Point de presse donné par le secrétaire d'État au Ministère des Affaires Intérieures, Raed Arafat, à l'issue de la réunion du Gouvernement du 10 mai

10 Mai 2021

Point de presse donné par le secrétaire d'État au Ministère des Affaires Intérieures, Raed Arafat, à l'issue de la réunion du gouvernement

 

Raed Arafat: Il y a eu aujourd'hui la réunion du Comité national pour les situations d'urgence, suivie de la réunion du Gouvernement, pour l'approbation cd l`Arrêté du gouvernement de prolonger l'état d'alerte d'un mois, à compter du 13 mai 2021 - bien sûr, sur la durée, comme je l'ai dit, de 30 jours. Lw

Es éléments de nouveauté dans l`Arrêté du gouvernement: 1. autoriser le mouvement des personnes à l'extérieur du domicile le 13 mai 2021, entre 2h00 et 5h00 du matin, pour le déplacement et la participation à la fête religieuse des croyants musulmans pour la fête du Ramadan; 2.suppression de  la restriction à la participation de processions religieuses et / ou de pèlerinages, liés au domicile ou à la résidence, permettant ainsi l'organisation de processions religieuses et / ou de pèlerinages uniquement dans le respect des règles de protection de la santé établies par l'arrêté conjoint du Ministre de la Santé et du Secrétariat d'État aux Cultes; 3. création de la possibilité pour que des compétitions sportives puissent avoir lieu en Roumanie avec la participation de spectateurs uniquement en tant qu'épreuves tests ou pilotes, avec l'approbation du Comité national pour les situations d'urgence, sur la base de la proposition du Ministère de la Jeunesse et des Sports et du Ministère de la Santé; la participation ne sera autorisée que pour les personnes vaccinées ou pour les personnes entre le 15e et le 90e jour après la confirmation de l'infection par le SARS-CoV-2 ou qui présentent le résultat d'un test RT-PCR datant de moins de 72 heures. Telle était la proposition du Comité national pour les situations d’urgence. Lors de la réunion du gouvernement, à la demande du Ministère de la Santé, a été ajouté le test antigénique de moins de 24 heures, à condition qu'un résultat certifié soit présenté, c'est-à-dire un test antigénique effectué par une autorité autorisée à délivrer un certificat de résultat négatif. Bien entendu, ici les conditions sont fixées par arrêté conjoint du Ministre de la Jeunesse et des Sports et du Ministre de la Santé. Dans le même temps, l'organisation et le développement de l'activité dans les cinémas, les institutions de spectacle et / ou les concerts peuvent être réalisés avec la participation du public à plus de 50% de la capacité maximale de l'espace, uniquement en tant qu'événements-tests ou pilotes, avec l`agrément CNSU, et sur proposition du Ministère de la Culture et avec l'approbation du Ministère de la Santé; et les règles sur les tests PCR, les antigènes et les personnes malades les 90 derniers jours, mais pas moins de 15 jours, restent valables, similaires à celles des activités sportives. Jusqu'au 1er juin, bien sûr, le Comité interministériel fera des analyses aussi pour les mesures à mettre en œuvre à partir du 1er juin ou après le 1er juin, d`autres décisions devant être prises jusque-là, soit par le CNSU, soit par arrêté du gouvernement - cela dépend de l'étendue dont nous parlons. Si vous avez des questions, je vous en prie !

Journaliste: Bonjour! Monsieur le ministre, jugez-vous juste de diviser la société entre vaccinés et non vaccinés quand on pense à l'accès à certains services, comme les restaurants ou les services culturels?

Raed Arafat: Comme vous pouvez le voir, nous parlons maintenant d'événements test ou  pilote, qui sont au-dessus des capacités maximales fixées par les incidents. Donc, à ce stade, lorsqu`il y  a une incidence inférieure à 1,5 et on fonctionne à 50% de sa capacité, il n'y a rien de divisé. Lorsqu`on augmente la capacité, on doit s`assurer - à ce stade du moins - de s`ssurer que les personnes présentes ne présentent aucun risque l'une pour l'autre, et ce test de vaccination ou test PCR est alors nécessaire. Nous ne divisons donc pas la population en population vaccinée ou non vaccinée; vaccinées ou testées ou population ayant eu la maladie au cours des 90 derniers jours, mais pas moins de 15 jours. On ne veut pas se faire vacciner, on se fera tester. Il n`y a  donc pas d`alternative. On ne peut donc pas dire que l'on oblige uniquement la population vaccinée à venir.

 Journaliste: Exact, non, ce sont aussi les dispositions au niveau européen, les trois solutions ...

Raed Arafat: Exactement.

 Journaliste: On parle dans l'espace public de la compartimentation, par exemple, des restaurants pour vaccinés et non vaccinés.

Raed Arafat: Vous l'avez dit très clairement: on parle dans l`espace public. Aucune décision n'a été prise, aucune mesure de ce type n'a encore été discutée, il est donc trop tôt pour se demander si ce sera le cas, pour confirmer ou pour réfuter. On discute dans l'espace public. À ce stade, ce que je vous ai dit, ce sont les trois options: vacciné, testé - dans les conditions que j'ai dites - ou avoir eu la maladie au cours des 90 derniers jours, mais pas moins de 15 jours. Journaliste: Et une autre question, si vous me le permettez, s'il vous plaît: quand aurons-nous une liste de maladies chroniques ou d'allergies incompatibles avec les vaccins COVID?

Raed Arafat: Je ne sais pas s'il devra y avoir une liste en la matière, car il y a une évaluation individuelle. Même les personnes allergiques sont vaccinées, sous certaines conditions, cela dépend du type d'allergie et des problèmes que l`on a. Donc, de ce point de vue, je ne pense pas qu'il y ait un problème avec la publication d'une liste noire ou blanche; et ici chaque cas est discuté avec son médecin. Si le Comité de vaccination veut le faire, il le fera certainement, mais à ce stade, l'évaluation est faite individuellement, par le médecin de la personne vaccinée, ou par le médecin qui se trouve dans le centre de vaccination.

 Journaliste: Et, alors, ces gens qui ont une  interdiction de se faire vacciner  ... lequel des trois ...

Raed Arafat: Attention, nous ne parlons pas d'interdiction. Nous parlons de personnes qui ont un certain risque. Cela ne veut pas dire quelles une interdiction. C`est pourquoi elles doivent en parler à leur médecin, comme j'ai dit, et que leur médecin leur dit dans quelles conditions. Peut-être leur conseille-t-il de ne pas se faire vacciner au volant, par exemple, mais dans une unité de santé, pour être sous surveillance. Et puis ils se font vacciner là-bas. Donc, il y a très peu de situations d'interdiction dans lesquelles on dit que la personne ne peut pas être vaccinée à ce moment, et cela dépend du cas, cela dépend du cas individuel du patient et du point de vue du médecin, qui est le médecin traitant et, bien entendu, le médecin chargé de la vaccination.

Journaliste: Mais s'il y a de telles situations - rares, comme vous le dites -, vers laquelle des deux options cette personne peut-elle se tourner? Vaccin, non, test antigénique, test PCR ...

Raed Arafat: Test, le test n'est pas contre-indiqué.

Journaliste: Merci.

Raed Arafat: On peut être testé sans aucun problème. Et ce que je ne vous ai pas dit: que la liste des pays de la zone jaune a également été approuvée, afin de compléter, en fait, ce qui s'est passé aujourd'hui au niveau du CNSU.

 Journaliste: Bonjour! Avez-vous reçu une demande du Ministère de la Santé pour révoquer l'ordonnance par laquelle l'Hôpital «Foisor» a été transformé en hôpital pour coronavirus?

Raed Arafat: Non, et je ne sais pas si l'ordre doit être révoqué. L'ordre a été établi lorsqu'ils sont entrés, à ce moment-ci, lorsqu'il n`y a plus de patients en réanimation, il est décidé, en fonction de l'évolution épidémiologique, quand revenir, et en la matière c`est un ordre pour y entrer et en sortir, c'est un ordre du Ministère de la Santé qui établit les unités de santé COVID. À ce moment, l'ordre qui a été émis et qui a été approuvé par le Ministère de la Santé a établi certains aspects, sous certaines conditions, les conditions s'améliorent; ils ont encore des patients en soins intensifs, afin d'éviter de déplacer des patients d'un endroit à un autre, où le risque est très élevé pour ces patients, par rapport à la situation dans laquelle on n`hospitaliser que des patients orthopédiques, qui ne sont pas à risque majeur - ici il s`agit de patients à haut risque, nous attendons donc la fin de la situation dans cet hôpital, c'est-à-dire que les patients quittent l'hôpital, que les patients respectifs soient guéris et après quoi, après l'analyse, il peut revenir à son activité d'origine.

Journaliste: Parce que vous avez annoncé de nouvelles mesures plus tôt, je voulais vous demander si vous envisagez de rouvrir les piscines à partir du 1er juin, et aussi pour ceux qui ont été vaccinés et qui sont passés par ...

 Raed Arafat: Oui. Je n'entre pas dans ces détails pour la simple raison que ceux-ci sont encore en discussion au sein du Comité interministériel et qu'il est trop tôt pour le dire; la dernière réunion a eu lieu vendredi, il y aura plus de discussions, les discussions auront lieu avec le Ministère de la Santé et toutes les autorités, donc de ce point de vue nous allons les annoncer, pour cela j'ai dit que d'ici le 1er juin nous reviendrons avec certaines clarifications à ce sujet.

 Journaliste: En supposant qu'à partir du 1er juin, vous irez dîner, par exemple, et, comme le montrent les scénarios que nous avons tous vus dans l'espace public en ce moment, les restaurants ne seront ouverts aux personnes vaccinées si vous souhaitez prendre le dîner du 1er juin. avec une personne non vaccinée où irez-vous?

Raed Arafat: Mais attendez une minute, là où vous avez vu que les scénarios qui sont ... parce que nous avons jusqu'à 50% dans les zones d'incidence inférieures à 1,5, nous en avons jusqu'à 50% sans dire qu'ils sont vaccinés ou non vaccinés. Donc, je ne sais pas où vous avez vu que nous obligeons qu`il y ait seulement des personnes vaccinées, car dans la décision et partout il est dit qu'en dessous de 50%, c'est-à-dire en dessous de 1,5 pour mille d'incidence, on a 50% de capacité de restauration à l'intérieur, sans conditionner la vaccination, ici on n`a pas conditionné; nous parlons du moment où on augmentera davantage, lorsque la capacité augmentera plutôt  expérimentalement, et ici la vaccination ou des tests sont vraiment nécessaires, ou avoir été atteint du SARS-CoV-2 au cours des 90 derniers jours, mais pas moins de 15 jours. Journaliste: Le Premier ministre lui-même parlait de restaurants ouverts à 100% aux personnes vaccinées.

Raed Arafat: Vous voyez, vous parlez à cent pour cent, pas ceux qui ont une capacité de 50%, et c'est l'une des questions qui est en cours de discussion par le Comité interministériel, nous aurons la décision finale d'ici le 1er juin.

Journaliste: Ma dernière question, au restaurant, qui va nous demandera le CNP ou comment va-t-on vérifier si nous sommes vaccinés ou non?

Raed Arafat: Cela sera établi, ce sont des procédures, elles peuvent certainement être établies par arrêté conjoint, le Ministre de la Santé avec le Ministre de l'Économie ou avec les ministères de tutelle chargés de ces activités.

Journaliste: Bonjour! Dites-moi combien de temps l'état d'alerte sera prolongé? Quels seraient les critères selon lesquels ...?

Raed Arafat: L'analyse faite au CNCCI reconnaît que notre situation s'améliore, en ce moment, mais nous n'avons pas encore vu comment la situation sers le mois prochain, si nous restons stables, si le nombre de cas recommence à augmenter. Il y a donc plusieurs aspects que nous remarquons. L'état d'alerte nous permet de prendre certaines mesures qui sont encore nécessaires: détachement de personnel, mise en place de mesures, qui sont des mesures d'urgence pour résoudre les problèmes qui surviennent encore au centre de commande. Bien sûr, quand la situation se stabilise et qu'on voit que l`incidence ne grandit pas, que tout va bien, que ce n'est plus justifié, alors il est clair que çela s'arrêtera, dans un mois, dans deux. Cela on verra selon l'évolution. Personne n'a intérêt à maintenir la Roumanie en alerte pendant une journée supplémentaire, c'est clair!

Journaliste: Outre les mesures d'assouplissement prises aujourd'hui, d'autres mesures d'assouplissement sont-elles possibles jusqu'au 1er juin?

Raed Arafat: C'est ce que j'ai dit, que d'ici le 1er juin, on y reviendra soit par décisions du CNSU, soit par arrêté du gouvernement, concernant les autres mesures qui seront mises en œuvre, mais il est trop tôt pour en parler, cela sera discuté au niveau du Comité interministériel et les bonnes décisions seront prises sur la façon dont la pandémie évolue, car nous surveillons maintenant efficacement l'impact de Pâques et tous les aspects, toutes les activités reprises. Maintenant, tout le pays est presque vert, voyons si nous gardons notre niveau ou recommençons à grimper comme nombre de cas.

Journaliste: Lors de la réunion d'aujourd'hui, avez-vous discuté de ce qui se passera après le 1er juin?

Raed Arafat: Non, pas lors de la réunion d'aujourd'hui. Juste l'idée qu`on va évaluer la semaine prochaine, pour déterminer quelles mesures seront mises en œuvre après le 1er juin.

Reporter: Si nous avons bien compris, alors, dans un mois ou deux, nous ne serons peut-être pas en alerte, si la situation ...

Raed Arafat: Je vous ai donc donné un exemple hypothétique, cela dépend de la façon dont nous évoluons. Cela ne veut pas dire que je l'ai dit clairement après un mois ou deux, cela dépend de la façon dont nous évoluons. Je vous ai expliqué que la situation ou la déclaration de l'état d'alerte dépend de l'atteinte d'une stabilité et de la constatation que nous n'en avons plus besoin et ensuite elle peut être annulée. Sinon, nous continuons, car cela nous permet de mener certaines actions, certaines activités, qui, sinon, seraient beaucoup plus difficiles à réaliser. À la seconde où nous verrons la stabilité, il n'y aura clairement aucune raison de la prolonger. Cela dépend du moment où ce sera le cas. Maintenant, nous l'aurons pendant un mois. À la fin du mois, nous verrons la situation épidémiologique et nous verrons quelle est la conclusion.

Journaliste: Parce que vous parliez de cette idée de fonctionnement à cent pour cent dans le cas des restaurants, cette idée peut être appliquée de la même manière à travers un projet pilote ou ce sera ...

Raed Arafat: On voit ce que décide le Comité interministériel. Le Cest celui qui discute, qui débat, qui met sur la table du CNSU les propositions, qui sont discutées au CNSU, sont discutées avec le Premier ministre et des décisions sont prises à cet égard. Elles sont  donc en cours d`être discutées, nous ne pouvons donc pas redire maintenant que ce sera comme ça ou ce sera cautrement jusqu'à ce que les discussions au sein de ce Comité soient terminées.

Journaliste: Oui, mais je vous pose la question parce que vous avez fait une différence plus tôt et nous avons pensé que peut-être cette mesure ne comprend que les personnes vaccinées - parce que, en effet, vous parliez plus tôt de ... Raed Arafat: Si l`on augmente la capacité à 100%, il peut y avoir des mesures supplémentaires. Car maintenant, jusqu'à 50%, il n'y a plus de mesures mises en œuvre. Donc, si nous voulons augmenter dans la prochaine période, dans les conditions épidémiques qui sont, probablement pour augmenter la capacité devront être certaines conditions. Mais ces conditions sont discutées au sein du Comité et nous y reviendrons.

Journaliste: Et une dernière précision, si vous me le permettez. Parce que vous parliez de l'activité dans le cinéma, les institutions de spectacle, les concerts, là aussi tout le monde devrait être vacciné à une capacité de plus de 50%?

Raed Arafat: Si nous dépassons la capacité fixée à des incidences de 1,5 pour mille ou 3 pour mille - c'est-à-dire en dessous de 1,5, entre 1,5 et 3, où nous avons 50% et 30% - alors si nous voulons les dépasser, peut-être y aura-t-il des conditions supplémentaires. Sinon, les conditions sont connues: l`activité est réalisée avec les capacités respectives, portant un masque à l'intérieur, la distance, avec 50% des sièges occupés s'il est inférieur à 1,5 et avec 30% des sièges occupés l`incidence est comprise entre 1,5 et 3 pour mille. Journaliste: Bonjour! Continuant la question de mon collègue: envisagez-vous des mesures similaires pour les événements privés - mariages, baptêmes - certains programmes pilotes?

Raed Arafat: Cela fait l'objet de discussions au sein du Comité et nous verrons quelles propositions seront présentées. Vous vous rendez compte que les mesures seront prises progressivement, très probablement, et les mesures d'assouplissement seront prises progressivement. Ce ne sera pas tout d'un coup. Donc, je pense que M. le Premier ministre les  a aussi expliquées, que des mesures graduelles seront prises après les discussions qui sont en Comité et sur les mesures de protection proposées, afin que nous puissions reprendre certaines activités avec le moins de risques possible. Ce qui reste encore c`est notre solution et notre demande, à la population: plus nous sommes vaccinés, meilleures sont les chances de revenir au plus près de la normalité ou de la normalité que nous connaissions autrefois. Mais il faut se faire vacciner, c'est l'idée.

Journaliste: Pour clarifier: qui supportera le coût des tests?

Raed Arafat: Dans quel sens?

Reporter: Les tests d'antigène et de PCR seront-ils supportés par ceux qui participent à ces projets pilotes, par les clients, pratiquement, ou ...?

Raed Arafat: Cela n'a pas été discuté. Donc, s'il y a des clients qui viennent acheter des billets et tout, ils en supporteront les frais s'ils ne sont pas vaccinés. S'ils sont vaccinés, ils montreront le certificat de vaccination, qui montrera qu'ils ont été vaccinés, à quelle date avec la première dose, avec la deuxième dose - s'il y a deux doses, sauf pour le vaccin Johnson & Johnson, et combien de temps cela a été depuis la dernière dose.

Journaliste: Étant donné que le Parlement européen a également proposé de prendre en charge le coût des tests PCR par chaque État, la Roumanie pourrait-elle introduire une telle mesure? On parle de ceux qui partent en vacances ...

Raed Arafat: Je ne suis pas au courant d'une telle discussion et je ne peux pas vous donner de détails à ce sujet maintenant.

Journaliste: Ou pour les catégories - par exemple, les enfants - qui n'ont pas la possibilité de se faire vacciner.

Raed Arafat: Je ne connais pas ces aspects pour le moment, je ne veux pas trouver une réponse à partir de laquelle, après cela, quelque chose d'autre sortira. Nous attendons de voir ce qui sera décidé au sein du Comité et du CNSU dans les prochains jours, jusqu'au 1er juin. Merci beaucoup!

Journaliste: Une question, s'il vous plaît, si vous me le permettez.

Raed Arafat: Oui, s'il vous plaît!

 Journaliste: Comment est règlementée la responsabilité des médecins traitant des patients atteints de COVID? Et je parle ici de cas de faute professionnelle, s'il y a ...

Raed Arafat: Il est clairement indiqué dans l'Ordonnance d'urgence que les médecins de toute spécialité peuvent être impliqués. Plus de détails peuvent être expliqués même par des collègues du Ministère de la Santé ou par le Collège des médecins. Mais il y a une ordonnance qui réglemente cela. Merci!

 



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire

  • Galerie de photos

    Galerie de photos

    Des photos des événements et des activités auxquels participe le Premier ministre, et des activités déroulées au palais Victoria

    Lire la suite
  • Communiqués

    Communiqués

    Les communiqués de presse les plus récents sur le travail du Premier ministre et du Conseil des ministres du gouvernement.

    Lire la suite
  • Gouvernance

    Gouvernance

    La situation politique difficile à laquelle Roumanie est confrontée aujourd'hui nécessite la promotion d'un programme gouvernemental doté d'objectifs à court terme qui préparera les réformes nécessaires pour moderniser la Roumanie dans un esprit européen.

    Lire la suite
  • Conseil de Ministres

    Conseil de Ministres

    Le Premier ministre conduit le Gouvernement et coordonne l`activité de ses membres dans le respect des leur attributions

    Lire la suite