Nouvelles fraîches

Mardi, 24 Avril

Réunion quadrilatérale de haut niveau entre la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce et la Serbie

Déclarations  conjointes de presse du Premier ministre Viorica Dăncilă, du Président de la Serbie, Aleksandar Vucic, du Premier ministre de la République de Bulgarie,  Boïko Borissov et du Premier ministre de la République hellénique, Alexis Tsipras, après réunion du sommet quadrilatéral Roumanie-Bulgarie-Grèce- Serbie


Mme Viorica Dăncilă: Je salue la présence du président Vučić peu après la réunion que nous avons eue à Bucarest lors de sa visite. J'apprécie le rôle de la Serbie en tant que facteur de stabilité dans les Balkans occidentaux et de sa contribution positive au processus de coopération et de réconciliation et je l`assure de notre plein appui dans les négociations d'adhésion à l'Union européenne. je salue également la présence du Premier ministre Borisov à cette réunion et je le rassure de notre soutien aux objectifs de la Présidence bulgare du Conseil de l'UE, où les Balkans occidentaux ont un rôle essentiel. C'est aussi un grand plaisir d'avoir aujourd'hui à Bucarest pour la première fois, le Premier ministre Tsipras. La Grèce est un partenaire clé pour la Roumanie dans la région et nous voulons renforcer les relations bilatérales, notre collaboration bilatérale, régionale et européenne. Ce format de consultation offre une bonne occasion de renforcer le dialogue et d'identifier les moyens de coopération dans la région de l'Europe du Sud-Est, notamment en termes de développement économique. Nous avons discuté aujourd'hui de la coopération économique, des projets concrets que les quatre états peuvent développer, du format 16 + 1, d`une rencontre pour concrétiser les projets dont nous venons seulement de discuter. Je donne la parole au Président Vučić.
M. Alexander Vucic: Mesdames et Messieurs, chers amis, je voudrais d'abord remercier notre hôte, le Premier ministre Viorica Dăncilă, pour la formidable hospitalité montrée, je voudrais remercier les collègues et amis Borisov et Tsipras, amis de la Serbie pour le soutien offert, avec le Gouvernement et l'Etat roumain, soutien offert à la Serbie sur sa voie européenne. Aujourd'hui, nous avons eu des discussions très concrètes, la conclusion étant que nous allons former un groupe de travail conjoint, qui sera formé des ministres des  communications et des transports de nos pays et nous allons aborder plus concrètement les projets communs spécifiques et nous travaillons en étroite collaboration pour se préparer à l'organisation de la réunion en format 16 + 1, qui se tiendra en Juin, cette année.

Nous avons également discuté des questions de financement et d`une gamme d'activités communes, l'échange de biens entre la Serbie, la Roumanie, la Bulgarie et la Grèce a augmenté ces dernières années. En outre, l'afflux de touristes en Serbie et aussi de Serbie vers ces trois pays a augmenté. Nous pensons que ces réunions sont très pertinentes pour nos pays, la Serbie étant la seule de ces trois pays qui ne soit pas encore membre de l'UE. Il est très important d'avoir le soutien de la Roumanie, de la Bulgarie et de la Grèce sur la voie européenne de la Serbie, la Serbie faisant, à son tour, de son mieux pour aider ces pays amis et nous le ferons de manière directe. Nous allons accepter un soutien encore plus fort de Bucarest, d'Athènes et de Sofia sur notre chemin européen. Nous voulons que vous nous aidiez, parce que si nous étions vous, nous vous aiderions. Nous voulons devenir un État membre de l'UE, mais sans votre solide soutien, nous ne pourrions pas le faire. Je suis ravi des résultats concrets que nous avons obtenus aujourd'hui. Pour les citoyens de Serbie, nous avons discuté d'opportunités telles que l'autoroute Moraviţa-Timişoara; pour construire également une autoroute nous reliant à la Bulgarie; l'achèvement de notre autoroute jusqu`à Skopje. Nous avons discuté des moyens de moderniser les chemins de fer jusqu'à la frontière bulgare. Nous avons également discuté des moyens d'améliorer l'infrastructure numérique et des moyens d'améliorer la coopération avec ces pays de l'UE. Nous avons discuté de la possibilité de résoudre les problèmes communs et la mise en place de groupes de travail conjoints peut y aider. Une fois de plus, je tiens à vous remercier, Madame le Premier ministre Dăncilă. Je voudrais remercier mes amis, M. Tsipras et M. Borisov, et je tiens à réaffirmer que nous continuerons à promouvoir la coopération dans ce format. Merci encore une fois.
Mme Viorica Dăncilă: Nous vous remercions également, Monsieur le Président Vučić. M. le Premier ministre Borisov, vous avez la parole.
M. Boyko Borisov: Je voudrais féliciter le Premier ministre de la Roumanie pour sa nouvelle fonction et que nous avons avec nous un Premier ministre femme, dans notre format. Dans le courant de la matinée, j'ai été à Ljubljana, où j'ai commencé à travailler activement sur les questions des Balkans, en commençant par les discussions préparatoires pour la réunion 16 + 1 qui aura lieu à Sofia, et nous avons également eu l'occasion de reconnaître tous les développements positifs dans les Balkans occidentaux. Je me souviens d'une réunion tenue à Thessalonique, il y a 15 ans, en 2003, qui a eu à l'ordre du jour le problème des Balkans occidentaux et a soutenu le processus d'intégration des Balkans occidentaux. Il y a un an, la Bulgarie a mis en évidence une fois de plus la nécessité de remettre l'agenda européen la question des Balkans occidentaux et en même temps que mes collègues de la Roumanie et la Grèce nous devons faire tout ce que nous pouvons pour faire rentrer de nouveau ces États dans la famille européenne et je dois dire que je suis très satisfait du travail de M. Jean-Claude Juncker.

Mme Mogherini aussi a eu l'occasion de visiter les Balkans occidentaux. Je dois souligner aussi la  visite que M. Tusk fait dans les Balkans occidentaux. Il y a quelques années à Trieste, j'ai eu l'occasion de parler à Mme Angela Merkel. Nous avons discuté de la question des Balkans. J`en rentré avec une attitude positive, sachant que beaucoup de bonnes choses peuvent être faites dans ce sens. M. Emmanuel Macron a mentionné ces tendances positives dans l'Union européenne et je crois que Mme la Chancelière Merkel est certainement sur la bonne voie en soutenant le développement et le progrès des Balkans occidentaux. Comme vous pouvez le voir, il est très facile qu`un conflit soit ravivé ou que les  tensions sont reprises dans cette zone géographique et chaque fois que je l'ai dit: lorsqu`un conflit apparaît dans une partie des Balkans, il se transmet immédiatement ailleurs sur notre continent. Et l'histoire a montré que c`est ainsi qu`il y a eu d`immenses destructions.  Je dirais que le simple fait que cette coopération continue d'exister est un signe clair du fait qu c`était une action constructive, productive et nous souhaitons affirmer que nous voulons continuer à faire des choses qui nous rapprochent toujours davantage, et non pas nous séparer; nous voulons disposer d'une infrastructure qui nous relie à l'Europe et au monde; nous voulons accroître notre développement économique, améliorer le  tourisme et progresser dans tous les autres secteurs économiques. Madame le Premier ministre de la Roumanie a proposé une série de projets très importants, l'un d'entre eux étant un nouveau pont sur le Danube à Ruse, elle vous en donnera les détails à cet égard. J`ai mentionné également la possibilité de construire une autoroute qui relie nos capitales, tout comme la connexion du port de Thessalonique avec les ports de Bulgarie et de Roumanie, l'amélioration de la connectivité avec Belgrade, avec Bratislava à Skopje. La Grèce et la Serbie ont également participé à cette initiative pour améliorer la connectivité au niveau régional avec Pristina, au sujet des décisions concernant Pristina, que mon collègue Vucic doit prendre, elles ne sont pas faciles,  mais autrement la question des Balkans occidentaux ne peut pas aller de l'avant, avancer, c`est pourquoi, je dois dire que je suis très fier des élites politiques  des Balkans d'aujourd'hui, parce que je ne me souviens pas avoir eu auparavant dans l'histoire des élites si responsables dans les pays des Balkans et je pense que nous nous rendons tous compte que nous faisons maintenant partie de la famille européenne et il n'y a pas d'alternative à la perspective européenne pour les Balkans occidentaux. Nous continuerons dans ce format quadripartite jusqu`à la fin de Juin, après quoi, nous nous reverrons encore peut-être, après quoi suivra la réunion au format 16 + 1 en Juin.

Contrairement à d'autres fois, cette réunion n'aura pas lieu à l'automne, mais en juin, car cela a aussi un but constructif. Pour ce qui est de notre pays, nous devons avoir une attitude plus active pour préparer les projets spécifiques que nous pouvons présenter dans ce format 16 + 1, c'est-à-dire signer des protocoles pour préparer une réunion productive au format 16 + 1. Je veux une fois de plus remercier nos collègues pour leur hospitalité d`aujourd'hui.
Mme Viorica Dăncilă: Merci, Monsieur le Premier ministre Borisov. M. le Premier ministre Tsipras, vous avez la parole.
M. Alexis Tsipras: Je suis très enchanté. Je suis aujourd'hui à Bucarest. Nous pouvons voir que toutes ces discussions et relations qui ont commencé il y a moins d'un an, cette initiative de réunion dans ce format, de ces pays des Balkans, trois d'entre eux membres de l'UE et la quatrième, la Serbie voulant adhérer à l'UE, nous la voyons comme une initiative très solide, dont le but est de coopérer pour assurer la paix, la stabilité et la sécurité dans notre région. Nous sommes tous très conscients que les Balkans sont une zone qui a toujours été confronté à de sérieux défis. Une région qui a généré toute une série de problèmes nationaux, des guerres, mais, d'autre part, est une région qui offre des possibilités très prometteuses et nous sommes ici pour relever ces défis et je pense qu'il est très important de disposer de cette institution de coopération au niveau quadrilatéral entre nos quatre pays. Nous, les États des Balkans, sommes appelés à décider de la manière dont la région doit se développer, selon les souhaits de nos pays, de nos citoyens, et non pas sur la base de l`agenda établi ailleurs par des tiers. Notre objectif est de développer la région et de transformer cette coopération en une initiative permanente dans une période difficile, à l'heure de la mondialisation. Cela signifie que nous devons coopérer étroitement et tirer pleinement parti des possibilités qui nous sont offertes. Ce n`est pas une nouvelle vision, c`est une vision plus ancienne qui nous a été offert à plusieurs reprises tout au long de l'histoire, mais je pense aujourd'hui, elle est plus urgente que jamais. Nous avons des conditions modernes et nous ne voulons laisser de côté aucun participant et ce développement dans les Balkans le prouvera. Je suis d'accord avec ce qu'a dit Boyko (Borisov) sur la possibilité de développement des Balkans occidentaux, qui est en fait une chance de développement européen. Je pense que notre initiative est très solide et je pense que nous devons nous concentrer sur l'avenir européen de nos pays. Aujourd'hui, nous devons construire une vision européenne pour l'avenir de cette région, tout en répondant à la fois aux critères proposés par l'Union européenne et en assurant les principes de bon voisinage. Je voudrais vous rappeler que la Grèce est le pays qui a toujours soutenu cette initiative. Cette discussion a commencé et le où l`on a inscrit à l'ordre du jour de Thessalonique sur les Balkans occidentaux et l`adhésion à l`UE de la Roumanie et de la Bulgarie, ainsi que d'autres pays, ce fut le moment du départ et il est très important de revenir sur ce point à l'ordre du jour, qui a été mentionné en premier lieu à Thessalonique, il y a 15 ans. Maintenant, à Sofia, on relancera les mêmes discussions, nous allons poursuivre la discussion sur les Balkans occidentaux. Je veux rappeler que cette rencontre à Sofia a émergé à la suite de nos réunions et a été annoncée pour la première fois, si je ne me trompe pas, à Varna au cours de la première réunion dans le format 3 + 1. Mon collègue Boyko (Borisov) décrit la Présidence bulgare comme une Présidence balkanique et je  pense qu'il est très important que nous puissions coopérer, de sorte que nous puissions nous assurer que cette Présidence est couronnée de succès. Bien sûr, la Présidence que la Roumanie exercera dans  six mois, au début de 2019, est très importante, est tout aussi importante. Ce sera aussi une présidence particulièrement pertinente pour les Balkans et nous allons appuyer fermement. Il est très important que nous ayons aujourd'hui l'occasion d'être ici avec le Président de la République de Serbie et nous voulons soutenir l'adhésion de la Serbie à l`Union européenne. La Serbie a toujours travaillé pour sa perspective européenne, c`est un pays très important pour notre région, un pays qui a dû faire face ces dernières années à de mauvais choix mais qui a heureusement réussi à prendre les mesures nécessaires pour soigner ses blessures. Enfin, je voudrais ajouter quelques mots sur les discussions d'aujourd'hui, à savoir des discussions spécifiques sur des projets, sue les moyen d`utiliser les opportunités que nous avons. Nous avons eu un certain nombre de discussions constructives sur tous ces projets conjoints. Je voudrais rappeler l'importance que nous attachons à l'interconnexion des pays des Balkans et à l'attrait des investisseurs - nous nous intéressons ici aux secteurs du transport ferroviaire, maritime et routier. Nous avons une série de projets d'une grande importance. Je voudrais rappeler la connexion entre les ports du nord de la Grèce et les ports de la Mer Noire et du Danube. En outre, l'interconnexion avec le système de transport ferroviaire. Un autre projet très important est celui de la liaison routière entre Thessalonique, Sofia et Bucarest. C'est un projet qui aura le don d'augmenter le nombre de touristes traversant la Bulgarie de la Roumanie à la Grèce et vice versa. Nous avons également parlé de la ligne de chemin de fer entre Thessalonique et Belgrade, et je voudrais rappeler un autre important projet énergétique, d`Alexandroupolis, en Bulgarie, et la branche verticale qui part de ce pipeline vers la Roumanie. Ce sont des projets qui peuvent améliorer la dimension économique de coopération entre ces pays et pour ces projets, nous rechercherons des fonds de l'UE mais aussi de la part d'autres investisseurs ou des initiatives telles que l'initiative 16 + 1, où la Grèce a fonctionné jusqu`à maintenant seulement en tant qu'observateur, mais a l'intention de devenir un membre à part entière.

Je voudrais remercier une fois encore le Premier Ministre de la Roumanie, le Premier Ministre de la Bulgarie et le Président de la République de Serbie pour cette très importante réunion. Aujourd'hui nous avons eu l'opportunité d'approfondir nos relations et je voudrais faire connaître que la prochaine réunion j'aurai la joie de l'accueillir fin juin en Grèce, et ainsi nous donnerons un caractère plus concret à toutes ces initiatives, et à ce moment-là y participeront aussi  les ministres des transports de tous ces pays participants, parce que nous voulons donner un poids aussi pertinent que possible aux projets du domaine du transport. Nous attendons à que toutes ces initiatives se concrétisent dans la prochaine phase. Je vous remercie.
Mme Viorica Dăncilă: Je remercie nos distingués invités pour l'approche constructive qu'ils ont eue et je souhaite et nous voulons tous être en mesure de mettre en pratique autant de projets que possible. Je vous remercie.



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire