Nouvelles fraîches

Jeudi, 09 Mars

Visite du Premier ministre Sorin Grindeanu à Bruxelles

Arrivée à Albert Hall – siège de la réunion du PES

***

Le Premier ministre Grindeanu: Il est nécessaire de relancer le projet européen autour de l`idée d`unité

Le Premier ministre Sorin Grindeanu a eu aujourd`hui à Bruxelles des entretiens avec : Mme Frederica Mogherini, Le Haut Représentant de l`Union Européenne aux Affaires Etrangères, M. Serghei Stanishev, le président du PES, M. Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques, M. Gianni Pittella, le président du Groupe de l`Alliance progressiste des socialistes et démocrates du Parlement européen, ainsi qu`avec d`autres leaders européens, dont M. Alexis Tsipras, le Premier ministre de la République hellénique et M. Antonio Costa, le Premier ministre du Portugal.

Au cours des pourparlers, le chef de l`Exécutif a soutenu la nécessité de la relance du projet européen sur le fondement de l`idée d`unité autour des valeurs et principes fondamentaux de l`Union européenne. “La Roumanie est déterminée à s`impliquer activement à soutenir une Union consolidée, fondée sur la cohésion, solidarité et dans l`esprit des valeurs fondamentales de l`Europe. Il est besoin d`une approche inclusive, en format de dialogue ouvert à la participation de tous les Etats”, a affirmé le Premier ministre roumain.

En outre, le Premier ministre Sorin Grindeanu a souligné que pour la Roumanie sont importantes les politiques  visant les fonds de cohésion et les politiques agricoles communes.  

Le Premier ministre a eu ces discussions dans le contexte de sa participation à la réunion PES de Bruxelles. 

 

Rencontre du Premier ministre Sorin Grindeanu avec le Chancelier de l`Autriche, M. Christian Kern

***

Entrevue du Premier ministre Sorin Grindeanu avec M. Christian Kern, le Chancelier de la République autrichienne

Le Premier ministre Sorin Grindeanu a eu aujpord`hui à Bruxelles une entrevue avec M.  Christian Kern, le Chancelier de la République autrichienne, dans le contexte de la réunion du PES. A cette entrevue a participé aussi la ministre déléguée aux Affaires Européennes, Mme  Ana Birchall.

Le Premier ministre de la Roumanie et le Chancelier autrichien ont changé des opinions sur les priorités de l`agenda européen avec accent sur les sujets discutés au Conseil européen du 9-10 mars. Dans ce contexte, le chef de l`Exécutif roumain a confirmé l`attachement prœuropéen et l`engagement ferme de la Roumanie de contribuer activement à la consolidation du projet européen, y compris de la perspective du Brexit et des débats autour du futur de l`UE.  

“La Roumanie maintient clairement sa position sur l`approfondissement de l`Union, avec tous ses projets et politiques de succès notamment le Marché europée, l`Espace Schengen et la zone Euro. Je confirme le soutien de la Roumanie à une Europe consolidée, unitaire et inclusive“, a souligné le Premier ministre Grindeanu. Dans le cadre de l`entrevue, les deux hauts dignitaires ont agréé la visite pendant la période à venir d`une visite officielle du Premier ministre de la Roumanie à Vienne, dans le contexte des débats concernant le futur de l`Union européenne, les détails devant être fixés à travers les canaux diplomatiques.       .

Un autre élément des pourparlers a visé les relations économiques entre les deux pays, avec accent sur  les investissements de capital dans notre pays, compte tenu du fait que l`Autriche est l`un des principaux partenaires  commerciaux de la Roumanie. Le Premier ministre Sorin Grindeanu a présenté brièvement les priorités du Gouvernement pour la période à suivre, en mentionnant la préoccupation de poursuivre les mesures de soutien au milieu des affaires,    

A son tour, le Chancelier de l`Autriche, M. Christian Kern, a félicité le Premier ministre pour le résultat des élections et l`a assuré  de soutenir la Roumanie dans son effort d`attirer les fonds européens pue le financement des projets qui contribuent à remédier les conditions des pénitentiaires.   

Un autre aspect discuté fut le processus des préparatifs de la Roumanie de reprendre la Présidence du Conseil de  l`UE au premier semestre de 2019. La ministre déléguée aux Affaires Européennes, Mme Ana Birchall, a souligné que la Présidence du Conseil UE représente un défi pour la Roumanie et a fait savoir que les autorités  de Bucarest vont collaborer étroitement avec  celles autrichiennes, compte tenu du fait que la Roumanie reprendra la Présidence du Conseil UE de l`Autriche.   

Le Premier ministre Sorin Grindeanu est en train d`effectuer une visite à Bruxelles, les 8 – 9 mars, pour participer à la réunion du PES, ayant aussi des entretiens avec de hauts dignitaires européens  en marge de la réunion du Conseil européen.

 

Déclarations de presse du Premier ministre Sorin Grindeanu à Bruxelles

M. Sorin Grindeanu: Bonjour. Comme vous n`êtes pas sans le savoir, j`ai participé pour la première fois en tant que Premier ministre à la réunion des chefs d`Etat et de gouvernement membres, du PSE. Naturellement j`ai sais cette occasion pour avoir des contacts, des entrevues directes avec eux. Nous avons discuté tant des agendas bilatéraux, que de l`agenda commun européen. J`ai réaffirmé lors de ces entrevues, ce que M. le Président a affirmé ce matin et moi-même ces derniers jours, à savoir, le souhaite de notre pays de consolider le projet européen avec tous les 27 pays membres, d`aller dans la même direction parce que l`histoire nous montre qu`ensemble nous sommes plus forts.     Les débats que vous connaissez et qui sont à peine au début, vont continuer à l`1avenir. Chacun de nous avons exprimé nos points de vue est le nôtre c`est celui je viens de vous dire et que nous soutiendrons indifféremment si nous parlons de l`Administration présidentielle, du Gouvernement ou du Parlement. C`est un de vue commun de la Roumanie.         

Question : Quelle a été la position des socialistes européens concernant les affirmations de ces derniers jours concernant une Europe à plusieurs vitesses ? Quelles ont été les discussions sur ce sujet ?

M. Sorin Grindeanu: Comme je viens de vous dire les débats sont à peine au début, elles vont continuer. Je ne puis vous dire qu`il ait un point de vue commun des socialistes européens. Ce qui est important c`est que cette question sera débattue, car chaque pays a ses arguments, concernant chaque scénario, mais, pour le moment, il n`y a pas de point de vue commun, les débats ne font que commencer.     

Q. : Reporter: Nous, les Roumains sommes contre cette idée d`une Europe à plusieurs vitesse, mais avons-nous aussi un plan concret pour le faire connaître aux partenaires européens, alternative à cette Europe à plusieurs vitesses ?   

M. Sorin Grindeanu: Non seulement nous - et je ne pense pas que c`est ainsi qu`il faille poser, discuter ou débattre  le problème, que nous, les Roumains avons une position contraire à une certaines idée. Nous soutenons la consolidation du projet européen dans cette formule.  Nous, notre pays, nous sommes intéressés, et pas seulement nous, à ce que les fonds de cohésion restent une partie importante de la politique européenne, tout comme la politique agricole commune – ce sont des aspects extrêmement importants et, je répète, il ne s`agit pas de la Roumanie. Voilà la direction que nous pensons nécessaire de suivre, de développer, de consolider. Et, comme je viens de vous dire, l`histoire a témoigné qu`ensemble, chaque fois nous avons été plus forts. C`est bien la direction que non seulement nous proposons, mais je souligne, les discussions ne font que commencer et chacun nous aurons des arguments.    

Q. : Comment être certains que les petits clubs, comme le club Schengen, le Club euro resteront ouverts pour des pays comme la Roumanie qui pour le futur voudront entrer dans ces clubs ? 

M. Sorin Grindeanu: Je pense que les choses ne vont pas beaucoup changer, si je comprends bien ce que vous me demandez , mais je ne pense pas que nous puissions  discuter du futur en affirmant que l`Europe avancera à plusieurs vitesses. Ce que nous voulons tous  et ce que tous le monde a affirmé c`est que tous les 27 Etats aillent dans la même direction, à la même vitesse, pour utiliser une citation. Chacun de nous souhaitons     nous développer, nous consolider aussi fort que possible, faire partie de ce que signifie les politiques communes européennes.  

Q. : Le vice-Président de la Commission européenne, M. Timmermans, a déclaré il y a quelques minutes qu`il est normal qu`aux Etats ayant des problèmes concernant l`Etat de droit l`allocation des fons européens soit arrêtée à un moment donné. En avez-vous discuté avec lui ? 

Sorin Grindeanu: Nous n`en avons pas discuté. J`ai eu avec lui une discussion extrêmement constructive –comme celle d`il y a deux semaines, à savoir, pour envoyer à la Commission européenne  notre demande de financement avec des fonds européens la modernisation des pénitenciers, nous l`avons déjà fait et il y a un groupe de travail qui est en train de clarifier les recommandations du MCV, groupe qui lui aussi a entamé ce travail.     

La discussion avec M. le premier vice-président Timmermans a eu lieu dans des paramètres aussi corrects que possible il y a deux semaines en appréciant tant nous, que lui, le mode dont nous, le Gouvernement de la Roumanie, collaborons, avec lui et avec la Commission européenne en général.

Q. : Vous avez eu aujourd`hui plusieurs entretiens bilatéraux. Le quela fut le plus… Allons dire avec M. Moscovici... économie …

M. Sorin Grindeanu: Non, il yn a eu des discussions, et il est normal qu`il en ait aussi avec M. le Président Hollande, avec le Premier ministre de l`Italie, le Premier ministre de la République tchèque, avec le ministre des Affaires Etrangères du Luxembourg et avec le Premier ministre de la Suède. Je vous ai dit au commencement on a discuté de l`agenda bilatéral entre nos pays avec le chancelier de l`Autriche, tout comme sur ce que nous soutenons, chacun de nous, concernant la [politique commune de la Commission européenne. Dans l`immédiat, avec chacun de ces pays, l`Italie, la Suède, l`Autriche, et tous les autres, nous aurons des entretiens bilatéraux    

Q. : Pouvez-vous nous dire ce que vous avez discuté avec le Président de la France, M  François Hollande, lors cette courte entrevue ?

M. Sorin Grindeanu: Ce sont des chosent qui relèvent plutôt des aspects informels, mais je puis vous dire qu`on a discuté de ce qui se passe actuellement en Roumanie. J`ai présenté, comme je l`ai fait chaque fois, notre situation. J`ai apprécié le soutien de la France pour la Roumanie, ce qu`elle a fait durant toutes ces années et que bien entendu nous  souhaitons la consolidation du partenariat que nous avons, que nous avons eu et que nous aurons avec la France.

Q.: Vous avez eu aussi un entretien avec le chancelier de l`Autriche. Pouvez-vous nous dire si au cours de cet entretien le Chancelier a soulevé quelque question relative à l`activité de la compagnie  Holzindustrie Schweighofer de la Roumanie, compte tenu du fait que le Ministère  des Eaux et Forêts a fait connaître qu`il surveillerait très attentivement l`activité de ce groupe ? Comme vous le savez, ils ont des problèmes  au niveau international et si cela fut l`un des sujets abordés ?

M. Sorin Grindeanu: Non, nous n`en avons pas discuté en général. L`Autriche est un partenaire économique important  de notre pays et, comme vous le savez, les investisseurs autrichiens ont un poids important dans l`économie roumaine. Ce qui est important c`est j`ai convenu avec le chancelier autrichien d`avoir dans l`immédiat un entretien, soit à Vienne, soit à Bucarest, nos diplomaties en devraient décider l`agenda et, naturellement, à ce moment-là nous discuterons aussi les éléments concrets concernant les éventuelles situations que vous venez d`évoquer.  

Q. : Vous parliez d`une position commune, gouvernement, Présidence et Parlement. Quand avez-vous consulté officiellement le Parlement concernant cette position ?

M. Sorin Grindeanu: J`ai vu des déclarations, je suis désolé. J`ai peut-être trop dit, mais j`ai vu des déclarations de la direction de la Chambre des Députés allant dans le même sens que celles du Président et que les miennes ou celles du Gouvernement.    .

Q. : Mais est-ce que le Gouvernement va-t-il initier de pair avec le Président une consultation nationale concernant une certaine position ?  C`est à dire vous pourriez peut-être connaître la position de tous les partis parlementaires à ce sujet.

M. Sorin Grindeanu: Nous pouvons y prendre part je ne pense pas que ce soit le rôle du gouvernement, mais nous pouvons être partie prenante. Nous avons eu une entrevue, comme vous le savez, avec M. Le Président  hier, pour convenir une position commune et ce dialogue fut et il est bien venu, car nous avons bien une position commune. Naturellement plus ce débat est large plus c`est mieux. Le Gouvernement peut faire partie de ce débat,     

Q. : Après ces entrevues, contacts bilatéraux que vous avez eus, allez-vous téléphoner à M. Président compte tenu du fait qu`ils furent en marge du Conseil et qu`il serait important qu`il ait connaissance de ce que vous avez discuté ?   

M. Sorin Grindeanu: Je suis certain que nous aurons encore des discussions les jours suivants y compris sur les conclusions que pourrions tirer à la suite de ces entretiens et, particulièrement, sur la stratégie que nous, le pays, devrions adopter et suivre dans l`esprit de ce que je vous ai dit tout à l`heure. Je vous remercie ! 

 



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire