Nouvelles fraîches

Jeudi, 24 Juin 2021

Conférence de presse donnée par Valeriu Gheorghiță, président du Comité national de coordination des activités de vaccination contre le SRAS-CoV-2 (CNCAV), et Andrei Baciu, secrétaire d'État au ministère de la Santé, vice-président de la CNCAV

Valeriu Gheorghiță : Bonjour, merci de participer à la conférence organisée par le Comité national de coordination des activités de vaccination. Je commencerais par mentionner une mauvaise nouvelle, à savoir le fait que le premier cas de décès a été enregistré - chez une personne de 72 ans du département d'Argeș, personne non vaccinée, connue pour être obèse, hypertension arterielle  - à la suite de l'infection avec la souche indienne, avec la variante Delta. De plus, d'après mes informations, obtenues auprès de la Direction de la santé publique du département d'Argeș, il y a une autre personne qui est actuellement confirmée avec la souche Delta, hospitalisée en soins intensifs, en thérapie non COVID, étant donné qu'elle est plus éloignée du début de la maladie et n'est plus considérée comme contagieuse à l'heure actuelle. D'après les données fournies par l'Institut national de la santé publique, du séquençage effectué jusqu'au 20 juin, nous avons 44 souches enregistrées en Roumanie, dans neuf départements, la plupart des cas étant signalés dans le département d'Ilfov, suivi du département d'Argeș et de Bucarest. D'un autre côté, il peut être intéressant de mentionner que certains des cas n'ont pas d'antécédents épidémiologiques pertinents, c'est-à-dire qu'il s'agit de cas qui semblent être d'origine nationale, plutôt que des cas d'importation. C'est pourquoi il est important, je le rappelle, que la souche Delta a la pleine capacité de devenir la souche dominante, la souche majoritaire en termes de nombre de cas de COVID-19, en faisant augmenter cette capacité de transmission d'au moins 60% , a une capacité accrue à se lier aux récepteurs spécifiques du virus du SARS-CoV et peut également être associée dans une certaine mesure à une efficacité vaccinale réduite si nous ne complétons pas le calendrier de vaccination. Il est donc très important d'avoir un calendrier vaccinal complet, afin de bénéficier d'une protection maximale contre cette variante virale préoccupante, la souche Delta. Il est également important que le nombre de personnes vaccinées soit le plus élevé possible, précisément pour se préparer à une éventuelle augmentation du nombre de cas. L'Organisation mondiale de la santé et le Centre européen de contrôle des maladies estiment que la souche Delta deviendra dominante à l'échelle mondiale, et pas seulement dans certains pays, ce qui montre, à partir de ces estimations... bien sûr, ce sont des estimations, mais il semble qu'en fin août les données attendues suggèrent une dominance de cette souche dans plus de 90% des cas de COVID-19, ce qui est évidemment inquiétant. C'est pourquoi je rappelle l'importance de la vaccination comme mesure préventive. Même si aujourd'hui, en Roumanie, la situation épidémiologique est très bonne, il est important de continuer à se faire vacciner, d'assurer ce niveau d'immunité collective suffisamment élevé pour empêcher une propagation accélérée de cette infection parmi la population, car les données existantes et notamment du Royaume-Uni montre une transmission accrue parmi les personnes non vaccinées et les personnes qui n'ont pas été complètement vaccinées. Ensuite je présenterai quelques détails liés à ce projet pour rapprocher le vaccin des bénéficiaires, notamment en milieu rural, les localités rurales, le concept « La ville vaccine le village ». Nous avons déjà annoncé également, 2.862 localités sont recensées en milieu rural, où il est important d'assurer la présence des équipes de vaccination. En ce moment, nous avons collecté toutes les données du territoire, données qui impliquent la répartition des localités rurales aux centres de vaccination déjà existants, à partir desquels des équipes mobiles de vaccination seront détachées et mèneront les activités de vaccination. Nous espérons que la semaine prochaine nous pourrons présenter ce plan, ce développement d'activités, car nous avons prédit la date à laquelle les équipes mobiles doivent atteindre ces localités, la période dans laquelle l'activité devrait être estimée pour se terminer et, à partir de notre plan , d'ici fin août nous espérons avoir un passage dans toutes les localités. Il existe actuellement 177 centres de vaccination organisés dans les localités rurales et il y a 770 localités où les activités de vaccination ont démarré avec l'aide d'équipes mobiles. Pratiquement, plus d'un quart des localités rurales ont déjà des vaccinations effectuées par des équipes mobiles. A ce jour, 456 équipes mobiles ont été organisées pour assurer la vaccination en milieu rural et plus de 62.360 personnes ont été vaccinées en milieu rural, dans le cadre de ce programme « La ville vaccine le village » Une autre priorité du Comité National de Coordination des Activités de Vaccination est l'évaluation permanente de l'efficacité des centres de vaccination, afin de maintenir un juste et honnête équilibre entre les investissements matériels, les ressources humaines et le rythme de vaccination. C'est pourquoi, en ce moment, à partir des données centralisées la veille concernant l'activité des centres de vaccination, je peux vous dire que 45 centres de vaccination ont temporairement arrêté leur activité, 136 autres flux de vaccination ont temporairement arrêté leur activité dans les centres qui sont encore actifs - sont des centres de vaccination qui avaient plus de flux et le nombre de flux de ces centres a été réduit afin de permettre le détachement d'équipes mobiles pour assurer la vaccination en milieu rural - et aussi pour 314 centres La vaccination a été réduite les heures de travail, ce qui signifie des heures réduites de 12 heures à 6 heures ou il y a des centres qui ont même des horaires de 4 heures. Il est également possible dans la prochaine période d'avoir des centres de vaccination qui seront fermés un jour, deux jours ou trois jours par semaine, histoire d'avoir la possibilité de reprendre ces équipes et de se déplacer dans les zones rurales. Aussi, un autre élément important est lié à la gestion des stocks. Comme nous l'annoncions la semaine dernière, afin d'avoir la bonne gestion pour assurer, d'une part, l'accès des personnes qui veulent se faire vacciner à la vaccination, d'avoir une perspective à court, moyen et long terme du nombre suffisant de doses, afin que nous puissions répondre à nos besoins et pouvoir également assurer, via le mécanisme du don, la revente - M. Andrei Baciu, secrétaire d'Etat, nous en précisera le cas échéant - histoire de ne pas dépasser la date limite de validité de ces derniers doses et de permettre à d'autres personnes de se faire vacciner contre le COVID-19.

Vaccination dans les bureaux de médecine familiale : il existe actuellement 2. 451 cabinets de médecine familiale où des activités de vaccination sont menées. En termes de pourcentage, il y en a environ 50 % en milieu rural, 50 % en milieu urbain, et 168.932 personnes ont été vaccinées au 23 juin. En gros, environ 23,4% de plus que la semaine précédente. La grande majorité, pratiquement plus de 55 % des personnes vaccinées, cumulativement, à partir du moment où la vaccination est effectuée dans les cabinets de médecine familiale, étant originaires du milieu rural. En ce qui concerne le nombre de personnes vaccinées, dans chaque département, dans les cabinets de médecine familiale, la plupart ont été vaccinés dans le département de Timiș - plus de 10.690 personnes, suivi de Bucarest – 8.623 personnes, Dâmbovița, Argeș, Prahova - avec plus de 7.500 personnes. De plus, dans la semaine du 15 au 23 juin, un total de 237.195 personnes ont été vaccinées, à la fois avec la dose un et la dose deux ; avec une dose vaccinée avec la dose un un nombre de 93.981 personnes, dont avec présentation directe aux centres de vaccination étaient plus de 90 % d'entre elles, soit 85.246 personnes. Pratiquement,, la tendance est de présenter les gens directement aux centres de vaccination ou de vaccination, évidemment avec des équipes mobiles, aussi bien en milieu rural qu'aux événements de vaccination, tels qu'ils ont été organisés, sans avoir besoin de programmation en plateforme.

Le nombre de citoyens étrangers vaccinés en Roumanie jusqu'à présent – 28.883 personnes avec au moins une dose, dont 17.435 ont effectué un calendrier de vaccination complet. En ce qui concerne la vaccination au niveau des formations sanitaires, tant publiques que privées, il existe 129 hôpitaux publics dans lesquels plus de 2.384 personnes ont été vaccinées à ce jour, provenant de 34 départements, et 25 hôpitaux privés dans lesquels ont été vaccinés 461 patients. Cette semaine, des activités de vaccination sont prévues dans neuf autres hôpitaux publics de trois départements. Nous avons réévalué la couverture vaccinale au niveau des départements de la population résidente, éligible, âgée de plus de 12 ans ; je peux vous dire que nous avons huit départements avec un taux de couverture vaccinale de plus de 30%, le taux de couverture vaccinale le plus élevé étant à Bucarest où, pour le moment, 45% a été dépassé - nous parlons de 45,14% de la population éligible sur 12 ans -, suivi du département de Cluj, avec 41,9%, Sibiu - 35,4%, Brasov - 33,2%, Timis - 32%, Constanta - 31,9%, Alba - 30,9% et Ilfov - 30%. Aussi, les centres de vaccination actuellement actifs : nous avons un total de 797 centres de vaccination, avec 1.268 flux. Mais je peux vous dire que dans la prochaine période, il est fort probable que le nombre de centres actifs soit réduit, justement pour pouvoir desservir les activités rurales avec l'aide d'équipes mobiles et, bien sûr, compte tenu de l'adressabilité des personnes à ces centres fixes. Je le répète, certains d'entre eux seront temporairement suspendus, c'est-à-dire qu'ils pourront être réactivés à tout moment, en fonction du nombre de personnes qui se rendent dans ces centres de vaccination. Par type de vaccin, les centres actifs qui reçoivent le vaccin de BioNTech/Pfizer sont 577, avec 979 flux ; Centres actifs Moderna - 114, avec 141 flux; Les centres actifs d'AstraZeneca sont au nombre de 44 au niveau national, avec 75 flux, et les centres actifs qui reçoivent des vaccins de Johnson & Johnson ont augmenté, il y a 62 centres, avec 73 flux. D'après les demandes que nous recevons du territoire, chaque semaine il est demandé la mise en place de nouveaux flux de vaccination avec le vaccin Johnson & Johnson, en plus de ce qui est distribué dans les cabinets de médecine familiale. Pour le moment, dans la plateforme de programmation sur les quatre types de vaccins, il y a un total de 181.875 personnes qui sont programmées à la fois pour la dose 1 et la dose 2, mais je le répète : le nombre de personnes programmées ne reflète pas actuellement les personnes qui seront vaccinés, sachant que plus de 90 % sont vaccinés par présentation directe. Concernant le bilan de la campagne de vaccination, en nombre de personnes vaccinées avec au moins une dose, depuis le début de la campagne jusqu'à maintenant, 4.661.527 personnes ont été vaccinées avec au moins une dose, dont plus de 4,4 millions sont vaccinées avec le vaccin complet schème. Cela signifie une couverture vaccinale d'environ 25 % de la population éligible au niveau national, à laquelle s'ajoute bien entendu le pourcentage d'immunité collective obtenu au passage de la maladie. Ainsi, si l'on examine la couverture vaccinale par tranches d'âge, la couverture vaccinale la plus élevée se situe dans la tranche d'âge 60-69 ans, où nous avons plus de 36,5% de couverture vaccinale, suivie par les personnes dans la tranche d'âge 70-79 ans, où nous avons 34,2 % de couverture vaccinale, et les personnes dans le groupe d'âge 50-59 ans, où la couverture vaccinale est de 33,8%. En outre, les mineurs âgés entre 12 et 15 ans, à ce jour, sont plus de 16.139 personnes vaccinées avec au moins une dose, ce qui signifie 1,9% de la population éligible dans cette tranche d'âge, et les personnes âgées entre 16 et 19 ans, avec au moins au moins une dose, il y a 125.876 ​​personnes vaccinées, ce qui représente 15,3 % de la population éligible, au titre de la couverture vaccinale. Nombre de personnes vaccinées dans les centres organisés par le Ministère de la Défense Nationale : à l'heure actuelle, il y a 273. 989 personnes vaccinées avec au moins une dose, et dans les centres de vaccination du Ministère des Affaires Intérieures - 50 212 personnes. Au cours de la semaine précédente, 146 équipes mobiles ont été organisées pour des activités de vaccination dans des centres résidentiels pour personnes immobilisées et d'autres types d'activités de vaccination et environ 8 060 personnes ont été vaccinées. En ce qui concerne le profil des effets adverses, un total de 16.495 cas d'effets adverses post-vaccinaux ont été signalés à ce jour, ce qui signifie un taux de notification d'environ 1,9 pour 1 000 doses administrées. Concernant le nombre de personnes confirmées infectées par le SARS-CoV-2 après une vaccination à dose unique et à deux doses, respectivement, je peux vous dire que 0,5% ont été signalés chez des personnes ayant reçu une dose unique ont été diagnostiquées dans les 13 premiers jours après la dose de vaccin, c'est-à-dire avant le moment de la protection fournie par l'augmentation des anticorps. En valeur absolue, on parle de 23.793 personnes. Et après le calendrier de vaccination complet, 0,1% des 4,4 millions de personnes ont reçu un diagnostic d'infection  SARS-CoV-2, en valeur absolue 4 922 personnes, dans les 30 jours suivant la fin du programme de vaccination. Ce que je voudrais dire, à propos des données scientifiques disponibles qui apparaissent : hier un article a été publié dans une prestigieuse revue médicale, dans le "New England Journal of Medicine", qui montre très clairement que les personnes qui ont été confirmées avec infection SARS-CoV -2 après la première dose de vaccin présentaient un risque d`environ 50 % inférieur de transmettre l'infection aux contacts par rapport aux personnes infectées par le SARS-CoV-2 et non vaccinées. Ainsi, dans la pratique, nous avons des données très claires selon lesquelles la vaccination contre le COVID-19 réduit la transmission même chez les personnes infectées par le SARS-CoV-2, malgré la vaccination. Il existe des études menées sur des contacts étroits, au sein de la famille, de ces cas qui sont confirmés. Il n'y avait aucune différence dans la réduction de la transmission entre le vaccin de BioNTech / Pfizer et le vaccin d'AstraZeneca, les données étaient similaires - une réduction de 50% du risque de transmission. D'autant plus, très probablement, bien que nous ne disposions pas de ces données à l'heure actuelle, pour les personnes vaccinées avec un calendrier complet, ce risque de transmission est beaucoup plus faible dans le cas des personnes vaccinées avec un calendrier complet, pour une raison très claire : ces personnes elles ont une charge virale beaucoup plus faible et la quantité de virus éliminée dans les sécrétions respiratoires est faible. Avec votre permission, je vais donner la parole au secrétaire d'État Andrei Baciu. S'il vous plaît!

Andrei Baciu : Merci beaucoup, Monsieur le président ! Quelques mots sur la vaccination au niveau des opérateurs économiques qui ont démarré l'activité il y a plusieurs mois. A ce jour, 566 opérateurs économiques, entreprises privées ont réalisé des activités de vaccination des salariés et de leurs familles, dont 91 opérateurs dans le domaine de l'HoReCa dans 21 départements. Cette activité a été réalisée avec l'aide de 189 équipes mobiles, vaccinant ainsi, à ce jour, un total de 63.856 personnes, dont 3.867 personnes travaillant dans le domaine de l'HoReCa. Brașov, Alba et Bihor sont les départements qui ont le mieux bougé. Selon le nombre de personnes, nous parlons de Brașov, Sibiu, Cluj en tant que départements, 5.769 personnes à Brașov, 5.460 à Sibiu, 5.300 à Cluj. Cette semaine, un certain nombre de 201 entreprises privées achèveront l'activité de vaccination et 10 autres entreprises de plus de 100 employés commenceront leur activité. Afin d'aller plus loin dans la mise en œuvre du concept par lequel nous souhaitons nous rapprocher des personnes vaccinées, plusieurs initiatives locales ont démarré diverses activités de vaccination dans divers lieux atypiques, marchés, foires, parkings, supermarchés, à travers ce type d'approche, 15.981 personnes ont été vaccinées jusqu'à présent. Ces activités se poursuivront au cours de la prochaine période, de sorte que, par exemple, à Alba - la Foire des filles du Mont Găina, les Journées de la communauté hongroise, le Festival national du folklore, à Covasna nous avons plusieurs festivals, un concours d'équitation, à Constanța, sur le front de mer du Casino, sur la plage de Mamaia. De telles activités rapprocheront vraiment le vaccin des personnes et de la mobilité et des points où il y a une mobilité accrue. Maintenant, quelques mots sur les missions de transport effectuées. À ce jour, 13.300 missions de transport national ont été effectuées. Elles ont impliqué 29.792 personnes du Ministère des Affaires Intérieures, de la Police roumaine, de la Gendarmerie roumaine, de la Police des frontières, de l'IGSU, et du Ministère de la Défense Nationale, 11.366 personnes qui ont utilisé 3.946 moyens techniques. En ce qui concerne les doses de vaccins que la Roumanie a reçues jusqu'à présent : 16. 359. 029 doses de vaccins, 54% des doses que la Roumanie a reçues en ce moment. De Pfizer/BioNTech on a reçu 10.932.929 doses jusqu'au 24 juin, dont 63,97 % ont été administrées, ce qui représente 6.993. 000. Pour Moderna, nous avons reçu jusqu'au 24 juin 1.366.800 doses, administrées, également, à 51,88 %. D'AstraZeneca, nous avons reçu 3 774.000. Johnson & Johnson – 685.300. Concernant les doses de vaccin perdues lors du processus de vaccination : 37.428 doses depuis le début de la campagne de vaccination, ce qui représente 0,42 %. Concernant le calendrier des livraisons pour la prochaine période, comme nous le savons, nous avons suspendu pour le moment certaines livraisons, précisément pour avoir une gestion plus efficace des stocks, de sorte que, pour le mois de juin, nous recevrons un total de 2. 863.080 doses de vaccin; pas grand chose n'a changé depuis la semaine dernière. Il s`agit de 1.928.162 doses de vaccin de Pfizer, 128.000 doses de Moderna, 376.000 doses de vaccin d'AstraZeneca et, enfin, 430 520 doses de vaccin produites par Johnson & Johnson. C'est à peu près ça; Merci beaucoup, Monsieur le président !

Valeriu Gheorghiță : Merci aussi ! Je suggère que nous répondions aux questions - deux questions chacune, s'il vous plaît, et selon le temps qu'il nous reste, nous pourrons discuter.

Journaliste : Carla Tănasie (DIGI 24) - Bonjour ! Étant donné qu'en ce moment, un peu plus de 22 % de la population roumaine est immunisée, je voudrais que vous nous disiez à quoi s`attendre au cours de la prochaine période ou ce que vous, en tant que médecin, vous attendez à ce qu'il se passe ; et je veux dire une augmentation du nombre de cas.

Valeriu Gheorghiță : Je m'attends à ce que le nombre de cas n'augmente pas si les gens sont vaccinés au cours de la prochaine période. Nous sommes, bien sûr, dans une bonne situation, mais cela dépend beaucoup de nous et de la façon dont nous voulons avancer en termes d'évolution de la pandémie. Ce serait dommage, ce serait malheureux de donner un coup de pied à une si bonne situation épidémiologiquement, car elle a vraiment été réalisée grâce à un effort commun - d'une part, de la société, des gens, de ceux à la maison qui ont respecté les règles, qui plus de 4,66 millions se sont présentés, ont été vaccinés; c'est aussi un effort collectif des autorités, tant centrales que locales, et je pense que nous avons besoin de stabilité épidémiologique dans la période à venir. Mais cette stabilité ne peut être atteinte que par la vaccination, par la vaccination. Je pense qu'il est important de comprendre la vaccination comme une mesure préventive, comme une mesure proactive, et non réactive, face à une augmentation du nombre de cas. Il ne faut pas attendre encore une augmentation des cas, toujours des patients en réanimation en grand nombre, des patients à rester aux urgences sans avoir de place pour être admis, pour nous convaincre qu'il est important de se faire vacciner. Je ne suis pas un partisan de la vaccination contre la peur, la vaccination de peur ; il faut comprendre les réels bénéfices de la vaccination, justement pour éviter d'augmenter le nombre de cas. Il ne faut pas attendre, je le répète, cette augmentation du nombre de cas. Si nous vaccinons davantage au cours des deux prochains mois, je pense que nous pouvons éviter une augmentation substantielle du nombre de cas. Nous aurons certainement une augmentation du nombre de cas. Ce sera une saison froide, les gens reviennent de vacances, ils passent plus de temps à l'intérieur, le temps se refroidit. Donc, il y a toutes les conditions qui augmentent la probabilité d'avoir une transmission plus élevée d'infections, généralement des infections virales à transmission respiratoire, mais cela dépend beaucoup de nous. C'est pourquoi, pour nous, au niveau du comité, il est important de poursuivre la campagne de vaccination à travers un processus le plus simplifié possible pour chaque personne, mais en ce moment, bien sûr, nous avons une diminution visible de ceux qui sont vaccinés avec la dose 1. Nous espérons que cette tendance s'inversera et que les gens seront vaccinés en plus grand nombre dans la prochaine période, car il s'agit de nous protéger, notre famille, nos proches et, implicitement, la société en général, la communauté. Je ne pense pas qu'il y ait quelqu'un d'autre qui veuille ou ait jamais voulu des restrictions, rester à la maison, ne pas pouvoir sortir en toute sécurité pour rencontrer des amis, des collègues, etc.

Journaliste : Vous avez dit il y a quelques jours qu'il y avait un risque d'expiration des doses de vaccins, notamment d'AstraZeneca. Qu'est-il arrivé à ces doses et s'il y a des problèmes avec le stockage des doses de vaccin.

Valeriu Gheorghiță : Nous n'avons aucun problème pour stocker les doses de vaccins, mais bien sûr tant que la consommation des doses déjà reçues a diminué, la durée de conservation est fixe, elle est de six mois, et nous avons vraiment environ 35.000 doses de l'entreprise AstraZeneca qui sont distribués aux centres de stockage régionaux, aux directions de santé publique et aux centres de vaccination, qui expirent le 30 juin. Il est peu probable pour le moment que nous puissions utiliser ces doses d'ici la fin juin et il est également peu probable qu'elles puissent être données à qui que ce soit. Ils entreront probablement dans un mécanisme, une procédure claire de destruction de ces doses, du fait de l'expiration de la période de validité. De nombreux pays sont confrontés à cette situation. De nouvelles données de stabilité s'accumulent et il est possible que dans la prochaine période, la FDA et l'EMA, ainsi que l'Agence européenne des médicaments, décident de prolonger la période de stabilité, sur la base d'études, bien sûr, qui montreront certainement plus stabilité à long terme.



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire

  • Galerie de photos

    Galerie de photos

    Des photos des événements et des activités auxquels participe le Premier ministre, et des activités déroulées au palais Victoria

    Lire la suite
  • Communiqués

    Communiqués

    Les communiqués de presse les plus récents sur le travail du Premier ministre et du Conseil des ministres du gouvernement.

    Lire la suite
  • Gouvernance

    Gouvernance

    La situation politique difficile à laquelle Roumanie est confrontée aujourd'hui nécessite la promotion d'un programme gouvernemental doté d'objectifs à court terme qui préparera les réformes nécessaires pour moderniser la Roumanie dans un esprit européen.

    Lire la suite
  • Conseil de Ministres

    Conseil de Ministres

    Le Premier ministre conduit le Gouvernement et coordonne l`activité de ses membres dans le respect des leur attributions

    Lire la suite