Nouvelles fraîches

Mardi, 22 Septembre

Conférence de presse du Premier ministre Ludovic Orban à Cluj-Napoca

Journaliste: Où obtiendrez-vous de l'argent pour augmenter les pensions de 40% et augmenter les salaires des enseignants de 25%?
 

Ludovic Orban: Une fois de plus, le PSD a montré qu'il était l'ennemi de la Roumanie. L'irresponsabilité du PSD risque de plonger la Roumanie dans une crise économique que nous venons de surmonter. Voter dans les conditions d'une contraction économique, qui a conduit à un manque de revenus, des augmentations de 6,7% du PIB, sans qu'il y ait de revenus supplémentaires, prouve que le PSD est en fait l'ennemi public numéro 1 de la Roumanie et de l'économie roumaine. Je vous rappelle que le Gouvernement que je dirige a augmenté le point de pension de 14%, en valeur absolue 177 lei, la plus forte augmentation du point de pension dans l'histoire de l'augmentation du point de pension, et ce dans des conditions de crise économique. Pour pouvoir comparer, je vous dis qu'il n'y a pas d'autre pays européen qui ait augmenté les retraites en temps de crise économique causée par la pandémie, que l'Allemagne, la forte économie allemande s'est permis d'augmenter les pensions de seulement 3,1% pour les retraités de l'ancienne Allemagne de l'Ouest et 4,1% pour les retraités de l'ancienne Allemagne de l'Est. En ce qui concerne les allocations, le Parti National Libéral, à partir de 2004, est le seul parti qui ait augmenté les allocations, en 2007, en 2008, en 2015, en 2019. En 2015 et 2019, il a réussi à augmenter les allocations étant dans l'opposition. Le vote à la majorité PSD d'une loi doublant les allocations la même année où le Parti National Libéral avait doublé les allocations à la Loi du budget de l'État a été un acte populiste, sans aucune base économique et sans aucune base dans les revenus réels existants pour le budget d`État. Cependant, nous avons tenu compte de la nécessité pour les enfants pour augmenter les allocations et nous assuré que les allocations soient augmentées en cinq étapes successives. La première étape de croissance de 20% a commencé en août et déjà en septembre, les indemnités versées ont été augmentées de 20%. C'est le maximum que l'économie roumaine puisse soutenir aujourd'hui. Toute augmentation des dépenses, telle que l'augmentation des dépenses causée par les «criminels économiques» du PSD, ne fait que diriger la Roumanie vers l'insolvabilité. À l'heure actuelle, suite au vote au Parlement, la Roumanie souffre déjà, la capacité d'accéder aux fonds de la facilité de relance et de résilience est déjà remise en question. Il y a des responsables européens qui ont clairement fait savoir qu'ils remettraient en question la capacité de la Roumanie à accéder aux fonds du mécanisme de relance et de résilience en raison de ces augmentations aberrantes des dépenses publiques qui ne sont basées sur aucune recette et ne reposent sur aucune prévision économique.

 

 

 

En outre, les agences de notation sont en train d`évaluer l'économie roumaine, devant donner la note du pays et une telle décision qui a été imposée par la majorité PSD risque d'avoir des conséquences dramatiques pour la Roumanie. Je demande à nos parents et grands-parents de me croire sur parole: augmenter le point de pension de 177 lei est le maximum que nous puissions nous permettre dans des conditions de rationalité économique et dans les conditions dans lesquelles nous voulons que toute augmentation de pension soit accompagnée de la garantie de la capacité de payer cette pension majorée. On ne peut pas faire davantage! Quiconque promet plus donne en fait la pomme empoisonnée aux gens. Pensez-vous que si nous avions des ressources financières, nous n'aurions pas augmenté les pensions? Nous les aurions certainement majorées. Le populisme, la démagogie PSD ne font que plonger la Roumanie dans une situation de crise dont nous sortirons encore plus difficilement. Les risques sont les suivants, et je les répète encore et encore: la dégradation de la Roumanie par les agences de notation augmentera le coût du financement, et non seulement le financement public, mais aussi le financement de toutes les entreprises roumaines et de tous les particuliers en Roumanie. Les prêts seront plus chers et plus difficiles d'accès. La difficulté de financement engendrée par une dégradation sera énorme et augmentera encore plus le coût de chaque prêt que la Roumanie doit faire. Deuxièmement, la manière dont cet amendement a été adopté à la rectification budgétaire rationnelle que nous avons adoptée génère un risque majeur qu'il ne soit plus possible de faire face à tous les paiements du budget de l'État. En fait, que veut le PSD? Que plus de pensions ne soient payées, qu`il n`y ait d'argent pour payer les salaires, pour les investissements, pour allouer aux autorités locales, qu`il n`y ait plus d'argent pour les dépenses sociales, c'est ce que veut le PSD et c'est le résultat si nous acceptons la décision d'une majorité toxique qui détruit lentement la Roumanie chaque semaine à travers toutes les aberrations des lois qu'elle adopte au Parlement. Nous n'acceptons pas cette augmentation. Le gouvernement que nous dirigeons attaquera cette loi devant la Cour constitutionnelle. De plus, nous n'accepterons en aucune manière ces augmentations sans fondement, car nous ne pouvons accepter que le destin de la Roumanie soit mis entre parenthèses par des personnes irresponsables qui se moquent de la Roumanie. Nous utiliserons tous les leviers constitutionnels et juridiques dont nous disposons pour empêcher l'entrée en vigueur de cette aberration économique et pour permettre à la Roumanie de poursuivre son cours naturel, le cours normal, vers le développement économique, par des investissements, en augmentant la compétitivité de l'économie roumaine, en augmentant l'attractivité de la Roumanie pour les investissements privés, en développant et en modernisant la Roumanie.


Journaliste: Il circule toujours dans l'espace public que vous allez déclarer l'état d'urgence après les élections. Qu`en dites-vous ? Et si vous allez le déclarer, dans quelles conditions?

 

Ludovic Orban: C'est la vingtième fois que cette question m'est posée sans aucune intention, de personne, ni du gouvernement, ni du Comité national des situations d'urgence, ni de la présidence, ni des spécialistes, c'est simplement un thème de campagne inventé par le PSD qui ne repose sur rien de l'activité du Gouvernement. Nous n'avons aucune raison, au contraire, notre objectif constant était de revenir à la normale, d'assurer le respect des règles de protection de la santé pour que, petit à petit, nos vies reviennent à la  normalité, que l'économie fonctionne normalement, pour pouvoir récupérer tous les domaines d'activité. . Notre intention est contraire à votre question, notre intention est d'assurer la normalité, de revenir progressivement à tout ce qui constitue une vie économique, sociale, culturelle, éducative normale. C'est pourquoi, par exemple, nous avons décidé de commencer l'école comme nous l'avons commencé, bien qu'il y ait eu beaucoup de voix disant: "Reportez la scolarité après les élections pour ne pas avoir de problèmes." Nous accordons la priorité aux intérêts des enfants, au droit à l’éducation des enfants et non aux autres intérêts collatéraux cachés. Les enfants ont besoin de l'école, les enfants doivent retourner à l'école, le processus d'apprentissage est un processus continu, dans lequel si l`on accumule des lacunes dans une période, on risque de ne pas pouvoir faire face au processus d'apprentissage à une étape ultérieure. Et c'est pourquoi nous avons décidé de commencer les écoles comme elles ont commencé. Toutes les décisions que nous avons prises ont été fondées sur des arguments, des fondements scientifiques, des analyses, des études d'impact, des prévisions, car nous ne prenons pas de décisions pour impressionner un groupe ou un autre social, mais les décisions que nous prenons, nous les prenons pour atteindre certains objectifs fondamentaux de la Roumanie.

Journaliste: Trouvez-vous drôle ou disqualifiant pour un candidat d'utiliser le surnom de panarama pour une femme?


Ludovic Orban: Il n'a pas parlé de Mme Firea. Je comprends que Mme Firea veut être une victime. Ce sujet est un non-sujet. Le seul sujet clair et précis est qu'en quatre ans, le maire du PSD n'a résolu aucun problème de Bucarest, a aggravé tous les problèmes fondamentaux de Bucarest et n'a rien fait de plus. Même le passage de Ciurel est une inauguration ridicule d'un projet que le maire général n'a même pas compris, un passage qui mène de nulle part à nulle part.


Journaliste: Si vous me le permettez, vous avez dit que vous attaqueriez à la Cour Constitutionnelle ce qui s'est passé aujourd'hui. Que ferez-vous dans la situation où les gens de la CCR diront que ce qui a été voté au Parlement est constitutionnel?


Ludovic Orban: Nous rédigerons avec le plus grand sérieux, en identifiant tous les motifs d'inconstitutionnalité, afin que notre saisine de la Cour Constitutionnelle ait tous les éléments pour conduire la Cour constitutionnelle à une décision conforme à la Constitution et conforme aux intérêts fondamentaux de la Roumanie.


Journaliste: Et une dernière question si vous me le permettez. Les gens de l'UDMR ont voté aujourd'hui au Parlement, avec le PSD, ce que vous allez attaquer à la Cour constitutionnelle, et ceux de l'UDMR ont dit qu'ils voulaient entrer au gouvernement avec le PNL après les élections, comment voyez-vous cela?


Ludovic Orban: Il est dommage qu'après avoir été d`accord avec nous à la Commission Budget-Finances et n`ont pas participé à cette décision, ils aient changé de position et ont en quelque sorte contribué à cette décision du PSD. Quant à nous, le Parti National Libéral, nous souhaitons gagner les élections avec le score le plus élevé possible, de sorte qu'aucune très grande alliance ne soit nécessaire pour entraver la gouvernance de la Roumanie. La Roumanie a besoin dans les années à venir, pas seulement quatre ans, mais les 8 à 10 prochaines années, elle a besoin d'une gouvernance stable et cohérente, qui agisse clairement, précisément, pour un développement rapide de la Roumanie, pour une augmentation des revenus de la population, pour une réelle modernisation de la Roumanie, pour une augmentation de la rapidité de réalisation de tous les projets dans la société et dans l'économie.


Journaliste: Monsieur le Premier ministre, M. Tataru a dit un peu plus tôt que nous ne sommes pas encore dans la vague 2, nous sommes dans la deuxième partie de la vague 1.

 

Ludovic Orban: Je ne m`y connais pas aux vagues. Que l'on soit en vague 1, que l'on soit en vague 2, la seule forme de protection qui fonctionne, peu importe où l'on se trouve, est de respecter les mesures de protection sanitaire: porter un masque, hygiène, lavage des mains, désinfection, garder les distances, éviter, disons, épanchements émotionnels, relations étroites. Vous voyez, l'OMS a recommandé la salutation suivante.


Journaliste: Si le nombre d'infections augmente, de quoi avons-nous exactement besoin dans les hôpitaux en ce moment?

 

Ludovic Orban: Le PSD nous a laissé les mains vides face à la pandémie, mais nous avons continuellement préparé le système de santé publique, nous avons constamment augmenté la capacité de test, nous avons dépassé les 30.000 capacités de test, nous avons fourni tout le matériel, les équipements de protection , tout le nécessaire pour lutter contre cette pandémie aux effets dévastateurs dans le monde, nous avons réussi à la maîtriser, même après la décision de la Cour constitutionnelle, qui a conduit à une augmentation du nombre moyen de cas, de 370 cas par jour à plus 1 200 cas, nous avons arrêté sa croissance  il y a même une légère tendance à la baisse et je pense qu'à mesure que le nombre de personnes qui respectent les règles augmente, les chances de se débarrasser de l'épidémie plus rapidement sont plus élevées.


Journaliste: M. le Premier ministre, je demande: ne pensez-vous pas qu'il faille une campagne de lutte contre la panique qui a couvert une grande partie de la population ... Regardez, il y a des élèves qui ne vont pas à l'école, il y aura probablement des électeurs qui vont abandonner le vote.


Ludovic Orban: Nous avons donc pris toutes les mesures pour réduire à presque zéro les risques à la fois de l'exercice effectif du droit de vote et des risques de retour à l'école. Et je répète ce que j'ai dit à chaque occasion ...


Journaliste: Il y a panique dans la population, que vous avez inoculée ... avec la presse désintéressée.


Ludovic Orban: Les enfants sont plus en sécurité à l'école, car ils sont sous la surveillance des enseignants, ils gardent leurs distances, ils portent un masque et le risque de tomber malade à l'école est minime. Concernant le risque de maladie pendant le processus électoral, nous avons mis en place toutes les mesures pour que les gens puissent voter en toute sécurité. Et le respect des mesures que nous avons imposées conduira à un vote sûr, ce qui réduira le risque de maladie à presque zéro.


Journaliste: Savez-vous combien il y a de sous-préfets à Cluj?


Ludovic Orban: Deux sous-préfets.


Journaliste: Il y en a trois.


Ludovic Orban: Deux sous-préfets et c'est une décision ... si vous me posez une question, je vais y répondre. Il y a deux sous-préfets et il y a une décision de justice qui a été envoyée au Ministère de l'Intérieur, par laquelle un sous-préfet qui a été démis de ses fonctions a gagné devant le tribunal et le Ministère de l'Intérieur doit prendre une décision suite à la décision du tribunal.


Journaliste: Y a-t-il des mesures spécifiques en place pour mettre en quarantaine ou restreindre certaines villes ou zones? Dans un contexte où le nombre de cas est encore supérieur à 1000 et ce sont des zones de prédilection ...


Ludovic Orban: Nous avons pris ces mesures et nous continuerons à prendre ces mesures là où il est évident que nous avons affaire à une propagation dans la communauté, je le répète, une propagation dans la communauté. Dans l'évaluation, nous devons faire la différence entre les cas qui sont des flambées, qui peuvent être des centres pour personnes âgées, des centres pour personnes handicapées, même certaines compagnies ou entreprises dans lesquelles il y a eu des malades localement et contre la propagation dans la communauté, où cela  sera nécessaire nous prenons les mesures que nous avons prises, nous avons mis en quarantaine après l'adoption de la loi près de 20 localités.


Reporter: Félicitations pour faire l`Autoroute  Transylvania, nous attendons depuis 2004, mais nous attendons toujours quelque chose à Cluj, la Philharmonie. M. Boc dit seulement qu'il le fait. Vous pouvez peut-être  lui rappeler cet objectif si vous dirigez le gouvernement.


Ludovic Orban: Le maire peut vous répondre ici.


Journaliste: Il nous le promettra à nouveau.


Ludovic Orban: Je m'excuse, dernière question, nous devons retourner à Bucarest.


Journaliste: M. le Premier ministre, les paiements ont-ils commencé aux parents des enfants dont les écoles sont dans le rouge?


Ludovic Orban: Le Ministère du Travail est prêt à répondre à toute demande. Nous avons spécialement adopté l'ordonnance d'urgence qui permet à un parent de pouvoir rester à la maison avec l'enfant en cas de scénario rouge ou en cas de suspension des cours à l'école ou dans la classe respective. Et nous sommes prêts, comme nous avons payé pendant toute la période de suspension des cours et d'organisation des cours en ligne, l'allocation de 75% pour qu'un parent reste à la maison avec l'élève, nous sommes également préparés désormais.


Journaliste: Merci beaucoup.

 

Journaliste: Le projet de loi…, pensez-vous que la Chambre des députés clarifiera cette question?


Ludovic Orban: Eh bien, je ne vois aucune raison de changer la loi une fois de plus, c'est en fait un règlement qui a fonctionné et pour lequel il n'y a aucune raison de la changer.


Journaliste: Quand ouvrez-vous les piscines couvertes, Monsieur le Premier ministre?


Ludovic Orban: Vous aviez encore une question.


Journaliste: Oui, j'ai une question.


Ludovic Orban: Une et deux, et c'est tout.

Pourquoi lisez-vous la question? Quelqu'un dans la salle de rédaction vous a-t-il envoyé?


Journaliste: Oui, bien sûr. Dans le rapport Roumanie - Zone euro MONITOR pour septembre, la BNR propose d'augmenter la base d'imposition afin qu'il n'y ait pas besoin d'augmenter les impôts et les droits. Comment ferez-vous cela? Et si vous supprimiez l'impôt sur le revenu ou les facilités pour le secteur de la construction pour les professionnels de l'informatique?


Ludovic Orban: Comme nous l'avons promis depuis notre entrée en fonction, nous n'avons augmenté aucun impôt ni taxe.. De plus, nous avons tenu parole sur tous les engagements. Par exemple, nous avons éliminé la surcharge sur le carburant, c'est pourquoi le prix à la pompe, du diesel et de l'essence a baissé. En ce qui concerne le gaz, nous avons libéralisé le marché du gaz et le résultat a été une baisse des prix du gaz, en particulier pour les consommateurs industriels, ce qui est extrêmement important pour accroître la compétitivité de l'économie roumaine. Nous ne voulons pas augmenter les taxes ni les impôts. En tant que tel, notre pilier de développement est une croissance économique saine et fondée sur l'investissement. Hier, par exemple, à la suite des efforts déployés par la Bourse de Bucarest, mais aussi des efforts déployés par le Gouvernement roumain, malgré une loi absurde qui empêche la cotation à la Bourse de toute entreprise publique et la vente de tout actif pendant une période de deux ans,  imposée par la majorité PSD, la Roumanie a acquis le statut de marché émergent, ce qui signifie une augmentation de l'attractivité de la Roumanie pour les investisseurs, ce qui signifie des chances supplémentaires pour chaque entreprise cotée en bourse de bénéficier de financements autres que le système financier - la banque, c'est beaucoup d'avantages pour la Roumanie. Je suis désolé qu'après un pas en avant dû aux gens qui croient en l'économie de marché, aux gens qui veulent vraiment le développement de la Roumanie, la Roumanie finisse par prendre du recul à cause du même PSD qui se comporte comme un ennemi de la Roumanie et qui peut être accusé de crime économique. Dernière question.


Journaliste: Je veux vous interroger sur le gaz naturel. Il y a trois mois, le ministre Popescu a déclaré à propos des ménages que les grands fournisseurs de gaz naturel avaient un comportement captif envers les consommateurs et a promis une intervention du gouvernement, motivant le fait que les fournisseurs achètent… mètre cube et le vendent 140-150 lei par mètre cube. Il a promis une intervention contre les réglementations gouvernementales. L'hiver approche et je veux vous demander, d'après la déclaration de M. Popescu, que de… une action ferme du gouvernement…


Ludovic Orban: En ce qui concerne le consommateur domestique, notre objectif est d'adopter une législation pour protéger le consommateur vulnérable. C'est à cela que parlait M. Popescu. Sinon, une véritable libéralisation du marché, y compris la libéralisation de l'offre, plus il y aura d'entreprises qui fournissent du gaz naturel, de l'électricité ou d'autres catégories de services, plus le prix sera bas en raison de la concurrence, pour atteindre un niveau le plus proche possible du prix de vente au fabricant. Il n'y a aucune tentative d'intervention administrative qui ne prennne pas en compte la légitimité fondamentale de l'économie risque de se retourner contre les citoyens, comme cela s'est produit et était très clair avec l'ordonnance 114, qui a effectivement porté un coup dur à l'économie roumaine et en fin du compte, au consommateur domestique. Je vous remercie! Bonne santé, seulement du  bien !



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire

  • Galerie de photos

    Galerie de photos

    Des photos des événements et des activités auxquels participe le Premier ministre, et des activités déroulées au palais Victoria

    Lire la suite
  • Communiqués

    Communiqués

    Les communiqués de presse les plus récents sur le travail du Premier ministre et du Conseil des ministres du gouvernement.

    Lire la suite
  • Gouvernance

    Gouvernance

    La situation politique difficile à laquelle Roumanie est confrontée aujourd'hui nécessite la promotion d'un programme gouvernemental doté d'objectifs à court terme qui préparera les réformes nécessaires pour moderniser la Roumanie dans un esprit européen.

    Lire la suite
  • Conseil de Ministres

    Conseil de Ministres

    Le Premier ministre conduit le Gouvernement et coordonne l`activité de ses membres dans le respect des leur attributions

    Lire la suite