation de 24% de ceux qui y ont passé la nuit. Et le nombre de Roumains augmente d'année en année. Ainsi, nos efforts combinés seront fructueux et nous présenterons des offres spéciales de tourisme,  tant à  ceux qui viennent en Serbie et qu`en Roumanie. Mais permettez-moi de dire aux Roumains et à ceux du Banat qu`ils feront un trajet de 300 à 350 kilomètres plus court entre la Roumanie et la Serbie, il s`agit aussi de la connectivité économique entre nos pays, les échanges entre nos pays sont d`environ 1,6 milliard d’euros actuellement et nous pouvons même dépasser les deux milliards. Nous avons discuté de la construction d’une centrale électrique à Pancevo d’une puissance de 400 kW et le Premier ministre Viorica Dăncilă nous a informés des projets de la Mer Noire concernant le gazoduc et du souhait d’extraire le plus de gaz possible. Nous avons discuté du franchissement des frontières et de bien d’autres choses encore, mais ce sera beaucoop plus que suffisant si nous construisons cette autoroute qui réunira nos pays. Je voudrais une fois encore remercier le Premier ministre Dăncilă de nous avoir invités les quatre pays. Merci Viorica, merci pour ton amitié et toi et les Roumains aurez toujours de vrais amis dans nos organisations et institutions. La Roumanie s'est battue pour la Serbie et les Serbes doivent respecter cela. Je tiens à remercier la Roumanie. Nous serons fidèles et corrects avec vous!

 

***

Déclarations communes du Premier ministre Viorica Dăncilă et du vice-président de Turquie Fuat Oktay


Mme Viorica Dăncilă: Je me félicite de la présence du vice-président de la République de Turquie M. Oktay, en Roumanie. Je suis heureuse que nous puissions poursuivre et approfondir le dialogue entamé avec le président Erdogan lors de ma visite en Turquie, il y a quelques mois. Au niveau bilatéral, la Roumanie et la Turquie entretiennent une relation solide et pluridimensionnelle comportant un important volet économique. Le Partenariat stratégique signé en 2011, fondé sur des intérêts et des avantages mutuels, reste le fondement de notre relation. Les relations économiques et commerciales bilatérales poursuivent leur tendance à la hausse. Les récents pourparlers avec la partie turque, à l'occasion de ma visite à Akara et plus tard au niveau ministériel, commencent à se concrétiser sous forme de projets communs au bénéfice des deux États. Je voudrais tout particulièrement exprimer ma gratitude pour la décision d’organiser le 19 avril, à Istanbul, la première réunion de la Commission mixte de coopération économique et commerciale, au cours de laquelle un forum sur les entreprises et les investissements, auquel participeront des représentants du secteur privé, sera également organisé. La coopération bilatérale dans le domaine de la santé et des sciences de la médecine, qui a été dynamisée par la signature de l'accord de coopération intergouvernementale à Ankara le 15 octobre, constitue un autre domaine d'intérêt pour les deux parties. De concert avec le vice-président Oktay, nous avons examiné les projets d’intérêt commun dans ce domaine et les discussions qui ont eu lieu jusqu’à présent au niveau ministériel. C'est également un potentiel de croissance pour les citoyens des deux pays.
Il y a un potentiel dans la relation commerciale bilatérale, et la Roumanie et la Turquie souhaitent les concrétiser. Nous voulons une forte présence des entreprises roumaines sur le marché turc, ainsi que des entreprises turques sur le marché roumain. A début de cette année, les fabricants et les exportateurs roumains du secteur du meuble ont participé dans le cadre dun pavillon national  à IMOB à l'une des plus grandes foires internationales de profile d'Istanbul.
J'ai également eu un dialogue approfondi avec le vice-président Oktay sur les relations UE-Turquie, notamment à la lumière de l'organisation du Conseil d'association UE-Turquie qui s'est réuni à Bruxelles le 15 mars, après une interruption de quatre ans. La reprise de ce cadre de dialogue entre l'UE et la Turquie correspond aux objectifs fixés par la Roumanie pour la période de la Présidence du Conseil de l'UE. La Turquie est un partenaire clé de l'UE avec laquelle elle coopère pour relever des défis communs. La contribution de la Turquie à la gestion des migrations, ainsi que ses efforts remarquables pour accueillir plus de trois millions et demi de réfugiés, sont reconnues et appréciées. La mise en œuvre de l'Accord UE-Turquie a entraîné une réduction de l'immigration clandestine.
Je voudrais une fois encore remercier le vice-président Oktay pour sa présence en Roumanie, pour son dialogue ouvert et substantiel et pour ses efforts personnels visant à renforcer les relations bilatérales entre la Roumanie et la Turquie.


M. Fuat Oktay: Je tiens à vous remercier! Madame le Premier ministre Dăncilă, membres importants de la presse, je tiens à vous dire qu'aujourd'hui, je représente le président de notre pays, pays voisin et stratégiquement associé. Je voudrais souligner que la Turquie et la Roumanie ont un potentiel de coopération important qui peut assurer la stabilité dans la région, que ce soit dans les relations bilatérales ou multilatérales.
En même temps, sur la base des relations bilatérales que nous entretenons, nous sommes très heureux d’être aujourd’hui à ce stade /.../. Je tiens à vous remercier, à cette occasion, et je tiens également à vous transmettre  les compliments de M /.../ au peuple roumain.
Je tiens à vous dire, chers membres de la presse, que j'ai eu une réunion très fructueuse avec mme le Premier ministre. Je tiens à souligner que la réunion bilatérale s'est déroulée dans une atmosphère très chaleureuse. J`ai eu l'occasion de discuter avec Mme Dăncilă de sujets très détaillés et autres dans le cadre de la Présidence roumaine au Conseil de l'Union européenne. Nous avons discuté de nos relations bilatérales, de la manière dont nous pourrions les développer, des approches entre l’Union européenne et la Turquie, et nous sommes très heureux de constater qu’elles sont tout à fait en ligne. Lors de cette entrevue - je tiens à vous rappeler que Mme le premier ministre a honoré notre pays l'année dernière par sa visite en octobre - nous avons eu l'occasion de discuter beaucoup plus en détail. Cet Accord que nous avons avec la Roumanie est très important pour nos pays, ainsi que pour /.../ le nôtre et pour toutes les relations internationales. La Turquie sait que la Roumanie, son partenaire stratégique, a une très grande géographie et est au point de transition de l'Europe de l'Est vers les Balkans et la Mer Noire, jusqu`à la zone du Caucase. Je sais que la politique étrangère de la Roumanie consiste à promouvoir le développement de la coopération collective entre les pays. Lors de cette entrevue, nous avons eu l’occasion de discuter du fait que nos relations bilatérales apporteraient ... une stabilité à la région.

Chers membres de la presse, je tiens à vous dire que notre relation, notre contribution à la région, y compris pour montrer les racines historiques que nous partageons, est très importante. Notre coopération économique est très importante. Lors de notre réunion, nous avons eu l’occasion de discuter des domaines de l’investissement et du commerce et de la manière de les développer davantage. Nous avons discuté du moyen d`approfondie davantage encore  nos relations et je tiens à vous dire qu'à la fin de 2018, nos échanges commerciaux s'élevaient à environ 6,4 milliards de dollars. Nous voulons depuis très longtemps que ce chiffre atteigne 10 milliards de dollars. Ceci a également été souligné lors d`une réunion que nous avons eue avec notre président. Ce soir nous avons encore parlé. Tout d'abord, nous souhaitons beaucoup atteindre et dépasser les 10 milliards de dollars. À cette occasion, je voudrais vous informer que la Commission de coopération économique et commerciale entre la Turquie et la Roumanie se réunira en avril à Istanbul.
Également lors de la réunion bilatérale que nous avons eue un peu plus tôt, nous avons eu l’occasion de discuter de l’hôpital municipal qui ouvrira, il sera inauguré à Constanta. La coopération étroite entre nos ministres de la Santé, qui ont participé aux réunions de ce soir, souligne une nouvelle fois l’importance que nous attachons à la coopération en matière de santé dans nos pays. Nous souhaitons beaucoup réaliser et finaliser ce projet, qui développera davantage les relations entre les deux pays. Nous avons convenu de ces domaines.
Nous avons également beaucoup discuté de la coopération en matière de défense nationale. Nous avons eu l'occasion de prendre d'importantes décisions avec le Premier ministre Dăncilă afin de prendre des mesures concrètes pour développer cette coopération. Nous souhaitons beaucoup que les relations que nous aurons dans l'industrie de la défense nationale développent encore davantage, elles approfondiront notre Partenariat stratégique. J'ai une nouvelle fois souligné que toutes les entreprises turques sont prêtes à partager leur expérience dans le domaine de la défense nationale. Nos autorités compétentes mettent tout en œuvre pour compléter le cadre juridique afin de faciliter nos relations et de réfléchir à la manière de poursuivre la dynamique de croissance entre nos pays.
En plus de tout cela, j’ai eu l’occasion de parler aussi avec  Mme le Premier ministre Dăncilă de l’organisation terroriste FETÖ, qui constitue un danger pour la sécurité et l’ordre public. Nous attachons une grande importance à la coopération avec la Roumanie dans ce domaine.
Chers membres de la presse, je tiens à souligner encore une fois que nous regardons avec satisfaction comment la Roumanie traite des relations entre l'UE et la Turquie. Nous sommes très heureux de l'aide et du soutien que la Roumanie offre à notre pays. Nous espérons que ce comportement de la Roumanie sera un bon exemple pour les autres États membres de l'Union, la Roumanie étant un pays voisin et un partenaire stratégique.
En même temps, je souligne à nouveau à cette occasion que nous souhaitons beaucoup, dans un proche avenir, développer davantage nos relations.
Je remercie Mme le Premier ministre Dăncilă de l'hospitalité qu'elle m'a offerte et à vous, importants membres de la presse, merci encore!
 

***

Déclarations de presse conjointes du Premier ministre de la Roumanie, du président de la Serbie, du Premier ministre de la Bulgarie et du Premier ministre de la Grèce


Mme Viorica Dăncilă: Nous sommes aujourd’hui à Bucarest pour participer à la 7ème réunion du format quadrilatéral de coopération avec la Bulgarie, la Grèce et la Serbie, qui reflète notre intérêt commun et constant pour le bien-être et la stabilité de notre région.
J’ai le plaisir d’inviter maintenant M. Aleksandar Vucic, Président de la République de Serbie, à partager notre appréciation de notre réunion d’aujourd’hui.
M. Aleksandar Vucic: Bonjour! Je tiens à remercier notre hôte, Viorica Dăncilă, pour l`accueil. Je tiens à remercier le peuple roumain et le pays, la Roumanie, au nom de moi et de mes amis /.../. Compte tenu que ces réunions sont devenues une routine pour nous et que nous nous rencontrons assez souvent, cela tient du fait que non seulement ces réunions ne deviennent pas insignifiantes, mais elles prennent de plus en plus d'importance et démontrent le sérieux avec lequel nous avons parlé lors de réunions précédentes. Nous nous sommes mis d’accord sur les travaux d’infrastructure et /.../ notre chère hôtesse, Viorica Dăncilă, des pourparlers ont été engagés sur la construction d’autoroutes reliant la Roumanie à la Serbie, un transformateur de 400 kW dans une centrale électrique, Resita.
Je souhaite ensuite informer l'ensemble du peuple bulgare de l'achèvement du Corridor 10, il y a 11 mois, qui était très important pour notre connectivité. Nous discuterons également à cette occasion au sujet de l'énergie, des sources d'énergie et de ce que nous pouvons faire pour la connectivité bilatérale afin d`utiliser autant que possible nos sources d'énergie.
Il est très important de poursuivre notre coopération dans les domaines de la culture et du sport, d'informer nos amis de la situation dans les Balkans et de soutenir la Serbie, qui deviendra à l'avenir un pays de plus en plus puissant sur la voie de l'Union européenne. Et en tant que Président serbe, je vous remercie encore une fois pour cette hospitalité et pour cette réunion.
Mme Viorica Dăncilă: Merci, Monsieur le Président, pour votre appréciation, vos opinions et votre ouverture d'esprit en vue de renforcer et poursuivre la coopération dans ce format.
La parole est maintenant au Premier ministre Alexis Tsipras, Premier ministre de la République hellénique, qui sera l'hôte de notre prochaine réunion.
M. Alexis Tsipras: /.../ pour établir /.../ la partie nord de la Grèce, qui deviendra le point de jonction sud /.../ et la Roumanie, qui constitue la partie orientale de cette connectivité, et le nord - entre la Bulgarie et la Roumanie et l'ouest - entre la Serbie et la Grèce par le nord de la Macédoine. Nous avons parlé de l`infrastructure importante qui accélérera  les échanges commerciaux entre nos pays, du commerce international, des déplacements des citoyens dans ces pays, des télécommunications, qui assureront un développement considérable du tourisme, ainsi que des routes et de l’énergie. Nous avons déjà pris des ARRETE s très importantes. Nos quatre pays coopèrent et chaque pays à son tour fait de son mieux. Nous avons créé une société commune entre la Roumanie et la Grèce et nous continuerons de gérer l'interconnexion entre la mer Noire et la Méditerranée. Nous envisageons tel projet. Nous parlons maintenant d'énergie. Nous avons un gazoduc, un trajet  vertical qui reliera le gazoduc entre l’Azerbaïdjan et le nord de la Grèce, et nous avons de nouvelles opportunités, fournies par la plate-forme in /.../, qui fournira du gaz à l’état liquide. Nous allons également développer l'infrastructure que nous avons /.../. En parlant d’énergie, j’ai l’occasion d’informer mes amis que nos ARRETE s et notre coopération revêtent une importance historique pour le gazoduc  est-ouest, qui modifie la carte de l’énergie dans le sud et l’est de l’Europe et ouvre de nombreuses possibilités pour différencier les sources de l'énergie. Ce gazoduc reprendra le gaz naturel d’Israël et de Chypre, le transportera à travers la Grèce, avec la possibilité d’atteindre l’Italie, mais nous pouvons envoyer du gaz aux Balkans. Ainsi, nous aurons l'occasion par ce gazoduc oriental et avec d'autres projets de transport de gaz de la Grèce à la Bulgarie, par exemple, et avec le gazoduc /.../ en tant que réseau de transport d'énergie, qui est très important pour tous les pays des Balkans et fait des Balkans un nœud énergétique pour toute la région.

Nous avons l'occasion de parler du développement de notre région et nous pourrions discuter de l'avenir européen de la Serbie. Il est certain que, dès le premier jour où nous avons créé cette réunion quadrilatérale, nous voulions aider ce pays et le soutenir afin de devenir membre de l’UE. L'entrée de la Serbie dans l'Union européenne est une priorité pour nos pays et nous devons encourager sa volonté de progresser régulièrement au cours des 16 chapitres de négociation. Nous soutenons cette initiative et soutenons les efforts, les dialogues entre Belgrade et Pristina, qui revêtent une importance majeure dans notre région mais qui n’ont pas été soutenus de la même manière par Pristina.
Nous avons également discuté d'une nouvelle dynamique de la région. Nous avons parlé de / violation / des accords et de la nécessité pour la / Macédoine du Nord / de devenir également un pays européen. Je suis convaincu et je crois que les mesures que nous avons prises auparavant et le  grand pas de cet accord, ainsi que toutes les mesures que le gouvernement de Macédoine du Nord prendra, permettront le succès de la Macédoine du Nord dans ces négociations. J'aimerais dire la même chose à propos de l'Albanie, mais la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, les choses n'allaient pas très bien. Nous avons découvert aujourd’hui que l’évolution n’avait pas été trop bonne pour la minorité grecque d`Albanie et que, malheureusement, la situation ne nous permet pas, à l’heure actuelle, d’être optimistes quant aux perspectives européennes de ce pays. Les conditions pour passer par ce processus et aller de l'avant dans cette direction sont presque nulles. J'espère ne pas avoir raison, car quoi qu`il se qui se passe, nous voulons tout ce que veulent tous les Balkans. Je voudrais que l`on puisse effectuer toutes les réformes nécessaires pour que la perspective européenne devienne une réalité. Nous ne sommes pas dogmatiques, nous examinons chaque pays, voir ce que chaque pays a fait dans ce sens, et nous voulons aider ces pays, mais nous devons nous comporter différemment envers ceux qui ne l'ont pas encore fait et qui n'ont pas pris les bonnes mesures. Notre coopération a déjà une dimension institutionnelle et il est peut-être trop de dire que nous sommes "l'abeille" des Balkans, mais parce que je sais  que nous sommes une force dans cette démarche, nous souhaitons vivement d`avancer sur cette voie du développement et de la coopération pour nos peuples. À ce stade, je voudrais mentionner que la présidence européenne a lieu à un moment où l'Europe est confrontée à de nombreuses difficultés. Je souhaite beaucoup de succès à la Roumanie. Je n`ai que des  remerciements à la Roumanie, qui nous a tous réunis ici, et je tiens à dire que la Grèce vous attend le 8 /.../ à la huitième réunion. Merci encore une fois!
Mme Viorica Dăncilă: Merci Alexis pour ces belles paroles, pour votre intervention, afin de mettre en évidence les sujets à l'ordre du jour des discussions d'aujourd'hui. Je prie à Boyko Borissov, Premier ministre de la République de Bulgarie, de prendre la parole. S'il te plaît, Boyko!
M. Boyko Borissov: Chers hôtes, chère Mme Premier ministre, Vučić et Alexis, je suis très heureux d'être de retour parmi vous à l'heure des défis de ce genre, des temps difficiles, car la Commission européenne, le Parlement réfléchit aux élections qui se auront lieu le 26 mai. Mais, encore une fois, félicitations pour ce que vous avez fait jusqu’à présent!
Il est inutile de répéter ce que d’autres ont déjà mentionné, mais l’un des thèmes est important: la connectivité entre Sofia, Istanbul et Burgas. Ce sera une autoroute sans feux rouges, sans trafic encombré; ainsi qu'entre Sofia et Thessalonique.

Aujourd'hui aussi, dans des réunions bilatérales avec la Roumanie, nous avons parlé d'un troisième pont sur le Danube, pour lequel nous devons coopérer dans l`infrastructure. Avec mon collègue Tsipras, nous avons décidé de finaliser en juin le contrat pour une joint-venture visant à assurer le transport des matériaux, de sorte que les parlements puissent  ratifier cet accord. Et la cérémonie d'ouverture nous l`avons eue avec la Grèce, avec les trois, des discussions sur le transport 5 milliards de mètres cubes gaz par ce gazoduc. Les Balkans deviendront un centre de distribution. Nous ne voulons pas faire une distinction entre les pays qui auront ce gazuduc ou de gaz liquéfié, nous ne voulons pas faire la distinction entre Israël et Chypre. Nous avons des possibilités extraordinaires d’organiser cette coopération et de construire l’infrastructure pour ce gazoduc. La Roumanie a la possibilité de remplacer toutes les installations ayant travaillé sur la compression de gaz. J'ai parlé avec mon collègue Vucic et ce non pas pour une année ou deux prochaines, mais des mois prochaines : s`il y a un rezeau de gazoducs, c`est comme les autoroutes au départ elles ne sont pas utilisées, mais ensuite on peux constater qu`il y a un trafic.
Bref, nous investirons non seulement dans l'infrastructure ferroviaire, mais nous travaillerons aussi sur l`économie numérique, la connectivité, les câbles à fibres optiques et tous les équipements nécessaires. Vous pourrez voir à quelle vitesse cela deviendra une réelle nécessité.
Je ne veux pas perdre plus de temps sur le soutien, le soutien à la Serbie, sur la rotation de la Présidence du Conseil – suivra la Bulgarie. Les quatre pays, y compris mon collègue Vučić, disent que nous apprécions beaucoup la Serbie. Ils l'ont fait, ils ont travaillé dur dans les 16 chapitres de négociations et je suis très heureux de dire que nous appuyons la Serbie. Il est très important que nous ayons tous nos voisins membres de l'UE. Malheureusement - et je dis malheureusement, parce qu`au départ j`ai été très heureux quand nous avons invité Varna, Benjamin Netanyahu et le président de la Turquie - aujourd'hui, nous avons eu une déclaration du vice-président, mais je ne suis pas très heureux de ce qu`a déclaré leur ministre des Affaires étrangères à propos des Balkans. L'ingérence dans les affaires intérieures d`un autre pays n'est pas la meilleure chose à faire et nous nous attendons à ce qu`ils demandent des  excuses pour ce qu'ils ont dit.
Encore une fois, je tiens à remercier la Roumanie pour son hospitalité particulière, pour la très bonne organisation entre les deux gouvernements et entre tous. Dans une seule visite, nous avons pu discuter avec tous les collègues, nous avons pu organiser plusieurs réunions bilatérales et faire beaucoup de déplacements. Encore une fois, nous vous remercions beaucoup!

Mme Viorica Dăncilă: Cher Alexander, cher Boyko, cher Alexis, je suis très heureuse d’être coopération avec la Bulgarie, la Grèce et la Serbie aujourd’hui l’hôte d’une nouvelle réunion du format quadrilatéral.  Comme indiqué au début, il s’agit de la septième réunion depuis la création de ce format, un aspect qui reflète l’intérêt commun constant pour la stabilité et le bien-être de notre région. Notre coopération entre maintenant dans une nouvelle phase, les résultats des débats et notre vision de la coopération future se trouvent dans la Déclaration commune des quatre dignitaires, le premier document de ce type adopté dans ce format. La Déclaration de Bucarest est l'expression de la ferme volonté de nos pays de coopérer étroitement à la construction d'une région prospère et stable, raccordée aux valeurs et aux normes européennes. Elle confirme également notre intérêt commun à promouvoir des projets d'interconnexion de la coopération régionale qui facilitent l'intégration européenne et relient les Balkans occidentaux aux valeurs et aux normes européennes.
La réunion d'aujourd'hui revêt une importance particulière pour la Roumanie du point de vue de notre Présidence actuelle du Conseil de l'UE. Dans ce contexte, nous avons réitéré les objectifs et les résultats d`étape du mandat de la Roumanie, ainsi que le soutien de notre pays au développement de la trajectoire européenne des Balkans occidentaux. Nous avons souligné notre souci de renforcer la cohésion et la solidarité européennes, afin de garantir la durabilité du projet européen et de renforcer la pertinence de l'UE pour ses citoyens et sa capacité à attirer au-delà de ses frontières. Nous avons souligné l'approche ambitieuse et réaliste de la Roumanie dans la gestion d'un mandat difficile au niveau de l'Union européenne, marqué par le processus du Brexit, les prochaines élections au Parlement européen, les débats sur l'avenir de l'Europe et les négociations sur le futur Cadre financier pluriannuel. Les invités bulgare et grec m`ont assurée de soutenir sans équivoque aux priorités et actions que nous organisons pendant la Présidence roumaine du Conseil de l'Union européenne. Dans le même temps, nous avons constaté avec satisfaction la convergence des positions sur des questions importantes telles que la future projection budgétaire de l`UE, la consolidation des politiques qui contribuent directement à la cohésion du bloc de l'Union et le soutien au processus d'élargissement.
La Roumanie continue de plaider pour le maintien de l'engagement de l'Union européenne dans le processus d'élargissement, catalyseur de la démocratisation, de la réconciliation et du bien-être régional. À cet égard, nous avons réaffirmé le soutien de notre pays à l`avancement de la perspective européenne de la Serbie et des autres États fermement attachés à l'adhésion européenne. Nous continuerons à travailler en partenariat pour aider à maintenir l'élan positif de l'élargissement, respectivement pour respecter les engagements de l'Union européenne dans ce processus et pour encourager et soutenir les réformes dans les pays concernés. Je me suis félicitée de l'engagement de la Serbie à assumer le rôle de partenaire responsable pour assurer la sécurité régionale et son progrès sur la voie européenne, dont le succès conduira certainement à la démocratisation, à la réconciliation et à l`approche de l'Union européenne de toute la région. La Serbie peut compter sur le soutien politique et technique de la Roumanie pour son adhésion à l'UE. Dans le même temps, nous avons encouragé la Serbie à poursuivre ses efforts dans le cadre d'un processus de réformes accélérées et substantielles, fondé sur l'hypothèse claire de l'objectif stratégique de l'adhésion à l'Union européenne. Cette approche conduira certainement au résultat souhaité en termes de développement économique et de paix pour la Serbie, mais également dans ses relations avec l'Union européenne. Une fois encore, j'ai assuré à la Serbie qu'elle pouvait compter sur le soutien de la Roumanie. Les projets d'interconnexion ont également bénéficié d'une place privilégiée à l'ordre du jour de la réunion quadrilatérale. Nous avons discuté du développement des infrastructures de transport et d'énergie, démarches ayant des avantages à long terme concernant la compétitivité et l'attractivité des investissements étrangers, facteur clé du bien-être de nos citoyens, de la sécurité et de la prospérité de la région. Mes collègues, mes homologues, ont mis en exergue les principaux points discutés en termes d’inter connectivité, mais également en termes d’énergie. J`ai réitéré l'importance que les autorités roumaines attachent à la sécurité énergétique, notamment dans la perspective de la mise en œuvre de projets susceptibles de contribuer à la diversification des sources et des voies d'approvisionnement en énergie.
Dans le même temps, nous avons également abordé le thème de la coopération pour assurer la stabilité régionale, en misant sur les intérêts communs de la gestion des migrations et de la sécurité des frontières

Nous avons évalué le stade de préparation du lancement des candidatures communes pour l'organisation de compétitions sportives internationales, un sujet que notre homologue grec a porté à notre attention.
En conclusion, je voudrais remercier mes distingués invités, mes amis, pour l’approche constructive qu’ils ont démontrée dans les discussions de cette réunion. J'exprime mon espoir de voir aboutir au plus vite le plus grand nombre de projets communs.
Je tiens à remercier une fois encore pour la participation et je suis convaincue que ce qui n’est aujourd’hui que des projets, demain, dans un avenir proche ou à moyen et à long terme se traduira par des objectifs importants pour nos pays.
Merci encore pour votre présence en Roumanie!

 

 



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire