Nouvelles fraîches

Jeudi, 12 Mai 2022

Conférence de presse du Premier ministre Nicolae-Ionel Ciucă après la visite de travail dans le département d'Alba

Nicolae-Ionel Ciucă : Bonjour ! Le Christ est ressuscité! Permettez-moi de commencer cette conférence de presse pour souhaiter "Joyeux anniversaire !" à toutes les infirmières travaillant dans le système médical. C'est leur anniversaire et je tiens à les remercier en mon propre nom, au nom du Gouvernement, pour tout leur travail, pour leur dévouement et leur sacrifice durant la crise pandémique, et je leur souhaite également une bonne continuation.

Aujourd'hui, avec le ministre Bode, avec l'équipe gouvernementale, avec le président Dumitrel, avec les représentants des autorités locales du département d'Alba, j'ai effectué une visite de travail dans le département. J'ai eu l'occasion de visiter la compagnie Transavia. J'ai également eu l'occasion de visiter les investissements de Mercedes à Sebeș et j'ai également eu l'occasion de voir comment l'Inspectorat départemental d`enseignement Alba est concernée par le développement de l'enseignement en alternance et j'ai également eu une rencontre avec l`Archevêque Irineu.

Ici, nous sommes maintenant au siège de la préfecture du département d'Alba. Ce que je veux souligner, c'est que dans le département d'Alba, les autorités locales, dirigées par un président libéral, ainsi qu'une majorité de maires libéraux, ont montré que n'importe quel objectif peut être atteint s'il existe une administration basée sur investissements et une administration qui vise à créer un environnement propice au développement économique, au développement des affaires dans le département. Pratiquement,  ce que j'ai vu aujourd'hui, dans le département d'Alba, j'ai pu le voir dans le département de Bihor, il y a quelques semaines. Ce sont deux départements qui, de mon point de vue, peuvent être considérés comme un modèle en termes de gestion tant au niveau local qu'en termes de coordination avec l'administration centrale, avec le Gouvernement, afin d'atteindre les objectifs et les engagements que les élus ont fait aux citoyens.

J'ai pu voir une entreprise roumaine, avec un capital 100% roumain, qui est le plus grand producteur de viande de Roumanie, qui a réussi à à moderniser la technologie dans un ensemble intégrant toute la production de viande de volaille et aussi j'ai pu découvrir tout ce que nous pouvons et devons faire au niveau du Gouvernement pour que nous puissions continuer à soutenir le milieu des affaires afin qu'il puisse offrir, continuer à maintenir et offrir plus d'emplois et mieux rémunérés. Aussi, à Sebeș j'ai pu voir ce que signifie une entreprise moderne, une entreprise dont l'objectif premier était de maintenir et de développer la compétitivité dans le domaine. Cela se fait par des investissements - certes, des investissements de la compagnie Mercedes, mais aussi par des aides d'État qui ont contribué à la réalisation et à la réalisation des objectifs assumés, ce qui est un motif de joie et de fierté, tant pour les autorités locales que pour nous. Nous avons également pu constater l'intérêt qu'il y a au niveau départemental, compte tenu de ce besoin de main-d'œuvre, à quel point il y a le souci du développement de l'enseignement professionnel dual. J'ai pu parler aux instructeurs, j'ai pu parler à la direction des établissements d'enseignement en alternance respectifs. J'ai pu parler aux élèves et voir les réalisations qu'ils ont faites jusqu'à présent. Il est très clair que nous avons encore besoin de ce dialogue et de cette connaissance permanente de la réalité, afin de pouvoir adapter l'ensemble des mesures aux réalités des collectivités locales, aux besoins des citoyens et, à travers le cadre que nous pouvons créer au niveau au niveau du gouvernement, en collaboration avec le Parlement, pour assurer une perspective crédible capable de donner aux gens l'assurance que nous nous soucions de tout ce que la situation particulièrement complexe, particulièrement difficile que nous avons traversée  nous continuons à traverser.  Je vais souligner à nouveau la crise pandémique, puis la crise de la hausse des prix de l'énergie et du gaz, la crise sécuritaire provoquée par l'invasion des forces russes en Ukraine, invasion illégale, invasion non provoquée, invasion qui, de notre point de vue, est celle qui est actuellement à la base de tous les effets que nous subissons actuellement, y compris sur l'inflation. Nous avons également pris note des besoins des autorités locales et nous sommes en mesure de poursuivre ce dialogue afin que les décisions que nous prenons au niveau gouvernemental puissent assurer les solutions nécessaires et les moyens par lesquels les autorités locales sont en mesure de gérer la situation en tant que telle, mais aussi être capable d'avoir un regard sur le développement local. Encore une fois c`est un 'exemple d'une administration qui pour nous, le Parti National Libéral, est une source de fierté, un modèle que nous voulons développer et que nous voulons partager partout au pays, pour que dans d'autres régions nous voyions la même effervescence, la même implication, la même responsabilité et le même dévouement, afin de pouvoir tenir les engagements que le président Dumitrel avec son équipe, avec les maires du Parti national libéral, ont pris lorsqu'ils ont demandé le vote des citoyens . Merci! Journaliste : /.../

Nicolae-Ionel Ciucă : J'ai parlé et j'ai vu aujourd'hui, j'espère ne pas me tromper, l'Ecole Domşa, la première école à développer cette forme d'éducation. Au fond, j'ai compris que c'était une prise de responsabilité alors que le cadre pour le développement de cette forme d'éducation n'était pas encore créé et dans les discussions que nous avons eues à Star Assembly, à l'investissement à Sebeș, je pense que nous devons plus que jamais réglementer cette forme d'éducation et l'encourager, car de ceux avec qui nous avons parlé aujourd'hui, nous avons appris que dans de peu de nombreuses années, 50% des emplois qui seront demandés à ce moment-là, nous n'y avons même pas pensé aujourd'hui .

En tant que tel, je crois que l'éducation duale est une forme d'éducation par laquelle nous fournissons, d'une part, la main-d'œuvre et nous sommes obligés d'avoir cette relation et ce dialogue avec les entrepreneurs locaux, avec l'économie, avec les besoins de l'économie, pour que nous puissions préparer les jeunes à trouver un emploi et ensuite pouvoir développer leur propre carrière,  pourquoi je dis développer ma propre carrière ? - parce que nous avons vu et parlé à des jeunes diplômés d'une école professionnelle, trois ans, ont terminé leurs études secondaires, ont passé le baccalauréat et vont à l'université, vont à l'école polytechnique, vont travailler dans le domaine où ou dans le domaine qu'ils ont choisi et sont passionnés, d'une part. D'autre part, nous avons constaté que les entrepreneurs sont prêts à offrir eux-mêmes la possibilité de développer une éducation en alternance, créant des facilités pour ceux qui choisissent de continuer à apprendre et à améliorer ou même à modifier certains éléments du profil. Au fond, si on regarde bien ce qui se passe aujourd'hui dans l'économie et l'évolution, la dynamique technologique, ça nous pousse à comprendre qu'il y a un besoin constant d'apprendre et de créer ce cadre, à travers lequel les gens, pas seulement les jeunes, parce qu'on a vu des personnes âgées qui sont disponibles pour apprendre quelque chose de nouveau, pour pouvoir se préparer et travailler dans ces domaines où l'évolution technologique est très dynamique. Journaliste : Et j'ai une autre question : quelles mesures sociales allez-vous prendre ? Je comprends que vous avez eu une réunion avec /.../

 Nicolae-Ionel Ciucă : Nous avons eu une réunion et nous avons discuté à la fois de la relation que nous avons au niveau de la Coalition, nous avons eu des discussions et nous continuons à avoir avec la Banque nationale de Roumanie et il s'ensuit que, en fonction des conclusions et des évolutions que nous essayons discerner - hier, le chiffre de l'inflation a été annoncé, nous voyons tous quelle est l'évolution des prix, nous voyons tous que cette crise et cette inflation ne sont pas locales, mais générales, au niveau européen, nous voyons les pays européens consolidés et développés d'un point de vue économique, ils doivent résoudre la même situation que nous tous. Je voudrais souligner une fois de plus que cette hausse des prix, cette inflation, cette crise et cette perturbation des chaînes d'approvisionnement sont le résultat du conflit en Ukraine, de l'invasion illégale de l'Ukraine et il est de notre devoir de chercher des solutions et de nous adapter aux situations avec des mesures concrètes. Nous sommes actuellement membres de l'Union européenne et la solidarité s'est manifestée au sein de l'Union depuis le début du conflit. Nous voyons encore les discussions et les mesures qui sont prises au niveau européen et, bien sûr, celles que nous prenons au niveau national. Je peux vous dire qu'avant d'arriver ici, au siège de la Préfecture, j'ai eu une conversation téléphonique avec le ministre des Investissements et Projets Européens, M. Marcel Boloș, qui est à Bruxelles. Il a discuté de tous les éléments des régimes d'aides d'État et de toutes les mesures que nous avons incluses dans le paquet social et nous avons l'accord pour cela. Alors, ce que nous avons décidé au niveau de la coalition va se concrétiser, à la fois par la contribution, en sécurisant les fonds du budget de l'Etat, mais aussi par les fonds européens. Les discussions préliminaires que nous avons eues sur la situation actuelle nous ont amenés à la conclusion qu'il n'y a qu'une seule solution, à savoir lever le maximum d'argent européen possible et il est  disponible. Il est donc toujours du devoir du Gouvernement d'assurer l'absorption des fonds européens et ce que nous avons précisé et promu à chaque fois, y compris à travers le programme de gouvernance, ce sont les investissements.

Nous avons besoin d'investissements et nous avons pu nous réjouir aujourd'hui, à Alba Iulia, de ce modèle d'investissement, qui a produit des effets. C'est un message d'optimisme pour nous quand on parle à certains investisseurs qui ont atteint un certain niveau et qui réfléchissent encore aux investissements futurs. Il est de notre devoir de soutenir ces investissements et de réfléchir à la manière dont l'État roumain peut encourager et soutenir ces investissements.

En tant que tel, je suis en même temps convaincu que grâce au paquet  "Support pour la Roumanie", comme nous l`avons conçu à ce moment-là, sans avoir les chiffres d'inflation que nous avons reçus hier, il a, encore une fois,  60% des fonds assurés pour les investissements, 40% pour les mesures sociales. Nous devons continuer à être en solidaires, il y a des personnes vulnérables, des citoyens vulnérables qui ont besoin de notre solidarité de tous et on a dé montré à travers l'histoire que lorsque nous avons été unis, lorsque nous avons été en solidarité, nous avons pu surpasser  bien toute situation de crise. Et je pense que l'Europe et nous avons appris de la crise économique précédente que ce n`est pas par des mesures d`austérité que nous pouvons pas traverserla crise, mais par des mesures pour assurer le financement, assurer l'argent nécessaire et effectuer les investissements comme nous l'avons fait.

Journaliste: M. Premier ministre, aujourd'hui, la dernière sentence finale a été prononcée, dans le dossier Collectif. Comment commentez-vous cela? Comment considérez-vous que les autorités roumaines ont travaillé dans ce dossier et que pouvez-vous dire du fait que la Roumanie, sept ans après la tragédie du Collectif, n'a toujours pas un grand hôpital pour les brulés? Tous les cas graves, comme vous le savez, sont à l'étranger.

Nicolae-Ionel Ciucă: La décision a été prise aujourd'hui par la Cour et c`est une décision qui doit être respectée, exécutée et non discutée. Le fait qu'aujourd'hui nous n'avons pas un hôpital de grands brulés , fait partie pratiquement de la liste de non réalisations  de réalisations que notre pays a, non seulement l'hôpital de grandes brûlés, mais aussi les autres projets que nous pensions devant être réalisés pour le développement du système médical. Il y a deux éléments fondamentaux pour continuer à développer notre pays, assumés par tous, à savoir le développement du système éducatif et le développement du système de santé, afin que nous puissions assurer la santé de nos citoyens. Jusqu'à présent, il est aussi facile de comprendre que possible que nous n'avons pas pris des mesures importantes vers cet objectif de réalisation des hôpitaux. À un moment donné, huit hôpitaux ont été promis, d`il y a  huit ans, de huit sont restés trois, commencés il y a plusieurs années. J`en ai également discuté lors d'une précédente réunion du gouvernement, je pense que la semaine dernière, avec le ministre Rafila, et il est obligatoire, au niveau du Ministère de la Santé, de mettre en place cette Agence nationale pour le développement des infrastructures de santé (AND) et Je pense que, comme nous l'avons assumé, une fois que nous avons réalisé la création de cette agence, il faut commencer la construction des hôpitaux. Le fait que nous n'avons pas d'hôpital pour les brulés, en effet, en ce moment, les cas graves et surtout lorsque nous avons un plus grand nombre de personnes, qui ont souffert ou souffert d'un tel accident, elles sont traitées dans un autre pays. Je ne peux pas promettre de résoudre un hôpital pour les brulés dans un an ou deux.

Reporter: Compte tenu de la déclaration du ministre Dîncu, selon lequel le Ministère de la Défense est prêt à reprendre tous les hôpitaux CFR du Ministère des Transports, que pouvez-vous nous dire sur cette situation, quelles sont les raisons des transferts et les échéances?

Nicolae-Ionel Ciucă:: C'e fut une discussion, en tenant compte de la situation dans laquelle les hôpitaux CFR se trouvent aujourd'hui et l'impossibilité de les maintenir et de les développer, dans le sens d'être dotés d`équipements modernes. Il s'agit simplement d'une discussion, pas actuellement d'un plan ou d'un document qui se matérialisera dans ce transfert.

Reporter: M. le Premier ministre, il a été question de la possibilité de nouveaux investissements dans les montagnes d'Apuseni, qui seraient en particulier liées à la société Cupru Min Abrud. Par exemple, il a été question d'une usine de traitement du minerai. Quels sont les plans pour Cupru Min Abrud à long terme?

Nicolae-Ionel Ciucă: C'est vrai, on en a  discuté. Notre pays possède des ressources minérales importantes. Malheureusement, en ce moment, les ressources sont exportées et nous perdons ce que nous savons tous, et nous en sommes conscients,  le plus grand avantage, la valeur ajoutée, c'est-à-dire notre incapacité à traiter ces ressources ne nous apporte pas pratiquement l'avantage qui pourrait être plus important, par l'existence ou les investissements dans le domaine du traitement des ressources minérales. Cupru  Min est l'un des sujets qui ont été discutés au niveau du gouvernement, c'est un problème dans l'analyse au Ministère de l'Economie et, lorsque l'analyse sera terminée, nous discuterons de ce qui doit être fait.

Reporter: Et si nous parlons d'investissements dans le département d'Alba, qui sont des plans à court terme et immédiats pour les deux usines d'armement de Cugir, en tenant compte des problèmes qui sont apparus il y a environ deux mois, lorsque les travailleurs sont sortis dans la rue, et ici je parle de la  technologie obsolète depuis plus de 70 ans, de salaires misérables et de conditions de travail misérables.

Nicolae-Ionel Ciucă: J'ai discuté de ce sujet. J`y suis allé il y a deux ans et j'ai vu les conditions à Cugir, j'ai vu la façon dont la production est effectuée. Il est vrai que tout est basé sur la technologie ancienne – à Cugir, on n`y a pas  investi. A Cugir, afin de pouvoir produire des armes, des équipements compétitifs, il est obligatoire d'investir dans la technologie. Je leur ai dit aussi aujourd'hui, parce que je les ai vus à ce stand de présentation et je leur ai dit que s'ils voulaient rester opérationnels, ils doivent obligatoirement investir dans la technologie et utiliser la créativité des jeunes qui étaient là et semblaient être très désireux de réaliser leur activité dans le domaine respectif, mais pas sur la technologie actuelle.

Journaliste: Il y a deux ans, vous parliez d'un pourcentage plus élevé du PIB pour la défense, vous avez parlé à propos d'un plan pour 10 ans de dotation de l'armée. Nicolae-ionel Ciuca: Exactement. A ce moment-là, pratiquement, nous étions prêts à être en mesure de signer un contrat avec l'usine de Cugir. Malheureusement, l'usine n'a pas pu signer ce contrat. Nous avons convenu avec la direction de l'usine de revenir dès que possible avec l'offre pour pouvoir acheter des armes pour l'Armée roumaine produite en Roumanie. Ils sont venus, j'ai conclu un contrat pour 1. 000 pistolets qui, malheureusement,  n'ont pas pu être livrés jusqu`à aujourd'hui. En tant que tel, l'usine de Cugir est écrite dans l`ensemble de l'industrie de la défense, qui nécessite des investissements et de nouvelles technologies. Au niveau du Ministère de la Défense nationale, il y a toujours ce plan de 10 ans. Des réunions ont eu lieu, nous avons même eu des discussions avec le ministre de l'Economie et le ministre de la Défense, ils ont eu des réunions au niveau des ministères, des réunions entre spécialistes, entre les planificateurs. Il y a toujours ce plan et il est en cours. Malheureusement, il n'y a eu aucun changement dans ce que signifie la modernisation de la technologie de l'industrie des armes en Roumanie. Pas partout. Il existe des entreprises où, en effet, une certaine évolution a été réalisée en termes de nouvelles technologies et, bien sûr, la qualité de l'équipement est différente, ce qui garantit sa compétitivité.

Journaliste: Bonjour! À un moment donné, même le président du Conseil du département a soumis une mémoire demandant "un redémarrage de l'industrie de la défense". /.../

Nicolae-Ionel Ciucă: Sachez qu'il est en cours en ce moment. J'ai demandé au ministre de l'économie que, dans l'industrie de la défense, l`embauche pour la gestion de chaque entreprise soit faite par le biais de la concurrence, sans nominations politiques. C`est en cours.

Journaliste: Vous parlez de nominations politiques, mais nous voyons que ces derniers temps, le nombre d'employés a augmenté dans les sociétés d'État et il y a des personnes qui n'ont aucun lien avec le domaine où sont embauchés.

 Nicolae-Ionel Ciucă: C'est pourquoi nous voulons promouvoir l`embauche  selon les dispositions de la loi 109 et les compétitions sont organisées. Les compétitions ne peuvent pas être organisées du jour au lendemain et dans les entreprises respectives, à partir des discussions que nous avons eues avec les ministres de la ligne, la direction et la gestion doivent être assurées, jusqu'à ce qu'on passe à cette procédure.

Journaliste: Il y a des gens en Roumanie qui ont déjà rayé de la liste de courses  la viande, se permettent de mettre de la viande sur la table uniquement pour les vacances, l'inflation a atteint un niveau énorme. Que feriez-vous de la liste des aliments, si vous aviez le salaire minimum ou la pension minimale pour vivre en Roumanie et pas seulement survivre? Nicolae-ionel Ciucă: Chacun de nous et moi comme n'importe quel autre citoyen que je m'adapterais à la situation concrète et m'adapte à la situation concrète, quelle que soit la situation.

Journaliste: Il y a des aliments de base, de l'huile, des pommes de terre ou du pain /.../ Nicolae Ciucă:: Je sais très bien, ils ont augmenté, je sais et comment ils sont devenus plus chers, e suis allé dans le magasin, j'ai aussi parlé aux gens. Pour le moment, ce que nous pourrions faire, c'est fournir ces tickets pour les citoyens vulnérables. Plus de 3 millions de citoyens bénéficieront de ces tickets tous les deux mois. C'est pourquoi nous parlions de solidarité et de la nécessité pour chacun de nous de prouver cette compréhension, cette unité et la solidarité et nous pouvons assurer l'aide minimale vulnérable, afin que nous puissions surmonter cette situation ensemble.

Journaliste: Allez-vous reprendre des discussions sur le gel des prix?

Nicolae-ionel Ciuca: C'est une décision que nous devons discuter avec les spécialistes du domaine. Je disais juste que j'étais convaincu que les mesures d'austérité n'étaient pas les plus adaptées à la crise précédente. À l'heure actuelle, nous devons adapter l'ensemble des mesures sur la disponibilité du budget de la Roumanie et chacune de ces solutions que nous pouvons prendre figure actuellement sur le tableau du gouvernement, et des autres institutions d'État, afin de pouvoir être en mesure de pouvoir identifier le meilleur chemin, afin de gérer la situation que nous traversons. Journaliste: À la pompe, pour les gens ordinaires, que fait le Gouvernement? Allez-vous trouver un rabais pour les conducteurs ordinaires?

Nicolae-ionel Ciuca: Permettez-moi de prendre une décision et nous la communiquerons alors.

Journaliste: Les pensions peuvent-elles une fois de plus être majorées cette année, pour que les gens puissent faire face aux augmentations?

Nicolae-Ionel Ciucă: Lorsque nous prenons les décisions, nous annoncerons.

Journaliste: Et j'ai également une autre question, si possible. Les gens sont submergés par des versements, se plaignent de recevoir des notifications de la banque et voient combien les taux augmentent. Que fait le Gouvernement et si vous pensez donner à nouveau l'occasion aux gens de pouvoir reporter leurs mensualités?

 Nicolae-Ionel Ciucă: J'ai eu une telle discussion avec le gouverneur de la Banque nationale, c'est en analyse. En fait, une telle décision a été en analyse. Nous analyserons et communiquerons la décision avec les autres membres de la coalition. Merci! Reporter: M. Premier ministre, une autre question. MAPN a en administration /.../ Plus d'espaces, y compris une unité militaire. Quels sont les plans pour les espaces respectifs et s'il y a des discussions à transférer à la mairie?

 Nicolae-ionel Ciuca: Je ne sais pas quelle est la situation concrète au Ministère de la Défense nationale. Je sais, en revanche, qu'au niveau du gouvernement, il y a au Ministère du Développement un plan de coordination avec les autres ministères concernant la décentralisation et l'assurance du transfert aux autorités locales des actifs qui ne sont plus gérables, actuellement, sont dans la présente comparaison et peuvent être utilisés par les autorités locales dans différentes opportunités.

Journaliste: Monsieur le Premier ministre,  vous avez dit que cette augmentation des prix est générée par la guerre de l'Ukraine. La même chose pour l'augmentation de l'inflation. N'y a-t-il pas d'autres raisons? Nicolae-Ionel Ciucă: Donc, les raisons de l'inflation dans les discussions que nous avons eues sont l'augmentation du prix de l'énergie, l'augmentation du prix du gaz, l'augmentation du prix de la nourriture, l'interruption des chaînes d'approvisionnement et bien sûr, la principale cause qui est, la guerre en Ukraine. Merci!

 

 

 

 



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire

  • Galerie de photos

    Galerie de photos

    Des photos des événements et des activités auxquels participe le Premier ministre, et des activités déroulées au palais Victoria

    Lire la suite
  • Communiqués

    Communiqués

    Les communiqués de presse les plus récents sur le travail du Premier ministre et du Conseil des ministres du gouvernement.

    Lire la suite
  • Gouvernance

    Gouvernance

    La situation politique difficile à laquelle Roumanie est confrontée aujourd'hui nécessite la promotion d'un programme gouvernemental doté d'objectifs à court terme qui préparera les réformes nécessaires pour moderniser la Roumanie dans un esprit européen.

    Lire la suite
  • Conseil de Ministres

    Conseil de Ministres

    Le Premier ministre conduit le Gouvernement et coordonne l`activité de ses membres dans le respect des leur attributions

    Lire la suite