Point de presse donné par le Premier ministre Florin Cîțu et la ministre du Travail et de la Protection Sociale, Raluca Turcan, à l'issue de la réunion du Gouvernement le 29 septembre

29 Septembre 2021

Florin Cîțu : Bonjour. Nous avons dû intervenir à nouveau dans la réunion de gouvernement d'aujourd'hui, car le Parlement semble avoir oublié qu'il a autre chose à faire que des motions de censure. Si nous n'avions pas adopté aujourd'hui l'ordonnance d'urgence pour la prolongation des mandats du directeur général de la Société roumaine de radiodiffusion et de la Société roumaine de télévision, d'autres problèmes se seraient à nouveau posés. Vous savez très bien que nous l`avons prolongé d'un mois il y a 30 jours. Le Parlement, en 30 jours, n'a pas trouvé le temps de régler le problème, alors aujourd'hui nous prenons à nouveau cette décision, mais je vous dis que c'est la dernière fois que le Gouvernement prendra cette décision et la prorogera. Le Parlement est là pour faire son travail et je demande aux parlementaires et aux présidents des Chambres, du Sénat et des Députés, de faire leur travail au plus vite et de corriger ce problème et de laisser toute autre lutte politique, contestation politique, car l'intérêt des Roumains doit prévaloir.

Également lors de la réunion du gouvernement d'aujourd'hui, nous avons approuvé, par arrêté du gouvernement, l'allocation de 386 millions de lei pour compléter le budget du Ministère de la Santé, à partir du Fonds de réserve, pour acheter des médicaments pour le traitement des patients COVID-19 admis dans les établissements de santé de Roumanie; /.../ cet argent n'a pas été demandé pour la rectification du budget. Le stock de Remdesivir n'était que d'un mois supplémentaire, pour le Tocilizumab, il n'était disponible que pour trois semaines supplémentaires et, pour la première fois, nous avons également commandé des anticorps monoclonaux - il s'agit d'une commande également passée par la Commission européenne au nom de la Roumanie, nous avons également rejoint cette commande. De plus, en plus de ces montants, qui étaient les propositions de la Commission des maladies infectieuses - ils proviennent donc de la commission spécialisée - le programme du Ministère de la Santé sur l'ATI a été complété par 70 millions de lei pour les soins et le traitement des patients gravement malades. Donc ce gouvernement, comme je l'ai dit à chaque fois, si nous avons besoin de ressources supplémentaires pour la santé, nous en trouverons à chaque fois et nous compléterons.

En même temps, également dans la réunion du gouvernement d'aujourd'hui, j'ai présenté un calendrier, quelques choses qui suivent, surtout après le PNRR. Plusieurs projets d'ordonnances d'urgence doivent être approuvés, notamment pour établir le cadre institutionnel et financier, y compris l'audit et le contrôle. Le PNRR ne peut entrer en vigueur et nous ne pouvons pas l'utiliser tant que nous n'avons pas cette ordonnance ; elle sera dans la prochaine période. Et j'ai une note aux ministères, à travers laquelle nous avons désigné un groupe de travail qui doit être mis en place et organiser d'ici lundi, donc, à partir de lundi, sous la coordination directe de la direction chargée de la mise en œuvre du PNRR au sein du MIPE. Vous le savez très bien, le PNRR entrera au Conseil de l'Union européenne, après quoi il faudra un arrêté du gouvernement, qui approuve exactement la forme définitive. Le problème est que je ne pense pas que l`arrêté  du gouvernement puisse être approuvée par un gouvernement intérimaire parce que c'est unarrêté du gouvernement qui approuve un nouveau programme, avec des implications pour les budgets futurs. Nous verrons ce qui se passe, si nous pouvons approuver cetarrêté de gouvernement ou non, cela dépend de la situation du gouvernement à ce moment-là et après cela, bien sûr, on doit approuver une ordonnance d'urgence sur les flux financiers pour 2021-2027 et le système d'audit. Aujourd'hui encore, j'ai présenté et je pense que lundi nous ferons le Conseil tripartite, vu la motion de censure de mardi, pour nous assurer que nous pourrons adopter l`arrêté du gouvernement sur l'augmentation du salaire de base brut minimum garanti pour 2022, car cet arrêté du gouvernement a des implications pour le budget de l'année prochaine et ne peut pas être approuvée par un gouvernement intérimaire. Et, bien sûr, nous avons annoncé, nous aurons, je pense cette semaine, le projet d'ordonnance d'urgence 109, la modification de cette ordonnance d'urgence 109/2011 sur l gouvernance corosative des entreprises publiques ; elle doit être approuvée au plus vite car il y a des objectifs clairs fixés dans le PNRR liés à cette ordonnance et nous espérons le faire d'ici lundi. Ce ne fut qu'une feuille de route pour mes collègues pour la prochaine période.

Il y a deux ordonnances d'urgence en première lecture présentées aujourd'hui par le Ministère du Travail, il y a des programmes que nous avions pendant la pandémie, l'année dernière, sur le chômage technique et le paiement des parents qui restent à la maison avec des enfants qui ne vont pas à l'école - la ministre du Travail expliquera les détails. Ce furent les actes les plus importants de l`ordre du jour. S'il y a des questions, je voudrais un maximum de 2 questions, s'il vous plaît. Merci.

Journaliste : Pouvez-vous nous dire si vous avez pris acte de la démission du ministre de l'Agriculture Adrian Oros et qui pourrait le remplacer à ce poste ?

Florin Cîţu : Je sais qu'elle a été déposée, je vais l'analyser et quand je prendrai une décision je vous le dirai. Merci.

 Journaliste : Je voulais aussi vous demander jusqu'où le seuil d'infection pourrait maintenir les écoles ouvertes ? - nous comprenons que vous avez déjà eu une discussion lors de la réunion du gouvernement d'aujourd'hui. Le ministre de l'Éducation propose en quelque sorte de déconnecter les écoles de ce taux d'infection juste pour qu'on ne ferme pas maintenant, considérant que dans de nombreuses localités ce taux a déjà été dépassé ou est en passe de l'être.

Cîţu : on n`en a pas discuté dans la réunion du gouvernement, il y a eu une réunion parallèle entre le Ministère de l'Éducation, MAI, DSU, INSP - Je pense que plusieurs institutions ont participé ; oui, c'est une idée d'avoir le seuil même au-dessus des 6 pour mille, des établissements qu'il ne faut pas fermer. Nous verrons quelle sera la conclusion de cette réunion. Nous souhaitons toujours maintenir une présence physique dans les écoles, nous réfléchissons à la mise en place de tests salivaires. Le ministre de l'Éducation a annoncé hier que 99% des parents ne veulent pas faire tester leurs enfants, ce qui est triste. C'est pourquoi, ok, peut-être qu'on essaie des tests de salive, on verra comment on peut faire, mais l'intention demeure, d'avoir des écoles avec présence physique quand même, on sait très bien que les écoles en ligne n'ont pas eu les meilleurs résultats l'année dernière.

Journaliste : C'est donc un test obligatoire pour tous les élèves ?

Florin Cîţu : Voyons la version finale, mais nous souhaitons introduire ce test non invasif, celui basé sur la salive, pour que ce soit beaucoup plus facile pour tout le monde.

Journaliste : Bonjour ! Monsieur le Premier ministre, avec qui négocierez-vous pour soutenir ce gouvernement au Parlement sur la motion de censure ? Allez-vous négocier avec l'AUR, le PSD et l'USR, pour soutenir le gouvernement dont vous faites partie à la motion de censure ?

Florin Cîţu : Vous voyez, vous me demandez quelle est ma stratégie pour gagner une guerre. Je ne peux pas dévoiler ma stratégie, mais je vous dis que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour continuer cette gouvernance. Je viens de vous montrer que nous avons besoin d'un gouvernement avec les pleins pouvoirs, il y a beaucoup de choses à faire dans la prochaine période, nous ne pouvons même pas nous permettre un jour sans gouvernement, c'est-à-dire que nous devons approuver, d'une part, la série des ordonnances et arrètés du gouvernement qui accompagnent le PNRR ; d'autre part, j'espère que vendredi nous aprouverons  une ordonnance d'urgence  - la prochaine réunion du gouvernement aura lieu vendredi - l'ordonnance d'urgence pour compenser le prix de la facture d'hiver pour l'énergie et le gaz, mais nous n'avons pas le temps avant la semaine prochaine , jusqu'à mardi, pour établir le régime aux petites et moyennes entreprises, ce qui, encore une fois, posera problème dans la prochaine période. Donc, de notre point de vue, ce qui se passe aujourd'hui au Parlement roumain est irresponsable. Je pourrais dire que ceux qui veulent renverser le gouvernement roumain aujourd'hui plongent le pays dans le chaos et condamnent les Roumains dans une période difficile, à la fois ceux qui souffriront et seront malheureusement hospitalisés, mais aussi d'autres qui ont souffert à cause de la montée des prix. Je crois qu'il y a aussi des parlementaires responsables au Parlement de la Roumanie et après cela, nous discuterons avec des parlementaires qui mettent au-dessus de l'intérêt personnel et de l'intérêt du parti, l'intérêt des Roumains. Ensuite, nous parlerons, mais ne me demandez pas de vous dire qui ils sont, car je ne peux pas révéler mes armes à l'avance.

Journaliste : Et pourquoi dites-vous qu'une procédure démocratique est irresponsable, considérant que la motion de censure est le seul instrument du Parlement à avoir un contrôle sur l'Exécutif. Pourquoi dites-vous que c'est une chose irresponsable qu'une majorité au Parlement dépose une motion de censure?

Florin Cîţu : Parce que c'est une chose irresponsable, parce qu'il n'y a rien, un plan après ça. Ceux du PSD ont dit qu'ils ne voulaient pas aller au gouvernement, les autres ont dit qu'ils ne savent pas ce qui se passe, donc il n'y a pas de plan. Si on avait vu un plan après ça, c'est autre chose. Les seuls à avoir un plan et à présenter un plan de gouvernance, c'est nous, ceux du Parti National Libéral.

Journaliste : L'USR-PLUS présente un plan sans vous premier ministre, un autre premier ministre, du Parti National Libéral, et c'est un plan, les dirigeants de l'USR-PLUS, Dacian Ciolos et Dan Barna, disent que cette coalition peut continuer, mais sans toi vous au Palais Victoria.

 Florin Cîţu : Merci !

Journaliste : Bonjour ! J'ai vu une manifestation Place Victoriei, des transporteurs ; ils disent qu'ils ne veulent pas quitter la place jusqu'à ce qu'ils obtiennent une réponse du gouvernement concernant la quarantaine, car les chauffeurs qui rentrent au pays doivent rester en quarantaine et ils attendaient une réponse de vous, du gouvernement.

Florin Cîţu : Oui, c'est en discussion. Une équipe leur a parlé. Il y a plusieurs choses dont nous avons discuté avec les transporteurs. Une grande partie des choses qu'ils prétendaient ont été résolues et sont en train d'être résolues au Parlement roumain aujourd'hui. Concernant la quarantaine, la décision n'appartient pas au Gouvernement, elle appartient aux spécialistes. C'est comme ça que j'ai travaillé à chaque fois. Si les experts recommandent que ce soit comme cela pour ceux qui viennent des pays de la zone rouge, ce sera la solution. S'ils sont vaccinés, je ne pense pas qu'ils soient en quarantaine ; s'ils ne sont pas vaccinés, nous verrons s'il est possible de ne pas être mis en quarantaine sur la base d'un test. De mon point de vue, je souhaite que les choses restent ouvertes pour ceux qui ont un certificat vert, c'est-à-dire vaccination, passage en maladie ou dépistage. Si cela est accepté, il ne devrait y avoir aucun problème. Mais nous ne pouvons pas avoir d'autre option, nous ne pouvons tout simplement compter sur la   confiance, surtout dans cette situation.

Journaliste : Et aussi les représentants de l'industrie HoReCa ont un message pour vous, une question : pourquoi les restaurants et les agents économiques doivent-ils être fermés lorsque le seuil des 6 pour mille est dépassé et qu'il n'y a pas de règles distinctes pour ceux qui ont été vaccinés ? Pourquoi les vaccinés ne peuvent-ils toujours pas aller au restaurant ou ailleurs ?

Florin Cîţu : J'ai déjà demandé à M. Arafat de modifier la décision du CNSU, aujourd'hui nous pouvons avoir un CNSU, qui permettra à de telles activités économiques, notamment à HoReCa, de rester ouvertes si le personnel et les personnes sont vaccinés.

ournaliste : Quel que soit le taux d'incidence, et plus de 7 pour mille ?

Florin Cîţu : Quel que soit le taux d'incidence. Si c'est pour des personnes vaccinées, alors les personnes vaccinées peuvent aller au restaurant si celles-ci sont également vaccinées. Vous voyez, il ne faut pas pénaliser ceux qui se font vacciner, et c'est un principe que je ne veux ignorer.

Journaliste : Merci !

Journaliste : /.../ outre HoReCa, il existe d'autres /.../

Florin Cîţu : On verra quelles propositions il y a encore. Jusqu'à présent, c'est HoReCa qui a demandé cela.

Journaliste : Bonjour ! Dites-nous comment vous appréciez les temps de réaction dont disposent ceux de Bucarest, les temps de réaction des autorités de Bucarest à la convocation d'un Communiqué municipal d'urgence, étant donné l'augmentation alarmante du nombre de cas à Bucarest et étant donné que ce comité attend toujours d'être convoquée dans les 48 heures. Les 48 heures semblent beaucoup comparées compte tenu du rythme auquel les affaires évoluent à Bucarest.

Florin Cîţu : Je pense que c'était la règle à chaque fois...

Journaliste : Vraiment ?

Florin Cîţu : ... parce que, vous le savez très bien, une décision... Et pourquoi sont-elles prises à 48 heures ? Car c'était bien d'attendre voir si ce n'est pas une situation singulière on dépasse un certain taux d'incidence et puis on revient. L'année dernière on a eu des situations où l`on était en dessous de 3 pour mille ou au-dessus de 3 pour mille pendant deux jours, on a fermé, puis on a rouvert. Et puis il alors on attend 48 heures.

Journaliste : Mais malheureusement, je ne pense pas que nous soyons encore dans ce scénario de l'année dernière.

Florin Cîţu : On a attendu 48 heures, c'est la règle jusqu'à présent. S l`on  décidé de changer la règle, j'attends des propositions, mais jusqu'à présent, personne n'a proposé de changement.

Journaliste : Ne pensez-vous pas que ces réunions, commissions, sont un peu tardives, de sorte qu'après encore deux jours, les éventuelles mesures décidées, en plus de la législation de base, entrent en vigueur ?

Florin Cîţu: Cela dépend. Je répète, nous pensons maintenant sur la façon de garder autant que possible les activités ouvertes, de ne pas les fermer. Donc, si je regarde de votre point  vue pour les fermer, alors oui, il est trop, si je regarde de mon point de vue, qui veux maintenir des activités économiques ouvertes, je me permets de prendre d’autres décisions que celles du CNSU pour que ces activités restent ouvertes, avec un certificat vert ou seulement pour les vaccinés.

Journaliste: D'après les déclarations à ce jour, il en ressortirait que vous  vous attendez que la motion de censure passe. Il y a...

Florin Cîţu: Aujourd'hui, au Parlement de la Roumanie  il y a une alliance USR-AUR-PSD dont j`ai parlé et personne ne me croyait. Je vous ai dit qu'il y a cette alliance, il est clair que pour les électeurs USR je pense qu'il est maintenant clair où USR était toujours, près du PSD et se l`AUR. Cette alliance a été formée dans le Parlement de la Roumanie et nous aurons une motion lundi; nous verrons s'ils vont jusqu`au bout et s'ils vont même voter pour une motion PSD qui est en fait aussi une motion contre USR PLUS. J'ai lu la motion et elle attaque aussi l'USR PLUS. Mais, à la fin, on voit que pour certaines partis, l'intérêt des Roumains n`est pas si important ou il est important de se tenir auprès du PSD ou de l' AUR, bien les deux ensemble , ils étaient dans la rue contre ce que le PSD a fait en Roumanie. pendant des années mais il semble que aujourd'hui il estest OK d`être auprès du PSD etde l`AUR..

Journaliste : Mais parce que vous avez parlé d'une stratégie que vous voulez gagner, vous dites que vous ne voulez pas nous dire au sujet de cette stratégie, d'autre part, il y a les 70 parlementaires responsables afin que la motion ne passe pas?

Florin Cîţu: Je crois qu'il ya plus de 70 députés ...

Journaliste: Avez-vous parlé avec eux?

 Florin Cîţu: Alors, je crois que le Parlement de la Roumanie a plus de 70 parlementaires responsables qui ne veulent pas jeter le pays dans le chaos quand nous avons tant d'actes normatifs, nous avons un PNRR à mettre en œuvre et c`est un hiver avec de nombreux défis, quand on a  besoin d' un gouvernement. On ne sait pas, après ... Je vous ai dit que, après cette étape personne n'a un plan très clair. Le PNL dit très clairement dans quelle direction nous irons, il n'y a pas de discussion, Le PNL a une proposition de premier ministre, et il va ainsi de l'avant. Le PSD a dit qu'il ne voulait pas gouverner, donc ils n`ont pas de plan, ils veulent juste  jeter le pays dans le chaos et rentrer à la maison, et ceux de l'USR, je ne sais pas, ils sont avec l`AUR, et le  PSD et là je n`y vois aucune stratégie, ils votent avec n`importe qui,  s`il y avait encore un parti, ils voteraient avec lui de toute façon, donc il n'y a pas de stratégie. Mais jusqu'à présent, il n'y a pas de plan B, ce qui signifie que nous serons en un temps très long d`intérim, avec le même gouvernement, mais un très long intérim et nous verrons ce que nous pouvons faire dans cette situation.

Je veillerai à ce que les Roumains ne souffrent pas, même si nous sommes dans un mandat intérimaire. Voilà pourquoi nous allons  adopter cette semaine une ordonnance d'urgence qui rassurerait les Roumains en termes des factures à cet hiver, mais je n'ai pas vu ...

Journaliste: … mais pas de l'extérieur /.../ /.../

Florin Cîţu: Voilà pourquoi nous avons également approuvé l'extension des mandats de la radio et de la télévision, parce que je suis intéressé par le bien-être des Roumains au-dessus des intérêts du Parti National Libéral ou mon intérêt personnel.

Journaliste: Vous avez dit que la semaine prochaine, lors de la réunion du gouvernement, vous adopterez le projet qui fait référence à l'augmentation du salaire minimum. Le scénario que vous envisagez sera que la croissance de 10,9%, de sorte que le salaire minimum arrive à 2550 lei?

Florin Cîţu: Une seconde. D'abord, nous avons le Conseil tripartite. Si au sein du Conseil tripartite, nous arrivons à la conclusion que c`est la variante, nous allons approuver. Dans le cas contraire, il reste non approuvé et nous approuverons quand nous aurons un gouvernement complet. Mais nous avons devancé d`un jour le Conseil tripartite, qu`il soit lundi, afin que nous puissions avoir cette variante. Si nous sommes d'accord au sein du Conseil tripartite, très bien; Sinon, ceux qui veulent éliminer ce gouvernement doivent  savoir qu'ils prennent ce risque.

Journaliste: Mais l'effort budgétaire pourrait-il être soutenu si cette augmentation sera de dix pour cent?

 Florin Cîţu: Pour le budget cela signifie des ressources supplémentaires, sur le net de 1,8 milliards de lei, dit Mme la ministre, mais pour les entreprises, le Conseil tripartite est nécessaire pour nous assurer que les entreprises acceptent également de cette croissance, car une augmentation de salaire minimum signifie des coûts supplémentaires pour ces entreprises et je veux voir si ces entreprises sont d'accord avec ce coût supplémentaire si elles peuvent intérioriser au cours de cette période. Sinon, nous verrons quelle variante nous trouverons ensemble avec le patronage et les syndicats et le gouvernement, mais c`est lundi nous avons devancé nous faisons cela, pour nous assurer, si lundi nous trouvons la solution, nous aurons une réunion du gouvernement dans laquelle nous approuvons cet arrêté-là du gouvernement.

Journaliste: Bien. À l'heure actuelle, seuls cinq lits d'anesthésie et de soins intensifs sont disponibles au niveau national. Si nous voyons d'un jour à l'autre une augmentation des infections Covid, quelle mesure immédiate pourrait être prise?

Florin Cîţu: Tout d'abord, vous savez très bien que j'ai demandé une enquête pour voir comment la vague quatre a été préparée. Le fait que nous avons commandé aujourd`hui des médicaments de 387 millions de lei me fait voir qu`l`on n`a pas trop pensé à l'avance. Nous avons 1.374 lits pour les patients à ATI pour les patients COVID. N'oubliez pas que lorsque le ministre Cseke a repris le Ministère de la Santé, par Interim,  il y avait 600 lits. Ainsi, il on a pu dans quelques semaines arriver à 1.374 lits, dont 1.320, je suis informé, sont occupés au niveau du pays, donc plusieurs sont libres. À ce stade à Bucarest, il y a trois lits libres. Ensuite, nous travaillons pour rendre opérationnels plusieurs lits et aujourd'hui, par un arrêté du gouvernement, nous avons complété des ressources pour ATI avec 70 millions de lei. Donc, nous ferons tout ce qui est à faire et je vous dis que nous augmentons le nombre de lits autant qu'il est nécessaire pour e faire en sorte que les Roumains ne souffrent pas. Mais dans le même temps, l`formations que nous avons est que la majorité accablante, plus de 99% des personnes qui se trouvent dans l'ATI ou les malades de Covid sont des personnes non vaccinées. La solution n'est pas, nous pouvons allouer des ressources supplémentaires dans le système de santé, mais ce n'est pas la solution. La solution est de ne pas amener les gens là-bas, et de ne pas y arriver, ils doivent se faire vacciner. C'est extrêmement dommage de  d'avoir les doses de vaccins, d`avoir tout le nécessaire, d`avoir la solution, de ne pas vouloir se faire vacciner  et d`aller à l'hôpital. Les gens doivent comprendre, ils doivent se faire vacciner qu'ils ne sont pas pour ne pas en arriver là, pour n`avoir plus à parler d`ATI, de Redesivir et d'autres mesures. Pour ne pas y arriver, nous devons tous nous faire vacciner. Merci.

Journaliste: Bonjour! Si vous voulez encourager la vaccination, si ceux de HORECA fonctionneront seulement pour les personnes vaccinées, envisagez-vous mettre en œuvre cette règle dans d'autres activités, sais-je moi,  événements privés, des concerts, et tout ça ...?

Florin Cîţu: Bien sûr, c'est mon intention d'aller dans cette direction. Nous enverrons le projet de loi au Parlement de la Roumanie  qui dira que le personnel médical, le personnel éducatif et les centres d'assistance sociale doivent se tester de leurs propres ressources, nous allons pousser dans cette direction. Je ne voulais pas en venir ici, nous n`avons jamais arriver à cette situation. Voilà pourquoi nous avons eu le vaccin à notre disposition et on l`a eu tout le temps, mais si nous ne vaccinent pas nous ne pouvons pas faire autrement, c`est bien la direction que nous prenons. Après tout, nous devrons avoir cette délimitation, les gens vaccinés peuvent aller plus loin, continuer leur activité, les personnes non vaccinées, qui sont un risque pour les autres, ne seront pas en mesure de participer à ces activités.

Journaliste : Pour nous faire une idée, pourriez-vous mettre en œuvre cette règle seulement pour les vaccinés, à toutes les restrictions qui apparaissent maintenant, par exemple, à plus de 6 sur mille d'habitants, les vaccinés soient exemptés?

Florin Cîţu: Nous voyons, nous les prenons petit à petit, nous voyons comment ça fonctionne. En ce moment, nous allons faire pour HORECA, je pense qu`aux les salles de sport, il y a plusieurs activités que nous regardons. Nous n'avons pas encore reçu le projet du CNSU, on y travaille encore. Premièrement, les spécialistes viennent avec des propositions, puis nous l'approuvons en CNSU.

Journaliste : Une précision, sic`est possible…

Florin Cîţu: Vous n'avez pas de question, vous avez des précisions.

.Journaliste : J'ai besoin de précisions, mais aussi les réponses de votre part. Une précision, si vous me le permettez, à ma collègue. Certains cours ou ateliers viennent aussi dans cette catégorie?

Florin Cîţu: De mon point de vue, oui. Maintenant, je le répète, je vous dis ce que je ferai, mais auparavant je dois voir quelles propositions viennent des spécialistes, parce qu'ils peuvent dire qu'il y a des environnements plus risqués. Si ce sont uniquement pour vaccinés, je ne verrais pas un problème, mais je dois voir d'abord quelles propositions viennent sur ma table sur de la décision du CNSU, puis je vous le dis.

Journaliste : Concernant le sujet des écoles ouvertes, à partir de quelle l'incidence pourront-elles être fermées, pratiquement? Si à plus de 6, nous les laissons ouvertes, quand pourront –elles être fermées je comprends que ce mécanisme est pratiquement le ...

Florin Cîţu:: C'est  peu près l'idée, mais nous n'avons pas encore eu de discussion avec le ministre de l'Éducation après la discussion qu'ils ont eue, on était à la réunion du gouvernement. Maintenant, j`aurai l`information, voir ce qui s'est passé dans cette réunion, nous pourrons parler.

Journaliste : Bien. Je voudrais vous demander, au côté politique, voyez-voje voius que vous êtes prêt pour cette longue période d`intérim , comme vous avez dit. Un signal de Cotroceni pour cet intérim? Pourquoi je vous demande: est-il possible que vous soyez, toujours vous, Premier ministre après des négociations possibles? Très probablement, le Président demandera les partis aux négociations, n`est-ce pas, si la motion est adoptée ?

Florin Cîţu:  Non, je ne peux que vous dire ... Ici, des choses il faut  les délimiter très clairement. Je ne peux que vous dire ce que fait le Parti National Libéral et quelle est la proposition du Parti National Libéral, après quoi, bien sûr, vous savez très bien, le premier ministre est nommé par le président à la suite de consultations avec des partis politiques.

Journaliste : Justement.

 Florin Cîţu: Il n'y a aucun lien. Eh bien, nous verrons alors quel est le ...

Journaliste: La variante PNL reste Florin Cîţu

Florin Cîţu: Oui, voici ni ...

Journaliste : Et après la motion, c'est ce que je vous demande.

Florin Cîţu: Nul doute ici.

Journaliste : Et M. Daniel Constantin, une bonne variante pour le Ministère de l'Agriculture?

Florin Cîţu: Je n'ai toujours pas ... Je répète, je pense qu'on a déposé ...

Journaliste : Oui, ce matin.

Florin Cîţu: Je l'analyse, puis je vais faire une proposition. Merci.

Journaliste : Les premières réactions ont déjà apparu à ce projet législatif qui nécessiterait le certificat vert chez les employés des établissements médicaux. On est menacé de "réduire de moitié l'armée", donc personnel médical prêt à quitter le système si ce projet législatif passera. Comment allez-vous négocier dans ce cas?

Florin Cîţu: D'une part, nous nous demandons pourquoi le monde ne se fait vacciner. D'autre part, nous avons des cadres médicaux qui ne sont pas vaccinés. L'exemple doit venir de cadres médicaux, pas de politiciens, bien que j'ai fait tout ce que je pouvais faire et je suis allé, je me suis vacciné deux fois publiquement, campagne dans tout le pays. Donc, en quelque sorte, nous devons aller de l'avant. Nous ne pouvons pas dire aux Roumains de se vacciner, et d'aller à l'hôpital pour être traités par des personnes non vaccinées. Au moins testées doivent être. Car quand une personne va à l'hôpital, elle est testée sur son propre argent, pour ne pas infecter un cadre médical ou autre patient.  Du respect pour ceux que nous traitons, nous devrions nous tester, nous ne devrions pas avoir besoin de ce projet de loi. Nous continuerons de discuter, mais je vous dis que je suis ferme, jusqu'à la vaccination obligatoire, nous voyons la discussion, mais en termes de test, je ne reviendrai pas en arrière, nous enverrons la facle projet de loi au Parlement roumain comme nous le faisons

.Journaliste : Pensez-vous à d'un changement dans le sens des testes payés par l'État?

Florin Cîţu: Non. La vaccination est gratuite. Non, nous ne pouvons pas tester ... Alors testons gratuitement les personnes qui vont à l'hôpital et testons tout le monde, non.. C`est très clair, nous devons nous faire tester sur propres ressources. Nous ne reviendrons pas sur cette mesure, nous allons donc l'envoyer au Parlement roumain. Si dans le Parlement roumain, ceux de l`AUR vont convaincre ceux de l'USR, comme ils les ont convaincus de voter une motion et ensemble avec  l'alliance PSD, s`ils s`opposent tous et ne veulent pas le faire, alors nous verrons. Mais nous, au Parlement de la Roumanie, le projet de loi l'envoyons comme je vous l'ai dit, avec le test sur l'argent de ceux qui devraient être vaccinés.

Journaliste: Et une deuxième question. Lundi vous avez dit que vous adopterez certaines mesures qui ont été prises dans les pays de l'UE pour accélérer la vaccination. Est-ce que la Roumanie a encore des mesures qui n'ont pas été encore prises? On a organisé aussi les services au volant et centres mobiles ...

Florin Cîţu: Nous avons aussi une tombola ...

Journaliste : ... et pourtant nous avons un taux /.../

Florin Cîţu: Ça va être une loterie ... Je vous dis que j'ai vu quelques études au cours de cette période, et j'ai vu une corrélation qui ne nous honore pas, entre le score du test Pise et le taux de vaccination. Il existe plusieurs études, et ici nous devons faire une analyse pour voir ce que nous pouvons faire, mais maintenant, en ce moment, je crois que les mesures que nous prenons, celles - ci pour imposer le certificat vert, les facilités juste pour les vaccinés, j'espère que ces mesures, le certificat vert vont faire les Roumains se vacciner s'ils veulent avoir accès à ces facilités.

Journaliste : Donc, c`est de ces mesures concrètes que parliez, à l`accès seulement pour les vaccinés à certaines activités, événements même des emplois.

Florin Cîţu: Exactement. Mais il est besoin après cette période, d'une analyse sérieuse à voir, en Roumanie comme en Bulgarie et il y a encore plusieurs pays, comment corriger cela à l'avenir. Je vous dis que, de mon point de vue, tant que nous avons un pourcentage important du personnel médical et un pourcentage important de ceux dans l' éducation qui ne sont pas vaccinés, il est compliqué de convaincre les gens, surtout si vous parlez aussi des cultes etc., il est compliqué de convaincre les Roumains uniquement avec des arguments à court terme. À long terme, nous devons y travailler. Et il s'agit d'un projet à long terme, de même que la "Roumanie éduquée" un projet à long terme. Merci.

Journaliste : Bonjour! M. Premier, à ce moment votre  démission éteindrait le conflit politique et gouvernemental?

Florin Cîţu: Non, ce serait un geste irresponsable, il ne serait pas éteindre tout conflit, cela voudrait dire que nous laisserions la Roumanie sans gouvernement, tout d'abord, faire ce que Dragnea fait, que le PNL fasse chuter son propre gouvernement, nous ne le ferons jamais. On ne peut pas le laisser à USR, PSD - USR et PSD -AUR, ils n`ont  jamais eu de gouvernement. Et ce serait un geste irresponsable. Je ne laisserai jamais les Roumains sans gouvernement. Si d'autres veulent chuter le gouvernement, ils iront au Parlement roumain, ils voteront à côté du PSD, de l'USR, de l'AUR, donc l'USR votera avec PSD et AUR, ils feront chuter le gouvernement et ensuite nous allons aller aux négociations. Mais je vous dis que rien ne changera. De plus, PNL ne sera jamais en mesure de faire la gouvernance avec ceux qui ont chuté le gouvernement PNL, malheureusement.

Journaliste : Si vous me permettez de reformuler d'une manière ou d'une autre, une démission devant le vote de censure, mardi, est une option debout pour ouvrir la porte d'une nouvelle nomination?

Florin Cîţu: Vous avez parlé stratégie maintenant et vous vous rendez compte que les stratégies on ne les divulgue avant. Nous examinerons toutes nos options.

 Journaliste : Et une dernière question, s'il vous plaît. En 2013, quelque part sur une scène, vous avez dit que le FMI, la Banque centrale et les gouvernements, lorsqu'ils font une estimation économique, ils se trompent dans la même direction ", ils sont trop optimistes."

Florin Cîţu: Oui.

Journaliste : À la fin du mandat, l'économiste  Florin Cîţu dira du Premier ministre Florin Cîţu qu'il était trop optimiste avec une croissance économique à deux chiffres?

Florin Cîţu: Oui. En termes de croissance économique à deux chiffres, oui, mais si l' on regarde l' estimation depuis le début de l'année, non, parce qu`au début de l'année on avait une croissance économique estimée à 4,1%, elle sera certainement beaucoup plus élevée, donc, au cours de l'année, j`ai surestimé en deux chiffres, mais elle sera beaucoup plus grande que c'était au début de l`année, elle sera de l' ordre de 7% ou plus de 7%, ce qui est dans la direction que j`ai estimée. Merci!

Journaliste : Bonjour! Vous avez dit que vous parleriez à M. Arafat de changer les règles de manière à permettre aux restaurants et à l'industrie de Horeca de rester ouverts même au-dessus de 6 à mille. Vous pouvez nous donner ...

Florin Cîţu: Pour les vaccinés.

Journaliste : Juste pour les personnes vaccinées, dans quelles conditions? Que les employés soient ...

Florin Cîţu: L'idée est que les employés aussi soient  vaccinés et ceux qui y vont doivent être vaccinés. Bien sûr, il y a aussi une variante avec le certificat vert, mais que les employés soient testés, passé par la maladie ou vaccinés et ceux qui vont, clients, soient avec un certificat vert. Les deux variantes sont sur la table. Ce sont mes propositions pour M. Arafat, pour les prendre, les discuter dans la Commission spécialisée. Je verrai ce avec quoi il revient, après avoir discuté spécialistes entre eux. La proposition du CNSU je ne l'ai pas encore reçue, nous l'aurons aujourd'hui et nous verrons.

Journaliste : Aujourd'hui il y aura une décision et sera mise en œuvre depuis quand?

Florin Cîţu : Aujourd'hui, il y aura une décision et je veux qu`on approuve l`arrêté du gouvernement de vendredi, pour être très clair.

Journaliste : Bien. Il existe donc deux possibilités: ou bien tous, clients et employés doivent être vaccinés, seulement vaccinés, ou la deuxième option, on a  le certificat vert.

Florin Cîţu: Pour être plus détendu, seulement avec un certificat vert, pour être tout le monde un certificat vert.

Journaliste : Parce que je suis venu avec la question suivante. Hier, lors de la réunion CNCAV, Mme Adriana Pistol de l' INSP a dit qu'il semble une erreur que seules les personnes vaccinées puissent sortir, bénéficier des restrictions de weekend à plus de 6 sur mille et que, du point de vue médical, ceux ayant eu la maladie devraient avoir le même régime ...

Florin Cîţu: Je suis d'accord. J'ai ensuite utilisé cette variante. Quoi qu'il en soit, j`ai lutté ...

Journalistes: Dans l`Arrêté du gouvernement seuls les vaccinés sont autorisés.

Florin Cîţu: Exactement. Quoi qu'il en soit, je me suis battu alors introduire seulement les vaccinés. Je suis d'accord, si nous laissons le certificat vert. Si les spécialistes disent oui, il sera approuvé dans le CNSU.

Journaliste: il y aura un tel changement?

 Florin Cîţu: Mme Pistol peut proposer cela et si je dois l`approuver, j`approuverai. S`il vient pour approbation, et je vais dire oui.

Journaliste: Bien. Et vous avez dit, lié au PNRR, que « le problème est qu'un Arrêté de gouvernement doit être approuvé et je ne pense pas qu'il puisse être approuvé par un gouvernement intérimaire. »

Florin Cîţu: Parce qu'il a des implications dans les budgets futurs. Les arrêtés du gouvernement qui ont des répercussions sur les budgets futurs doivent être donnés par un gouvernement complet. Et c'est pourquoi le salaire minimum, ce qui a des incidences sur le budget de l'année prochaine, donc s'applique à l'avenir, doit être approuvé par un gouvernement aux pleins pouvoirs.

Journaliste: Concrètement, le Conseil de l'Europe doit maintenant approuver ...

Florin Cîţu: Au sein du Conseil de l'Europe, oui, il doit être approuvé formellement...

Journalistes: A quelle date environ ?

 Florin Cîţu: Nous avons demandé le 5 Octobre, je pense que ce sera le 10-15 Octobre, alors. Et ensuite il doit y avoir un arrêté  du gouvernement dans lequel nous allons approuver la forme définitive et l`ordonnance avec les flux financiers, où nous allons introduire quelques petites choses.

Journalistes: Et il y a des problèmes pour l'absence d'un gouvernement, cette crise pourrait tout retarder?

Florin Cîţu: Il n'y a pas là de problèmes ...

Journaliste: Non, la crise en Roumanie.

Florin Cîţu: En Roumanie, bien sûr, parce que si nous ne les approuvons pas à temps, l'ordonnance avec le flux financier, ces décisions du gouvernement, et il y a encore certaines petites choses, nous allons pousser tout dans la période à venir, et nous avons déjà, en partisurtout parce que nous sommes à la fin de cette année, il y a quelques « jalons » dans la première partie de l’année prochaine. Une grande partie de ces « jalons » doit être faite par une ordonnance d'urgence. Peut-être que nous pouvons les porter au Parlement de la Roumanie et le Parlement peut, bien sûr, approuver, vous savez très bien, toute ordonnance va au Parlement roumain et y est approuvée, un projet de loi portant approbation de l'ordonnance, et nous pouvons aller directement là, quelqu'un peut initier un projet de loi au Parlement roumain, etc. Mais compte tenu de la manière de travailler du Paarlement, quand je dois approuver la prolongation deux fois les mandats de la radio et de la télévision, on voit qu`ils sy focalisent sur autre chose  uniquement sur la motion et autre chose ne font pas, il n'y a pas d'autres priorités, je ne pense pas que quiconque du Parlement soit intéressé par le PNRR, je ne pense pas. Merci.

Journaliste: Je veux bien comprendre, vous avez prolongé les mandats des administrateurs de SRR et SRTV de 30 jours, et non 60 comme il était ...

Florin Cîţu: Oui, de 30. Je suis désolé. Je sais, j'ai vu, c`était venu de 60, mais je ne peux plus faire ... Mêmet ainsi, le Ministère de la Justice m'a fait des observations que je me substitue au Parlement. Je fait le travail du Parlement, parece que le Parlement ne l`a pas fait, mais je ne peux pas donner plus de 30 jours. Le Parlement roumain a 30 jours pour résoudre la situation. Ils ont fait une proposition d'abord, ils n`ont pas pris une bonne décision, nous avons maintenant cette situation d`intérimat. Et il y a encore un problème au sein du Parlement roumain, ICR. C`est toujours nous qui avons résolu au sein du gouvernement deux fois. Ainsi, le Parlement roumain doit terminer les bêtises et faire leur travail. Nous ne pouvons pas rester au gouvernement pour résoudre ce que les législateurs ne peuvent pas faire parce qu'ils jouent avec des motions, des concours de motions au Parlement roumain. Et vous vous rendez compte que si aujourd'hui il n`y avait pas pas un gouvernement en vigueur, vos employés et les employés de la télévision roumaine vous ne pouviez pas recevoir un salaire. Cela montre la responsabilité de ceux du Parlement roumain, ils jouent avec des motions, des concours de motions, mais ils ne pensent pas aux gens qui ne touchent pas leur salaire.

Journaliste : Merci. Et je comprends qu'il y aura une nouvelle réunion du gouvernement vendredi.

Florin Cîţu : Et vendredi et  lundi...

Journaliste: ... et pour approuver l'apuremena compensation des facures.

 Florin Cîţu : vendredi pour approuver la compensation des factures, lundi pour ce que nous pouvons faire avant la motion de mardi.

Journaliste : Juste une précision, si vous me permettez, pour les restaurants, car ce n'était pas très clair. Jusqu'à quelle heure pourraient-ils rester ouverts, indépendamment de ...

Florin Cîţu : Concernant  l`heure on ne parle pas maintenant, mais  on parle de qui peut y aller et qui ne ... Pour qu`il  reste ouvert, d'abord. Nous verrons jusqu`à quelle heure ils seront ouverts.

Journaliste : Et du taux d'infection on ne tient plus compte du tout ?pas du tout pris en com

Florin Cîţu : Pour les personnes vaccinées ou avec un certificat vert ? On verra quelle variante on adotera. Merci beaucoup. Madame la Ministre, les deux actes normatifs. Merci!

Raluca Turcan : Bonjour ! Comme nous le savons tous, la période que nous traversons actuellement est marquée, d'une part, par une évolution de la quatrième vague de la pandémie, qui entraîne une baisse de l'activité sociale et économique et, d'autre part, par les prix qui augmentent et qui affectent le plus profondément les personnes vulnérables. C'est un contexte que ressentent aussi bien les personnes à faibles revenus que les salaries et les employeurs. 

À ce titre, nous avons approuvé aujourd'hui deux ordonnances d'urgence sur l'extension du chômage technique et l'octroi de jours de congé aux parents qui encadrent les enfants dans l'enseignement en ligne, et lors de la réunion du gouvernement de vendredi, nous approuverons les règles méthodologiques pour l'application de la loi sur la consommation vulnérable. Nous accompagnons ainsi chaque catégorie impactée par la période dans laquelle nous nous trouvons.

Je mentionne que, pour atteindre ce moment, nous avons investi l'année dernière et jusqu'à présent, 7,6 milliards de lei sur des mesures actives et dans l'ensemble des mesures actives pour les employeurs et les employés, nous avons sauvé 1,4 million d'emplois.

Donc, l'extension du chômage technique est nécessaire, car cette mesure est accordée aux salariés et aux employeurs dont l'activité est restreinte par des décisions des autorités. Ce chômage technique exclusif a aidé jusqu'à présent 1,2 million de personnes et nous avons investi 4,8 milliards de lei et il consiste à octroyer 75 % du salaire de base correspondant à l'emploi, mais pas plus de 75 % du salaire moyen brut. Ce chômage technique peut être accordé aux employeurs qui cessent leur activité pendant une certaine période, interrompent totalement ou partiellement leur activité en raison des mesures de prévention et de contrôle des infections au SARS-CoV-2, ainsi qu'aux employeurs dont l'activité a été suspendue en raison de l'enquête épidémiologique, mais il est accordé également aux professionnels tels que les commerçants, entrepreneurs, opérateurs économiques ou toute autre personne autorisée à exercer des activités économiques ou professionnelles, les personnes physiques qui tirent des revenus exclusivement du droit d'auteur et des droits voisins, ou qui concluent des conventions de travail individuelles sur la base de la loi sur l'organisation et le fonctionnement de la coopération, ou les personnes impliquées dans des activités sportives telles que les sportifs, les entraîneurs, les médecins, les assistants, les masseurs, les kinésithérapeutes. Cette procédure est similaire à la procédure appliquée jusqu'à présent pour le chômage technique.

Ce qu'il faut retenir : que nous prévoyons un soutien pour environ 50.000 personnes, 32.000 employés et 15.000 professionnels, et l'impact financier calculé pour deux mois est d'environ 238,4 millions de lei. En ce qui concerne l'ordonnance d'urgence pour l'octroi de jours de congé aux parents pour la surveillance des enfants dans l'école en ligne, depuis le début de la pandémie, nous avons investi 90 millions de lei et nous avons eu environ 34.000 parents qui ont bénéficié de cette mesure. Nous estimons qu'en prolongeant cette mesure, il y aura un nombre d'environ 20.000 bénéficiaires et un effort financier de 50 millions de lei par mois. Ce soutien est accordé aux parents d'enfants jusqu'à 12 ans, qui sont dans le système d'éducation ante-préscolaire et préscolaire. Il représente également le correspondant journalier de 75 % du salaire brut moyen pour chaque jour de congé accordé. Les congés sont accordés à la demande d'un des parents et sur la base d'une déclaration sous sa propre responsabilité, à condition qu'ils ne soient pas en télétravail, et il est très important que pour certains secteurs, comme le système énergétique national, la radio, les télévisions, télécommunications, ce soutien n'est fourni qu'avec l'accord de l'employeur. Les exceptions à l'octroi de jours de congé sont les employés du système de défense nationale, de l'ordre public et de la sécurité nationale, les employés des pénitenciers et le personnel des unités de santé publique. Pour les familles monoparentales, si elles sont dans l'un de ces systèmes, il y a la possibilité d'augmenter le salaire du même pourcentage que la prise en charge pour l'encadrement des enfants, et s'il y a des familles avec les deux parents dans les systèmes essentiels, alors le sutien peut être obtenu par un seul des parents. S`il y a des questions, je vous en prie. Sinon, je vous remercie beaucoup. Bonne journée !

 



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire

  • Galerie de photos

    Galerie de photos

    Des photos des événements et des activités auxquels participe le Premier ministre, et des activités déroulées au palais Victoria

    Lire la suite
  • Communiqués

    Communiqués

    Les communiqués de presse les plus récents sur le travail du Premier ministre et du Conseil des ministres du gouvernement.

    Lire la suite
  • Gouvernance

    Gouvernance

    La situation politique difficile à laquelle Roumanie est confrontée aujourd'hui nécessite la promotion d'un programme gouvernemental doté d'objectifs à court terme qui préparera les réformes nécessaires pour moderniser la Roumanie dans un esprit européen.

    Lire la suite
  • Conseil de Ministres

    Conseil de Ministres

    Le Premier ministre conduit le Gouvernement et coordonne l`activité de ses membres dans le respect des leur attributions

    Lire la suite