Nouvelles fraîches

Jeudi, 18 Mai

Visite de travail du Premier ministre Sorin Grindeanu au Ministère de la Santé

Déclarations de presse du Premier ministre Sorin Grindeanu et le ministre de la Santé, M. Florian Bodog, à la fin de la visite de travail au Ministère de la Santé

M. Sorin Grindeanu: J`ai tenu à venir aujourd`hui avant la réunion du Gouvernement au Ministère de la Santé parce qu`aujourd`hui nous approuverons par un mémorandum  la création d`un Comité interministériel d`urgence charger de remédier aux dysfonctionnements apparus dans le Programme national de vaccination. C`est une question extrêmement importante et toujours aujourd`hui sera approuvé un organigramme relatif à un nouveau fonctionnement du Ministère de la Santé, qui contient un module, une unité de management de la vaccination, qui sera responsable de tout ce qui contient le processus de vaccination, de l`achat jusqu`à l`administration des vaccins, incluant y compris la campagne visant la prise de conscience par la population. C`est une question extrêmement importante. Malheureusement, le Ministère de la Santé a dû ces derniers mois agir comme un sapeur pompier pour éteindre différents foyers apparus à cause de la mauvaise gestion antérieure. Par tout ce que M. le ministre a fait, et non pas seulement aujourd`hui, mais aussi lors des discussions que nous avons eues ces derniers jours, ces dernières semaines,on fait des efforts pour assurer le nécessaire, pour donner un exemple, des vaccins anti-rougeole, on a identifié 300 milles vaccins, détails extrêmement importants, M. le ministre vous le dira nous voulons mettre en place le cadre prédictible  pour éviter ce genre de situations. Je pense que nous parviendrons, y compris avec la Loi de la vaccination, à créer ce cadre, un fondement correct, nous évitant ce genre de situations. En outre, je pense qu`il est important de gérer bien – et M. le ministre Bodog vous en dira davantage -  nous allons surveiller aussi la campagne de vaccination antigrippale, qui doit se dérouler dans les mêmes paramètres et, d`autre part, nous devons faire de notre mieux pour rendre consciente la population de la nécessité de la vaccination et encore mettre au point cette chaîne de l`achat jusqu`à l`administration.    Je vous disais que dans le cadre de la réunion du Gouvernement nous prendrons ces décisions dans l`après-midi. ...

M. Florian Bodog: J`ai informé M. le Premier ministre sur les mesures que nous avons entreprises, sur la disponibilité des firmes, à la suite de nos démarches concrètes avec l`OMS concernant l`épidémie de rougeole, les firmes ont manifesté leur disponibilité de transférer d`autres pays et non pas des entrepôts, comme ont publié les médias, mais d`autres pays les stocks supplémentaires vers la Roumanie et, dans le même temps, M. le Premier ministre nous a demandé  de démarrer à temps l`achat de vaccin antigrippal  pour les personnes qui présentent des risques, les personnes âgées, ce qui, je pense, est important. Nous sommes déjà en procédure  de préparer la documentation, mais j`ai demandé au secrétaire d`Etat chargé de l`assistance médicale qu`au moment de démarrer la campagne de vaccination nous ayons déjà le vaccin en stock. Dans le même temps, j`ai pris note moi aussi de la décision du ministre de la Santé d`Italie, qui a décidé hier que les enfants qui ne sont pas vaccinés ne puissent pas suivre les programmes de scolarisation payés par l`Etat. Et cet aspect est en quelque sorte dans le sens de  ce que nous envisageons par la Loi de la vaccination que nous proposons.     

Question  /.../

M. Florian Bodog: Non, nous ne l`avons pas encore adoptée, vous savez qu`en France elle est appliquée, nous voyons qu`en Italie aussi est prise justement à cause de cette épidémie de rougeole. ,

Reporter: /.../

M. Sorin Grindeanu: Je voudrais y nuancer un peu, si vous me le permettez. Avant de prendre des décisions de ce genre pour obliger.. pour exclure les enfants non vaccinés , nous, l`Etat devons faire autre chose : être capables  d`assurer l`existence de cette chaîne dont je viens de parler et ce qu`après commencer à appliquer ce genre de décisions. Pour le moment nous sommes dans la situation mentionnée : nous cherchons à faire face aux crises commencées dans le passé aux différents niveaux. Mais notre devoir  actuellement est de les avoir, avant d`appliquer des sanctions.  

Q. : Est-ce que, une fois les vaccins en stock, pour une période de deux, trois ans, pourrait entrer en vigueur la sanction dont vous perlez ? Ou bien on assure les vaccins, on informe la population, on fait la campagne…  

M. Sorin Grindeanu: Vous savez, la liberté.. en premier lieu, c`est une loi qui sera débattue, approuvée, amendée, j`en suis persuadé, au Parlement. De mont de vue, la liberté de chacun de nous est un droit acquis par nous tous, mais cette liberté n`est pas complète si elle affecte la liberté d`autrui. Nous sommes peut-être dans une situation de ce genre. Les 25 ou 26 enfants morts cette dernière année  nous ramèneront à la réalité. Un tel nombre d`enfants décédés c`est un événement tragique qui ne peut pas avoir lieu dans d`autres pays et certainement pas dans l`UE. Et alors, si l`on ajoute aussi le fait que`au lieu d`un taux de 95% de la vaccination nous sommes à peine environ à la moitié …  

M Florian Bodog: Et même moins que cela dans certains départements.

M. Sorin Grindeanu:...Moins peut être, c`est pourquoi par ce que cherchons à faire nous devons tout mettre sur des fondements corrects, prédictibles souhaitées par tout le monde, y compris les producteurs, les fournisseurs qui veulent savoir ce dont l`Etat roumain a besoin.  Ensuite, nous devons lancer les débats concernant l`1obligation, avec des arguments pro et contre. Ce qui est certain c`est que nous menons sérieusement la campagne de prise de conscience, d`ailleurs, l`une des attributions de l`unité de management  concernant la vaccination.  

Q. : De qui sera formée cette unité de management ?

M. Sorin Grindeanu: A l`intérieur du Ministère  de la Santé.

M. Florian Bodog: Elle aura 5 membres et sera coordonnée par Mme Pistol de l`Institut national de santé, ayant  composante d`achats, de santé publique, juridique, donc absolument toutes les composantes.   .

Q. : Quand arriveront les premières doses de vaccin anti-rougeole en Roumanie ?

M. Florian Bodog: Ils sont déjà dans l`entrepôt de l`Unifarm et hier j`ai signé l`ordre de leur répartition vers DSP.

Q. : Au sujet de la prise de conscience, envisagez-vous de suivre un exemple des pays qui y ont réussi ?.

M. Florian Bodog: Nous avons transmis déjà à la CNA un message qui, probablement sera transmis à chaque chaîne de télévision et que je vous prie de reprendre et, dans le même temps, nous préparons aussi une campagne très intense pour tous les programmes de vaccination  que nous allons démarrer. Nous préparons aussi l`achat du vaccin pneumococique qui a figuré dans notre programme de vaccination mais n`a jamais été financé et nous demanderons qu`il soit livré directement au DSP, sans entrer dans notre chaîne de distribution .de l`Unifarm, pour éviter d`autres dépenses supplémentaires      et nous lancerons aussi une campagne d`information et une politique d`éducation pour la population.

Q. : Des fonds pour HPV?

M. Florian Bodog: Pas encore.

Q : comment résoudre la situation du manque médecins de familles dans les zones rurales ? il y a des médecins qui couvrent plusieurs villages …  

M. Florian Bodog: Nous avons demandé au Centre national de ressources humaines d`identifier ces situations et, dans le même temps nous demanderons aux autorités locales que les médiateurs sanitaires agissent de pair avec l`équipe du médecin de familles.  

Q. :  /.../

M. Sorin Grindeanu: Non, j`ai dit qu`aujourd`hui le projet de la Loi sera presque sûrement inscrit à l`ordre du jour concernant la modification du Code pénal et du Code de procédure pénale dans la perspective des décisions de la Cour Constitutionnelle, projet qui a parcouru toutes les phases étant ensuite envoyé au Parlement et dans les deux premiers mois maximum il y aura les lois de la justice d`organisation, dont l`une concernera la responsabilité des magistrats, ensuite les débats et les éventuelles modifications des deux codes. C`est biens ce que j`avais déclaré.      

Q. : Est-ce que le projet  sera inscrit à l`ordre du jour d`aujourd`hui ?

M. Sorin Grindeanu: J`ai discuté avec M. le ministre hier soir que si l`avis du Conseil législatif, qui est le dernier, vient à temps … il a parcouru tout les pas, y compris du CSM .. Je précise que ce projet de loi concerne les modifications strictement liées  des décisions de la Cour Constitutionnelle, concernant l`application d`une Directive européenne que vous connaissez.    

Q. Dans quels pays ont été identifiés.. ?

M. Florian Bodog: Ils viennent des pays européens, car autrement ils ont un parcours plus long. Mais on m`a dit qu`ils sont déjà disponibles, donc ils sont sur le marché de l`Europe. 

Q.://

M. Florian Bodog:  Des achats d`urgence ou négociations avec une seule source …

M. Sorin Grindeanu: Spéciales, ce système ne convient à personne, ni aux producteurs, parce qu`ils doivent prendre de ce qu`on a distribué à d`autres pays, ni à l`Etat receveur et donc nous avons intérêt de rendre ce cadre législatif aussi prédictible que possible. Au sujet de  clawback, les discussions continuent … je ne puis donner un terme j`espère qu`elles prendront fin dans quelques semaines.. je comprends les mécontentements des uns et des autres, j`ai discuté avec eux et je parviendrai à en devenir un spécialiste dans la santé ..   Je ne veux pas tomber dans l`erreur d`entrer dans ces détails, mais je puis vous dire que l`on discute avec le Ministère des Finances, la Caisse nationale des assurances maladie, avec ceux qui sont dans l`industrie, qu`il s`agisse des génériques, d`innovants, pour viser une situation équitable qui puisse aussi donner une impulsions à l`industrie autochtone.          

Q. : /.../

M. Sorin Grindeanu: Concernant la procédure, tous les points de vue du Gouvernement vers la Cour Constitutionnelle et en parenthèse je puis dire que j`en signe des dizaines, sinon des centaines  chaque semaine sont comme suit : Le Ministère de la Justice  avec le Département et c`est normal est titulaire, il a un département qui s`occupe de ces plaintes non personnifiées. Et la Cour Constitutionnelle demandent un avis au Ministère de la Justice par une adresse au Gouvernement et c`est le premier ministre qui la signe. Je précise, donc, les spécialistes du respectif département n`ont aucune liaison avec la personnes x, y, z etc, les spécialistes ont rédigé un point de vue  que le Gouvernement a remis à la Cour Constitutionnelle.

Q. : /.../

M. Sorin Grindeanu: Je sais que vous avez demandé aussi ce matin à M. le ministre, il vous a expliqué les arguments juridiques, je comprends l`1adrese aussi a apparu, ce qui est très bien.. Il y a ce département du Ministère de la Justice qui rédige  le p[oint de vue du Gouvernement aux éventuelles aux notifications venues de la Cour Constitutionnelle. 

Q. ;  /.../

M. Sorin Grindeanu: Allons rester dans une zone optimiste et je vous dis que ces exportations de 5,7 milliards en mars sont confirmées, c`est le niveau le plus grand des exportations de l`histoire de la Roumanie. Cela témoigne aussi de la compétitivité des produits roumains, que nous pouvons exporter aussi autre chose que des services. Cela prouve que l`industrie se développe, en 2027 par rapport à 2016 les investissements directs ont été d`un milliard d`euros, donc 20% plus grands. Ce sont donc de bons signes et ce matin j`ai affirmé ces aspects à la conférence de la Banque Nationale car tant la Banque, que le Gouvernement, le Parlement, le milieu académique et le milieu privé souhaitons devenir membre de l`OCDE, J`ai discuté d`ailleurs cet aspect aussi lors de mes déplacements à l`étranger, y compris en Autriche et en Israël. J`en ai discuté aussi avec le secrétaire général de l`OCDE, M.  Gurría, luis faisant part de notre détermination en ce sens. Ce sont des aspects qui nous intéressent car les standards imposés par l`OCDE nous les avons pris comme modèle. Et la balance de la Roumanie est positive, qu`il s`agisse de politiques publiques, de la lutte contre la corruption ou des paramètres que la Roumanie doit respecter.   

Q. : Peut-on croire la vaccination des enfants ser de nouveau faite à l`école comme cela se faisait … ?

Sorin Grindeanu: Eu aşa am făcut.

M. Florian Bodog:  Oui, moi aussi, enfant, j`ai été vaccine à l`école. a, există. On prend aussi en compte cette possibilité, mais le sujet est assez sensible, parce que la gestion de la santé de l`enfant est la responsabilité du médecin de famille, donc…,    

M. Sorin Grindeanu: Nous devons donc trouver la formule en sorte que les médecins de famille deviennent plus actifs. Je ne veux pas entrer dans des c`est l`attribution du Ministère de la Santé mais les médecins de famille sont ceux qui devront l`administrer, il faut donc y faire participer les médecins de famille,ce qui est extrêmement important.  

Q. ; Mais n`avons pas assez de méde3cins de familles….

M. Sorin Grindeanu: Ah, je sais que ...

Q.: /.../ au sujet de la dé classification de l`archive  SIPA, en êtes-vous d`accord, en avez-vous parlé avec M. le ministre Toader ?

M. Sorin Grindeanu: Oui.

Q.: ... et quand pourrait-on en faire des copies?

M. Sorin Grindeanu: J`ai eu une discussion concernant en partie ce que je viens de vous dire, le projet de modification des lois de la justice, il y a cet horizon, de deux semaines.  Nous devons préparer le paquet de lois pour faire face à la décision pilote de l`OSCE, le délai est de 5 mois et, d`autre part, un autre sujet fut ce dont vous parlez.  Je soutiens la dé classification, en respectant la loi. Il y a probablement plusieurs niveaux de dé classification de ces documents de l`archive, je n`en connais pas de détails, j`ai demandé à M. le ministre d`en cueillir des données et lui aussi en est d`accord. Plus encore, je pense qu`il est bien de connaître ceux qui pendant cette période-là ont eu accès à cette archive. Et cela parce qu`il faut en finir avec ces épouvantails, chimères, en respectant les procédures légales et je suis persuadé que les procédures légales seront respectées. En conclusion j`en suis d`accord.      

Q. ; Sait-on des statistiques quelle quantité de médicaments arrivent annuellement en Roumanie ? Ceux qui expirent ou …?

M. Florian Bodog: Non nous n`avons pas de telles données statistiques au Ministère de la Santé.  Ace que je sache, nous n`avons pas de médicaments jetés. Il y en a probablement qui sont jetés par les utilisateurs finals, les hôpitaux, les médicaments expirés, tout comme doivent faire les pharmacies, mais ce n`est plus un problème du Ministère de la Santé. Mais ils ne sont pas jetés, sont détruits par une procédure spéciale.

Q.: En revenant aux incubatrices, vous avez demandé des garanties qu`elles sont stérilisées. Les avez-vous reçues ? 

M. Florian Bodog: Oui, j`ai discuté avec le directeur de la Direction de la Santé publique qui m`a confirmé cela, qu`elles ont attentivement nettoyées par une procédure spéciale,   avec des vapeurs désinfectants. D`ailleurs demain je serai là pour m`en convaincre.  .

Q.: Mais ce transport-là, vous l`avez considéré normal ?

M. Florian Bodog: Non, il y a une procédure de transport pour l`éuipement. Pratiquement on a transporté un équipement, ce qui peut se passer en rénovant une immeuble … De toute façon ils seront soumis à une procédure de désinfection. Mais, oui, il n1est pas normal de transporter l`équipement médical avec le même tracteur qui transporte le mobilier de a rue. Et je tiens à assurer  les bénéficiers des services de la maternité de   Fălticeni, que la Direction de la Santé publique Suceava devra s`assurer que les patients seront en sécurité.

M. Mais, M. le ministre vous irez là-bas ?

M. Florian Bodog: oui, je m`y déplacerai.

Q.: /.../

M. Sorin Grindeanu: J`ai vu y compris hier certaines choses au Parlement. J`aurai une discussion avec Mme la ministre à ce sujet. Avec Mme la ministre j`ai beaucoup de choses à discuter  un domaine extrêmement important pour nous qu`il faut règlementer  ...

Q. /.../ Avez-vous vu ?

M. Florian Bodog: oui. Les syndicalistes de la Sanitas m`ont demandé une entrevue. J`ai discuté avec le leader, M. Bărăscu, etj`aurai aussi une entrevue avec eux.

Q. :  /.../

M. Sorin Grindeanu: Si cela s`avère vrai, je suis persuadé que ces inégalités seront remédiées.   Mais je panse qu`il faut rendre à César ce qui appartient à César. Par cette loi del salarisation unitaire les salaires que nous avons promis de donner sont, certains, au-dessus ce qu`ils devraient être, mais, de toute façon, ils se rapprochent et augmentent beaucoup. Je pense que tout le monde le reconnaît. S`il y a des éléments qui ne sont placés correctement dans la pyramide on y remédiera. Mais en tant que salarisation dans le domaine sanitaire repose sur des bases correctes et sont d`un niveau décent.   

Q. : Les médecins du Ministère de la Défense, par exemple …

M. Sorin Grindeanu: Il y a un amendement à l`heure actuelle, cela me semble injuste. Je puis vous dire ce que j`ai constaté personnellement i y a deux ou trois semaines : en allant à l`hôpital militaire : le professeur universitaire cadre médical et militaires touche un salaire de 3.100, tandis que l`assistante qui est civile, touche 4.700. C`est pourquoi il y a des amendements à la Chambre des députés     

Q. : Un sujet politique ... /.../qu`il y aurait une divergence concernant l`opportunité d`un remaniement …

M. Sorin Grindeanu: Je n`ai pas dit que je suis ou ne suis pas d`accord, je n`ai pas entendu les leaders de la Coalition, ni M. le président Liviu Dragnea, ou M. Tăriceanu, affirmer cela. Ce ne veut pas dire qu`il n`y a pas ce monitorage que je fais sur l`activité de chaque ministre. Et, également, la coalition qui soutient ce Gouvernement, un gouvernement politique. Au moment où l`on arrive à la conclusion que des changements sont nécessaires, nous les ferons, mais autrement. Je répète, je n`ai pas vu, vous ne m`avez pas entendu en parler, ni M. le président Dragnea ces derniers jours, ces dernières semaines dire …

Q.: /.../

M. Sorin Grindeanu: Il y a eu des critiques constructives concernant plutôt le mode de communication de certains ministres et c`est dans cette sens qu`elles ont été faites. C`est comme cela que je les ai vues. .

Q.: /.../

M. Sorin Grindeanu: C`est vous qui me le dites? Je vous remercie beaucoup.

M. Florian Bodog: Nous vous remercions.

 

 



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire