Point de presse donné par le ministre des Fonds Européens, Marcel Boloș, le chef de la Chancellerie du Premier ministre, Ionel Dancă, et le secrétaire d'État au Ministère des Affaires Intérieures, Raed Arafat, à l'issue de la réunion du gouvernement

14 Octobre

Ionel Dancă: Bonjour! Lors de la réunion du gouvernement d'aujourd'hui, ont été adoptés des actes normatifs pour la mise en œuvre de mesures très importantes avec un financement par des fonds externes non remboursables, mesures qui font partie du paquet du gouvernement pour soutenir les personnes touchées par la pandémie COVID, à la fois socialement et économiquement, mesures incluses dans le Plan national d'investissement et de relance économique du gouvernement d'Orban. Le ministre Marcel Boloș présentera les détails de ces mesures.

Marcel Boloş: Merci. Bonjour, je vous le dis aussi. Le Gouvernement de la Roumanie a adopté cinq mesures importantes pour tout ce qui concerne les catégories de bénéficiaires de fonds externes non remboursables. Une première mesure concerne l'augmentation du plafond alloué à l'achat de matériel médical. L'ordonnance 43 de 2020 permettait aux formations sanitaires et aux autorités publiques locales en partenariat avec les formations sanitaires d'accéder à des fonds externes non remboursables pour l'achat de matériel médical, c'est-à-dire de systèmes de surveillance ou de ventilateurs ou de tout équipement spécifique aux unités de soins intensifs. Ce plafond est passé de 350 millions d'euros à 1,2 milliard d'euros, ce qui signifie que presque tout ce qui a été demandé par le biais de 291 demandes de financement, soit 1,271 milliard euro, il sera financé. Au cours de la prochaine période, nous conclurons les contrats de financement pour les 291 demandes qui ont été soumises. À ce jour, nous avons conclu 51 contrats de financement d'une valeur de 156 millions d'euros. L'appel à projets était ouvert jusqu'au 30 septembre 2020. C'est une mesure qui soutient la crise que nous traversons en cette période engendrée par le coronavirus, une crise pandémique avec des difficultés pour le système de santé roumain, et le gouvernement Orban est venu soutenir les unités de santé, afin que la partie de l'équipement médical nécessaire au traitement des patients soit fournie. Une deuxième mesure est celle des tablettes scolaires. Comme on le sait, en première lecture, on a discuté de compléter le budget de 50 millions d'euros pour les étudiants bénéficiant de bourses sociales au sein des universités publiques. Aujourd'hui, le Gouvernement de la Roumanie a approuvé cette mesure de compléter le budget pour les tablettes scolaires de 50 millions d'euros. Le Gouvernement a également approuvé que la valeur éligible des tablettes scolaires, qui était de 200 euros, soit portée à 250 euros par tablette. Toujours dans le cadre de l'enseignement en ligne et de la protection des étudiants, dans les établissements d'enseignement supérieur de l'État, un budget de 10 millions d'euros a été approuvé pour la partie des équipements de protection et des dispositifs médicaux nécessaires aux activités de cours dans les universités, afin qu`il puisse se dérouler dans de bonnes conditions là où la partie des cours, des laboratoires ou des séminaires est encore réalisée par la participation physique des étudiants. Il s'agit de la deuxième mesure concernant les tablettes scolaires. Après la publication de l'ordonnance au Journal officiel, l'appel à projets sera ouvert le 19 octobre, c'est-à-dire lundi prochain, et le dépôt des demandes de financement se fera à partir du 25 octobre, afin que le processus éducatif en ligne pour le système éducatif pré-universitaire et plus tard pour que l'enseignement universitaire puisse se dérouler dans de bonnes conditions. La troisième mesure approuvée par le gouvernement Orban concerne les bénéficiaires de bons pour un repas chaud, respectivement pour les personnes âgées de plus de 75 ans. Comme on le sait, la valeur d'un tel billet est de 180 lei par mois. Ces bons seront distribués dans la première semaine de décembre de cette année et seront remis rétroactivement à la date d'approbation de la mesure, respectivement en septembre, octobre, novembre et décembre, afin que tous les bénéficiaires, respectivement les personnes de plus 75 ans avec des revenus au niveau de la pension sociale minimum, environ 300.000 bénéficiaires, verront les 720 lei chargés sur des bons ou des cartes la première semaine de décembre 2020. La quatrième mesure adoptée par le gouvernement Orban est celle concernant les bons pour l'éducation après l'école. Celles-ci, comme vous le savez, ont été initiées et approuvées sous forme de loi et ont, maintenant, après l'approbation de la mesure d'aujourd'hui, une valeur de 200 lei / mois. Les bénéficiaires sont les élèves des classes I à IV, environ 300.000 enfants participeraient à ce programme pilote que nous réaliserons dans la prochaine période, après le lancement de l'appel. 150 écoles sont incluses dans le projet pilote. Les écoles sont établies par arrêté du Ministère de l'Éducation et de la Recherche et les types d'activités doivent être définis par le guide du candidat, une fois qu'il est lancé pour un débat public. Et enfin, la cinquième mesure adoptée par le Gouvernement Orban est celle des systèmes alternatifs pour le réseau d'assainissement - c'est une mesure attendue surtout par les pouvoirs publics locaux en milieu rural pour les habitants des villages, car on a adoptés les mesures nécessaires pour que les localités de moins de 2000 habitants puissent disposer de ces systèmes alternatifs pour les réseaux d'assainissement, respectivement une solution que nous avons proposée afin de faire bénéficier les communautés rurales du service public de raccordement au réseau d'assainissement. eaux usées. Le budget approuvé est de 500 millions d'euros, la valeur de l'investissement éligible est de 2500 euros par ménage et en bénéficieront environ 200.000 ménages des zones rurales pour le raccordement au réseau d'assainissement, étant l'une des démarches que le Gouvernement Orban a faite pour les infrastructures d'eau et d'assainissement afin que le plus grand nombre d'habitants puisse bénéficier des services publics d'approvisionnement en eau et d'assainissement, exigence également imposée par les directives de l'Union européenne. Ce sont les cinq mesures importantes que le Gouvernement roumain a adoptées. Je suis à votre dispsition pour répondre aux questions.

Ionel Dancă: S'il y a des questions pour M. le ministre?

Journaliste: Vous avez dit que ces chèques repas chauds seront payés la première semaine de décembre, c'est une semaine avant la date des élections. Comment expliquez-vous cette situation?

Marcel Boloş: En ce moment, la procédure de passation des marchés publics est en cours de finalisation. Le contrat de marché public doit être signé la semaine prochaine. Il y a 300 000 bénéficiaires. Les émetteurs de cartes ont besoin de 10 jours, selon le contrat, pour émettre ces cartes. Ces cartes sont ensuite distribuées aux préfectures, des préfectures aux autorités publiques locales et de l'autorité publique locale au bénéficiaire final. Il se calcule en jours - pour nous, il est important que le programme d’appui opérationnel aux personnes défavorisées ne décompresse pas l’argent, qu`il parviennne aux bénéficiaires. Et pourtant, il s'agit de personnes qui ont un certain âge et qui attendent cette aide de notre part. Comment puis-je vous dire, j'ai fait ces calculs avec mes collègues. Ce schéma d'émettre et de distribuer des cartes pour 300.000 bénéficiaires, n'est pas très simple.

Ionel Dancă: Je voudrais ajouter un aspect à la réponse de M. le ministre. Comme vous le savez bien, nous sommes dans la dernière année de l'exercice 2014-2020 et justement parce que nous mettons tout en œuvre pour ne pas perdre l'argent européen, pour éviter le risque de désengagement des fonds européens, nous essayons d'inclure tous ces engagements de paiement le plus tôt possible afin d'éviter un tel risque. C'est un effort que nous faisons pour pouvoir payer, nous l'espérons début décembre, peut-être si cela est p[ossible, encore plus tôt, mais c'est un effort pour avancer ces paiements précisément pour entrer dans l'exercice de Exercice 2014-2020.

Marcel Boloş: Si nous ne distribuions pas ces bons pour les personnes âgées, le budget alloué serait perdu et c'est dommage.

Ionel Dancă: Y a-t-il d'autres questions pour M. le ministre? Sinon, merci, monsieur le ministre. J'invite M. le secrétaire d'État Raed Arafat à vous présenter la forme finale de l`Arrêté du gouvernement de prolonger l`état d'alerte. M. le ministre, s'il vous plaît!

Raed Arafat: Bonjour. Aujourd'hui, lors de la réunion du gouvernement, ont été débattues les propositions du CNSU, ce que j'ai annoncé hier, en fait. Les mesures suivantes restent confirmées: concernant le port du masque, jusqu'à 3 pour mille d'incidence, donc de 0 à 3 pour mille d'incidence, le masque doit être porté dans des espaces bondés et à 50 mètres de l'entrée des écoles; de 3 à mille, le masque est obligatoire dans tous les espaces ouverts. Le deuxième aspect: les dispositions qui établissaient que de 0 à 1,5 pour mille d'incidence, restaurants, cafés, cinémas, toutes ces entités fonctionneront avec une capacité de 50% sont restées valables; entre 1,5 pour mille et 3 pour mille, avec 30% de capacité, et plus de 3 pour mille, seront malheureusement fermés. Et il reste encore l'obligation de tester le personnel travaillant dans les centres d'hébergement, une fois par semaine, par les soins des services de santé publique; ceci est très important pour la protection des personnes âgées ou des personnes qui se trouvent dans des centres résidentiels. Cela est nécessaire après que le personnel ne tourne plus à 14 jours et arrive par quarts de travail normaux, puis, à 7 jours, leur évaluation empêchera la transmission du virus ou réduira le risque de transmission du virus aux résidents de ces centres. Ce sont donc les principales dispositions qui ont également été établies par la décision gouvernementale d'aujourd'hui. Si vous avez des questions, n'hésitez pas.

Journaliste: Une clarification si possible, M. Arafat. Aujourd'hui, nous avons vu ce qui s'est passé lors du pèlerinage à Sainte Parascheva, sachant que lors de l`Arrêté du gouvernement et de la proposition du CNSU on a discuté même de cette partie concernant les pèlerinages, qu'ils ont été interdits. Nous aurons une situation similaire à Bucarest, à la fin de ce mois. Pour le moment, malgré ce qui est écrit dans cette recommandation du CNSU et, voilà, incluse dans l`Arrêté du gouvernement, on ne sait pas qui du Ministère de l'Intérieur a permis que les pèlerins qui ne sont pas de Iasi puissent être reçus au cercueil à ce moment.

Raed Arafat: Donc je ne peux pas vous répondre ici, parce que je ne sais pas si cela a été permis ou qui a permis, mais je tiens à souligner une chose, car c'est une discussion que nous avons depuis très longtemps, sur les mesures qui sont prises, pourquoi elles sont prises, quelle en est la raison. Tout le monde remarque que nous avons une augmentation continue des cas. Nous sommes sur une importante tendance à la hausse. Nous, lorsque nous décidons ces mesures, nous essayons à travers elles de réduire l'exposition, de réduire la transmission. Notre appel à la population est de comprendre la situation et d'être partenaire avec nous dans le respect de ces règles et de ces dispositions qui sont émises par des décisions du CNSU ou par des arrêtés du gouvernement. C'est extrêmement important, car il y en a beaucoup en matière, disons en ligne, même certains qui le déclarent dans d'autres espaces publics, qui exhortent la population à enfreindre les règles; cela ne fera qu'aggraver la situation. Encourager la population à enfreindre les règles ne signifie que des patients supplémentaires et probablement des morts supplémentaires. C'est donc un appel que je lance une fois de plus, comme l'a fait M. le ministre Tătaru: le respect des règles de nos jours est extrêmement important et nous ne pouvons pas travailler sans partenariat avec la population, avec les autorités locales, avec toutes les institutions. Une seule entité ne peut résoudre les problèmes et puis, encore une fois, à travers vous, je demande à la population de réfléchir à sa santé et à ses proches et de respecter les règles qui sont recommandées ou qui sont obligatoires.

Journaliste: Mais n'est-ce pas un manque de coordination en même temps au niveau du Ministère de l'Intérieur? Parce que la décision a déjà été ...

Raed Arafat: Je vous le répète, je ne sais pas de quoi il s'agit, je ne sais pas si un ordre a été donné ou autre. Il faut en discuter ici, surtout du côté de l'ordre public, mais pour le moment, je suis ici depuis 10h00 et je ne connais vraiment pas ces sujets.

Journaliste: Et une clarification dans ce que vous avez dit, les dispositions restantes, les événements privés. Rien n'a changé concernant la recommandation /../?

Raed Arafat: Des événements privés, si je n'en ai pas parlé, oui, les événements privés restent restreints, c'est-à-dire interdits dans les espaces fermés et publics du pays. Ceci est également confirmé par l`Arrêté du gouvernement. S'il vous plaît!

Journaliste: M. Arafat, en ce moment, à Bucarest, nous avons un taux d'infection de 2,82. Je voudrais vous demander si demain, étant donné que la nouvel arrêté du  gouvernement entrera en vigueur, ce taux sera /… / étant donné qu'il n'y aura plus d'épidémies dans ce calcul?

Raed Arafat: Oui, il y a un autre aspect que je veux souligner et qui est prévu par l`Arrêtè du gouvernement, et merci pour la question, il s`agit du fait que la  référence sera les chiffres du Registre de la population.

Désormais, toutes les références aux incidences se feront sur la base des chiffres du Registre de la population, chiffres mis à jour chaque semaine. Cela signifie que les centres départementaux chargés de diriger et de coordonner l'intervention, le centre national, calculeront chaque jour l'incidence sur le dernier chiffre qu'ils ont du Registre de la population. Si le nombre dépasse 3 pour mille, l`Arrêté du du gouvernement et la décision du CNSU stipulent que, dans un délai maximum de 48 heures, la Préfecture ou le Comité départemental ou le Comité municipal de Bucarest vérifie le chiffre respectif et saisit automatiquement toutes les mesures; toutes les mesures prises par décision du CNSU ou par arrêté du gouvernement deviennent applicables. Autrement dit, nous n'avons plus ici, et cela a été essayé, d`éviter que des mesures différentes soient prises dans différentes zones. Donc, les mesures établies lorsqu`on a atteint le chiffre respectif, dans 48 heures, le Comité municipal ou départemental constate et absolument toutes les mesures qui sont prévues, entrent en vigueur.

Journaliste: Mais ce taux d'infection va diminuer, à partir de demain, considérant que ... sera-ce un autre calcul?

Raed Arafat: Nous avons fait un calcul et ce n'est pas un secret, comparatif, entre le chiffre, par exemple, de 2,82 et si l'on s'était référé au chiffre d'aujourd'hui du Registre de la population, la différence est de 0,05, aurait été insignifiante.

Journaliste: Même si les flambées diminuent?

Raed Arafat: Les flambées y sont exclus, oui. Donc oui ...

Journaliste: Donc, les chiffres d'aujourd'hui excluent les flambées ?

Raed Arafat: Pour autant que je sache, oui. Donc, en règle générale, nous excluons les flambées. S'ils n'ont pas été exclus jusqu'à présent, ils seront désormais exclus à 100%. Mais pour autant que je sache, ces derniers temps, les grosses flambées, les flambées dans le genre hospitaux, ne sont pas vraiment pris en compte, ils ne sont pas, en fait, entrées dans nos calculs. Mais il est certain que depuis la publication de l`arrêté, les références deviendront claires côté Registre de la population, ce sera la seule référence, et les flambées, bien sûr, si quelqu'un ne les a pas exclues, commenceront à les exclure, et ici nous parlons des centres résidentiels, hôpitaux en particulier, qui ne doivent pas pas entrer dans le calcul général du taux.

Journaliste: Bonsoir, je voulais vous demander si quelque chose a changé dans les règles pour la campagne, ou est-ce que tout est resté le même?

Raed Arafat: Quelles les règles, s'il vous plaît?

Journaliste: Les règles de la campagne électorale, si le nombre de participants reste …

Raed Arafat: Le nombre de participants est resté comme nous l'avons annoncé hier: 20 personnes à l'intérieur, 50 personnes à l'extérieur. Cela n'a pas changé.
Journaliste: Et le Premier ministre parlait aujourd'hui de personnes asymptomatiques qui pourraient ne pas aller à l'hôpital, être soignées à domicile. Cette disposition est-elle en quelque sorte incluse ...

Raed Arafat: Pas dans cet Arrêté. Il s'agit d'un projet d'ordonnance d'urgence, préparé par le Ministère de la Santé, aujourd'hui il a été présenté pour la première fois. Il y aura des changements législatifs parce que cela est prévu ici par la loi 136, de sorte que les personnes asymptomatiques sont abordées différemment, comme recommandé par le groupe médical qui s'occupe de cela.

Journaliste: Le Premier ministre parlait également, si vous me le permettez, d'une possibilité d'augmenter la capacité des DSP juste pour débloquer les situations de ce moment où il y a une aglomération, pratiquement les gens demandent à faire ces tests. Le problème est que le personnel est encore insuffisant.

Raed Arafat: Hier, ce que nous avons fait, en particulier à Bucarest, hier, en fait, dans l'après-midi, nous avons publié une disposition par laquelle nous avons également détaché des moyens de transport des Inspectorats des situations d'urgence à l'Inspectorat des situations d'urgence de Bucarest, y compris nous avons mis à disposition des voitures pour le personnel fourni par la Direction de la Santé Publique pour compléter les forces de récolte et de transport, pour le transport de celles légèrement symptomatiques ou asymptomatiques. J'ai vu quelques discussions sur ce sujet et je veux clarifier. Si un minibus est utilisé pour transporter quatre positifs ensemble, ce n'est pas un problème car tous les quatre sont positifs. Ce que nous ne pouvons pas mettre dans la même voiture sont des suspects, car nous ne savons pas s'ils sont positifs et il doit y avoir une ambulance séparée pour chaque suspect, mais quand nous savons qu'ils sont positifs et vont à l'évaluation, il est très possible de mettre plus de moyens de transport, car il est clair que ces personnes ne peuvent pas voyager en transports publics ou autres et doivent se trouver dans un environnement contrôlé. À partir de là, nous sommes arrivés à la conclusion que nous devions compléter les ressources, depuis hier, en particulier, lorsque le Service d'ambulance de Bucarest nous l'a également signalé, lorsque nous avons vu que le nombre de demandes augmentait considérablement. Mais l'appel à la population est le suivant: ne pas utiliser le 112 simplement pour être testé, ne pas utiliser le 112 pour dire que l`on manque de goût, on manque d'odeur pour que quelqu'un vienne les tester. Cela charge beaucoup le système d'urgence. Les appels au 112 doivent être des appels d'urgence. Les gens qui sont restés chez eux positifs, si leur situation empire, oui, appelez le 112, mais quelqu'un qui ne veut aller que pour l'évaluation, il y a les autres numéros de téléphone et le centre d'appels de DSP. Ainsi, le 112 reste un nombre exceptionnel pour les urgences et c'est notre demande à l'ensemble de la population, car nous ressentons la pression que les gens appellent le 112 pour des situations qui ne sont pas des situations critiques. Et à ce stade, nous ne pouvons plus satisfaire ces situations et les gens auront longtemps à attendre pour arriver chez eux, s`ils ne sont pas, bien sûr, critiques. Et en même temps, il est possible de faire passer une ambulance d'un cas critique à un cas où quelqu'un a peut-être exagéré les symptômes au téléphone, pour lui faire venir une ambulance.

Journaliste: Je vous posais la question car nous avons également reçu beaucoup d'appels de personnes qui se plaignent du fait ... alors, s'il est en contact et ne présente aucun symptôme, il reste isolé ...

Raed Arafat: S'il est en contact et ne présente aucun symptôme, il reste chez lui pendant 14 jours. En cas de contact et d'absence de symptômes, les tests ne sont pas obligatoires, mais une quarantaine à domicile est requise pendant 14 jours. C'est donc la règle, et donner au téléphone la demande de tests parce qu'ils veulent des tests, cela charge beaucoup le système et nous redirige vers des cas plus simples au lieu de traiter des cas plus complexes.

Journaliste: Le problème est que les gens sont mécontents même du fait qu'on ne leur répond pas au téléphone, du moins pour clarifier.

Raed Arafat: Je sais, et ici le Premier ministre l'a souligné, que d'autres ressources devraient être cooptées pour répondre au téléphone et fournir le centre d'appels. Je sais donc qu'il existe un plan pour augmenter ces capacités au niveau de la DSP Bucarest grâce à une collaboration avec d'autres entités.

Journaliste: Mais il n'y a pas d'horizon temporal…

Raed Arafat: Dès que possible, je sais que la question a été discutée. On doit donc mettre en œuvre le plus tôt possible, car le besoin est maintenant, on ne peut pas attendre longtemps.

Journaliste: Et une clarification, si possible, précisément pour réduire la pression sur le système d'ambulance. Ceux qui ont été testés positifs peuvent-ils conduire seuls, pour se faire faire l'évaluation?

Raed Arafat: Donc ici, encore une fois, nous arrivons au point suivant. Si la situation est facile, la situation est douce ou asymptomatique, elle doit être programmée et doit cependant discuter avec la Direction de la Santé, car nous risquons de voir se présenter 100 personnes avec des voitures et tout le monde décide de se rendre à Matei Balş et alors on a bloqué Matei Balş. Donc, il est conseillé, cependant, s'il y a une urgence, s'il y a quelqu'un qui est vraiment malade, d`appeler le 112, si ce n'est pas urgent, de planifier avec la DSP.

Journaliste: Je voudrais une autre clarification. Vous avez dit plus tôt, à propos de Sainte Parascheva, que vous ne connaissez aucun ordre qui aurait permis aux fidèles d'entrer. Cependant, comment expliquez-vous le fait que ceux qui ne résidaient pas à Iaşi sont entrés?

Raed Arafat: Je vous le répète, comprenez-moi, je ne peux pas répondre pour mes collègues des forces de l'ordre. Ici, vous devez discuter et voir ce qui s'est exactement passé, quelle était la situation exacte, que de commenter ici et de vous donner des informations qui ne sont pas correctes.

Ionel Dancă: Merci! S'il n'y a plus de questions pour M. le secrétaire d'État, merci, Monsieur Arafat. Autres questions, le cas échéant. Sinon, merci, passez une bonne journée.

Journaliste: Compte tenu de la motivation qui est venue aujourd'hui de la Cour constitutionnelle concernant l'organisation des élections. En gros, au moment où l`Arrêté du gouvernement est devenu obsolète, l`Arrêté du gouvernement qui fixe la date du 6 décembre pour les élections législatives de cette année.

Ionel Dancă: L`Arrêté du gouvernement est en vigueur pour le moment et tout le calendrier lié à l'organisation des élections du 6 décembre. Nous avons également vu la motivation, telle qu'elle a été publiée, nous allons faire une analyse sur ce contenu et décider quelles sont les voies à suivre. S'il n'y a pas d'autres questions, merci! Une bonne journée!



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire

  • Galerie de photos

    Galerie de photos

    Des photos des événements et des activités auxquels participe le Premier ministre, et des activités déroulées au palais Victoria

    Lire la suite
  • Communiqués

    Communiqués

    Les communiqués de presse les plus récents sur le travail du Premier ministre et du Conseil des ministres du gouvernement.

    Lire la suite
  • Gouvernance

    Gouvernance

    La situation politique difficile à laquelle Roumanie est confrontée aujourd'hui nécessite la promotion d'un programme gouvernemental doté d'objectifs à court terme qui préparera les réformes nécessaires pour moderniser la Roumanie dans un esprit européen.

    Lire la suite
  • Conseil de Ministres

    Conseil de Ministres

    Le Premier ministre conduit le Gouvernement et coordonne l`activité de ses membres dans le respect des leur attributions

    Lire la suite