Nouvelles fraîches

Mardi, 02 Mars

Conférence de presse du président du Comité national de coordination des activités de vaccination contre le SARS-CoV-2 (CNCAV), Valeriu Gheorghiță, et du secrétaire d'État au Ministère de la Santé et vice-président de la CNCAV, Andrei Baciu

Valeriu Gheorghiţă: Bonjour! Merci beaucoup pour votre participation à une conférence du Comité directeur national sur la vaccination COVID-19. Permettez-moi de souhaiter à toutes les dames et demoiselles un beau printemps, d`être en bonne santé et l`accomplissement de tout ce que vous voulez, dans la prochaine période.

 Nous passerons en revue quelques actualités liées à l'organisation de la campagne de vaccination. Tout d'abord, je détaillerai quelques aspects sur la liste d'attente. Comme je l'ai dit, cette liste d'attente sera disponible sur la plateforme de programmation à partir du 15 mars. En quoi consistera cette liste d'attente? Pratiquement, la façon dont les gens s'inscrivent sur la plate-forme reste similaire à la programmation qui a eu lieu jusqu'à présent. Chaque personne, lorssqu`elle y entre et  crée un compte, choisira l'option à se programmer dans cette liste d'attente en choisissant un centre de vaccination. Pratiquement tous les centres de vaccination auront une liste d'attente. Cette personne, de la même manière, en sélectionnant la catégorie à laquelle elle appartient, sera placée sur cette liste d'attente. Lorsqu'il y a des places disponibles dans ce centre de vaccination, la personne sera notifiée respectivement par SMS et e-mail et aura cette place disponible pendant 24 heures, période pendant laquelle elle confirmera sa présentation. La prochaine étape de cette notification est très simple: elle ne fera que sauver et confirmer qu`elle veut vraiment le arriver dans ce centre de vaccination. À ce titre, il faut comprendre qu'après le 15 mars, les centres de vaccination ne pourront être consultés qu'à partir de la liste d'attente. Ils atteindront l'interface des personnes qui sont répertoriées et ne sont plus visibles par d`autres personnes qui entrent et voudront trouver une place libre. Pourquoi? Parce que la plateforme est conçue pour avertir, tout d'abord, les personnes qui sont sur la liste d'attente, c'est pourquoi nous nous attendons à ce que ces places soient occupées surtout à partir de la liste d'attente. De ce point de vue, après le 15 mars, nous voulons et allons évidemment encourager la programmation par le biais de cette liste d'attente.

 

Une deuxième chose importante que je voudrais mentionner est l'équilibre du personnel éducatif qui a été vacciné, à la fois depuis le début de la deuxième étape de la campagne de vaccination, qu` entre le 24 février et le 1er mars, lorsque cette activité de vaccination spécifique avec une priorité pour le personnel éducatif a commencé.

Entre le 24 février et le 1er mars, plus de 26.625 personnes ont été vaccinées parmi le personnel enseignant, et depuis le début de la deuxième étape de vaccination, un total de plus de 80.000 personnes ont été vaccinées dans le système éducatif, cumulant les deux tant des personnes dans le pré- universitaire, que des personnes du système universitaire. Je voudrais également mentionner l’ouverture de nouveaux cabinets et centres de vaccination. Comme nous le savons, au 1er mars, 130 autres cabinets de vaccination ont été activés. A partir de la seconde quinzaine de mars, nous mettrons en place une cinquantaine de nouveaux cabinets de vaccination dans lesquels nous distribuerons le vaccin de la société Moderna.

Nous maintenons également le même objectif de démarrer la troisième étape de la campagne de vaccination adressée à la population générale en avril et pratiquement, à partir du 15 mars, cette possibilité de programmation sera disponible sur la liste d'attente des personnes dans la troisième étape qui, évidemment, veulent se faire vacciner. Voilà donc les nouveaux éléments que nous allons mettre en œuvre dans la prochaine période. Cette liste d'attente facilitera grandement le processus de programmation proprement dit et, de plus, permettra, d'une part, une gestion beaucoup plus efficace du nombre de personnes programmées par rapport aux doses disponibles, car les personnes seront toujours notifiées en fonction du nombre de doses de vaccin qui seront disponibles et alors nous ne nous retrouverions pas dans la situation hypothétique où nous devrions, en raison de doses insuffisantes, à avoir des retards. Je passerais, avec votre permission, à faire le point sur l'activité de la campagne de vaccination. Au total, le 1er mars, environ 2.300.000 doses ont été reçues et plus de 1.500.000 doses de vaccin COVID-19 ont été administrées. Cela représente plus de 66% des doses utilisées. Le stock disponible le 1er mars est d'environ 613.000 doses dans les centres de stockage régionaux, et plus de 1.700000 doses sont distribuées aux centres de vaccination. Je mentionne: les doses reçues de la société BioNTech-Pfizer, jusqu'au 1er mars - plus de 1.700.00 doses, dont plus de 1.347.000 doses ont été administrées, soit un pourcentage d'utilisation de plus de 78%; le stock existant, à l'heure actuelle, est de 268.000 doses au niveau des centres régionaux de stockage. Plus de 1.450.000 doses ont été distribuées. De la société Moderna, les doses totales reçues, jusqu`au 1er mars, 157.200 doses, 77.812 doses ont été administrées, avec un taux d'utilisation de 50%, par rapport au stock actuel, le stock existant, le 1er mars, étant de 77.130 doses. 80.070 doses ont été distribuées.

De la société AstraZeneca, un total de 486.000 doses ont été reçues le 1er mars, 139.890 doses ont été administrées, soit un pourcentage d'environ 29% des doses utilisées et le stock actuel est de 268.400 doses.

Concernant les doses perdues, on parle d'un pourcentage de 0,21% des doses totales utilisées, en valeur absolue étant de 3.320 doses.

Le 1er mars, il y avait 435 centres de vaccination actifs, cumulant environ 634 flux, ces centres comprenant aussi ceux du réseau du Ministère de la Défense Nationale et du Ministère des Affaires Intérieures.

Parmi ces centres, pour Pfizer et, respectivement, Moderna nous avons 315 centres, cumulant respectivement 445 flux, pour la société AstraZeneca, il y a 120 centres, cumulant 189 flux, soit des cabinets de vaccination.

Le bilan des vaccinations: le 1er mars, à 18 heures, .781 personnes au total ont été vaccinées depuis le début de la campagne de vaccination, le 27 décembre, dont 618.241 sont vaccinées avec les deux doses. Selon le type de vaccin utilisé, 729.100 personnes ont été vaccinées avec le vaccin de Pfizer-BioNTech, dont 618.240 personnes ont été vaccinées avec deux doses.

Selon le type de vaccin utilisé, 729.100 personnes ont été vaccinées avec le vaccin de Pfizer-BioNTech, dont 618.240 personnes ont été vaccinées avec deux doses. 77.811 doses ont été utilisées pour Moderna. Je rappelle que la campagne de vaccination qui a utilisé comme vaccin de la société Moderna a commencé le 4 février, et à partir du 15 février  a commencé la vaccination avec le vaccin de la société AstraZeneca et ont été vaccinées, au total, à ce jour, 139.869 personnes. Je vous rappelle, le 4 mars, lors du rappel, l'administration de la deuxième dose de vaccin de la société Moderna.

Effets adverses. Au niveau national, le1er mars, 5.458 effets adverses post-vaccinaux indésirables ont été signalés, avec un taux d'incidence de 3,5 réactions adverses pour mille doses administrées. Entre le 22 et le 28 février, 1.095 effets adverses au total ont été signalés, dont 91% sur la plateforme de l'Agence nationale du médicament et des dispositifs médicaux, le reste étant signalé à l'Institut national de la santé publique. L'âge moyen de ceux qui ont signalé ces effets secondaires a été de 39 ans. On a donc plutôt une tendance vers les jeunes, dont 64% sont des femmes. Selon la gravité des manifestations de ces effets secondaires, comme nous le savons, un seul cas de réaction sévère, un choc anaphylactique, a été signalé le 21 février, mentionné la semaine précédente, et les autres sont des réactions classées comme courantes et mineurs, respectant le même pourcentage qu'une manifestation clinique, respectivement, 54%, nous parlons de douleur à la place d'administration, de gonflement, d'éruption cutanée à la place d'administration du vaccin, de fatigue, de fièvre et de frissons. Des douleurs musculaires ou articulaires ont été rapportées dans 36% de ces effets adverses. Dans 35% des cas, maux de tête. Dans 13% des cas, réactions digestives, réactions gastro-intestinales. La vaccination des personnes en deuxième étape, à partir du 15 janvier - en fonction des catégories de personnes vaccinées au total, je peux vous dire qu'environ 75% des personnes vaccinées en deuxième étape, respectivement 683.000 personnes vaccinées avec la première dose et la deuxième dose sont des personnes vulnérables. Ainsi, 75% des 684.000 personnes sont des personnes vulnérables. Selon la catégorie de risque, on parle de personnes atteintes de maladies chroniques, environ 161.000 personnes, de plus de 65 ans - environ 236.000 personnes; les personnes des centres résidentiels et sociaux – 28.796 personnes, soit environ 72% du nombre estimé de personnes hospitalisées dans les centres sociaux et résidentiels; les personnes non déplacables, qui ont été vaccinées à domicile par des équipes mobiles - 4 434 personnes, soit environ 18% des 25.000 personnes estimées se trouver dans cette situation; les sans-abri - 414 personnes également vaccinés par des équipes mobiles, ce qui représente environ 31% des personnes enregistrées.

En ce qui concerne les personnes qui font des activités essentielles, environ 25% sont vaccinées dès le début de la deuxième étape de la campagne de vaccination, sur le total des personnes vaccinées, en valeur absolue parlant d'environ 174.000 personnes. Rappelons qu'environ 40% sont des personnes enregistrées et atteintes de maladies chroniques, dont environ 80.000 sont du personnel éducatif. Le personnel du réseau du Ministère de la Défense Nationale vacciné depuis le début de la campagne de vaccination - environ 28.220 personnes représentant 2,98% du nombre total de personnes vaccinées; le personnel du Ministère des Affaires Intérieures - environ 23.567 personnes, soit 2,4% du nombre total de personnes vaccinées. Concernant la programmation des personnes, pour le moment, dans la plateforme de programmation: ont été programmées au total environ ... pour le vaccin Pfizer et respectivement Moderna dans les centres de vaccination respectifs sont programmées au total et occupent plus d'un million de places, dont pour la première dose – 423.417 personnes, pour la deuxième dose – 611.745 personnes; pour le vaccin produit par la société AstraZeneca, 317. 020 places sont occupées au total, la dose unique étant représentée par 85.020 personnes et pour le rappel, 232.000 personnes supplémentaires.

Je voudrais que vous me permettiez de donner la parole à M. le secrétaire d’État Andrei Baciu, vice-président de la CNCAV, pour présenter les détails des prochaines tranches et, bien entendu, de la vaccination en République de Moldova.

Andrei Baciu: Merci beaucoup, Monsieur le Président! Suite au don fait par la Roumanie à la République de Moldavie - avec le premier transport, qui a eu lieu samedi, 21.600 doses -, aujourd'hui, le processus de vaccination a commencé en République de Moldavie, avec le premier citoyen de la République de Moldova vacciné. Ont utilisées 10.800 doses pour les hôpitaux de première ligne.

Concernant le calendrier de livraison pour la prochaine période, tout d'abord, des nouvelles sont attendues, vers le 11 mars, de la part de l'Agence européenne des médicaments, pour le vaccin produit par Johnson & Johnson. Pour les autres entreprises qui produisent le vaccin et pour lesquelles il existe déjà une autorisation:

- pour BioNTech / Pfizer, en mars, nous prévoyons des livraisons de 1.112. 000, comme suit: la deuxième semaine, 224.000, la troisième semaine 224.000 également, la quatrième semaine et la semaine dernière;

- pour le vaccin Moderna, on parle d'un total pour mars de 268.800, dont 106.000 la deuxième semaine et, la quatrième semaine, 162.000 doses;

- pour le vaccin AstraZeneca: 249.600 arriveront vendredi, la deuxième semaine - 60.000, la troisième semaine – 155.000 doses, la quatrième semaine – 378.000 doses et, la semaine dernière, 414.000 doses, avec un total de 1.258.000 doses. Ainsi, pour le mois de mars, on parle d'un total de 2. 640. 000 doses et, pour toute la période, des premières livraisons jusqu'à fin mars, on parle de 4.351.000 doses, qui arriveront fin mars. Merci beaucoup, Monsieur le Président!

Valeriu Gheorghiţă: Merci moi aussi! Je voudrais, avec votre permission, commencer la session de questions. Nous commencerons par la droite, deux questions chacun, et en fonction du temps disponible, nous pourrons répondre aux autres questions. Merci!

 Journaliste: Bonjour! Je voudrais que vous nous disiez comment la vaccination proprement dite se déroulera dans la troisième étape, étant donné que les listes d’attente seront opérationnelles à partir du 15 mars et que celui qui voudra s’inscrira, étant donné que pour la 3ème étape il existe également des catégories prioritaires, et si vous gardez la proportion de 75% -25%.

Valeriu Gheorghiţă: La proportion de 75% - 25% liée à la deuxième étape sera certainement maintenue. De la liste d'attente, dans l'ordre chronologique de la programmation des personnes, seront pratiquement notifiées, sur 75% des places, les personnes qui appartiennent au groupe des vulnérables, respectivement 25% les personnes qui servent les activités essentielles.

Concernant la troisième étape, en fonction du degré d'occupation des places dans les centres de vaccination actifs, des places qui resteront disponibles, nous informerons déjà les personnes dès la troisième étape, en fonction de l'ordre dans lequel elles ont été programmées. En ce qui concerne les détails exacts de la façon de prioriser ou de sous-prioriser les personnes liées à la troisième étape de la vaccination, nous discuterons de ces détails dans le groupe médical et nous reviendrons lorsque ces critères seront finalisés.

Journaliste: Y a-t-il, à l'heure actuelle, une décision pour les personnes qui ont déjà traversé la maladie, de prendre une dose ou deux? Lors de la dernière conférence, vous avez dit que vous attendiez une réponse à cet égard.

Valeriu Gheorghiță: Il n'y a pas de décision. Je peux vous dire que depuis la semaine dernière, et je pense vraiment que cette demande est débattue aujourd'hui, j'ai adressé envoyé une adresse au Ministère de la Santé, à la commission scientifique et à l'Agence nationale des médicaments et des dispositifs médicaux pour la réévaluation du critère d'âge pour le vaccin produit par AstraZeneca, compte tenu des nouvelles données d`efficacité chez les personnes de plus de 55 ans et même plus de 65 ans.

Nous attendons de voir quel sera le point de vue de la commission scientifique. De ce point de vue, strictement lié à l'administration d'une dose unique, pour le moment, nous considérons que nous ne disposons pas de suffisamment de données pour certifier que la réponse immunitaire après une dose unique, même chez les personnes ayant des antécédents d'infection par le SARS-CoV-2, est maintenue pendant une période de temps suffisante par rapport au schéma à deux doses. Cette recommandation, a plutôt, des critères si l'on veut du oint de vue logistique y compris des critères liés au faible nombre de doses disponibles et ensuite on essaie à ce que chez les personnes qui ont été infectées par le SARS-CoV-2 de recommander une seule dose, dans l'idée d`économiser plus de doses qui peuvent être disponibles pour les personnes qui n'ont pas été infectées. Mais, je le répète, nous avons besoin de plus de données. Probablement ces données seront disponibles dans la prochaine période et nous prendrons sûrement la bonne décision en fonction des données scientifiques.

 Journaliste: Bonjour! Vous avez dit qu'environ 4.400 personnes ont été vaccinées par des équipes mobiles.

Valeriu Gheorghiță: Oui.

Journaliste: Pouvez-vous nous dire combien d'équipes mobiles opèrent actuellement à travers le pays et comment ce nombre a été établi? Je veux dire, je sais qu'il y en a six à Bucarest. N'y en a-t-il pas trop peu?

Valeriu Gheorghiță: Chaque département, chaque service de santé publique, en fonction du nombre de personnes inscrites et qui ont besoin de se faire vacciner à domicile par des équipes mobiles, constitue un nombre approprié d'équipes mobiles et établit le parcours que ces équipes mobiles effectueront. Le nombre exact de ces équipes varie d'un département à l'autre, tant en fonction des ressources humaines, car c'est la principale limitation à l'heure actuelle et je vous rappelle qu'avec le soutien d'équipes mobiles nous assurons la vaccination des sans-abri, respectivement, des personnes hospitalisées. dans les centres résidentiels, sociaux et il y a encore des gens qui souhaitent se fair vacciner, respectivement des gens dans des centres de dialyse, où nous avons une façon différente de programmer et de vaccination et aussi des équipes supplémentaires ont été utilisées pour vacciner le personnel éducatif.

 En effet, vacciner les personnes à domicile est un processus difficile, c'est un processus qui se déroule plus lentement, par rapport au rythme de vaccination adressé à d'autres catégories de personnes dans la deuxième étape, mais nous gagnerons certainement dans la prochaine période et nous rattraperons nous parviendons à vacciner un plus grand nombre.

Peu à peu, presque tous les départements sont devenus actifs. Autant que je sache, il y a eu  des signes que les habitants de Prahova n'avaient pas été vaccinés chez eux avec des équipes mobiles. Hier encore, j'ai vérifié et parlé avec le directeur de la Direction de la santé publique et il m'a confirmé que, depuis plus d'une semaine, la vaccination avec les équipes mobiles a commencé. Donc, pour le moment, c'est une activité continue. Le nombre d'équipes mobiles varie d'un départment à l'autre, mais je peux demander de telles preuves.

Journaliste: Des études ont déjà commencé à montrer que pour certaines catégories, comme les personnes souffrant d'obésité, une dose supplémentaire de vaccin serait nécessaire, du moins de chez Pfizer. Pouvons-nous aussi y envisager la Roumanie ou attendons-nous que d'autres études soient faites?

Valeriu Gheorghiţă: Nous sommes conscients de ces signaux. Il n'y a toujours pas assez d'arguments pour prouver qu'effectivement la réponse immunitaire, la réponse en anticorps neutralisants, ne serait pas protectrice par rapport à d'autres personnes. Je pense qu'une telle décision est prématurée. Encore une fois, il est recommandé de disposer de davantage de données incluant un plus grand nombre de personnes juste pour être en mesure de prendre la bonne décision. Mais avant cela, nous avons besoin de données de sécurité, liées à l'administration de la troisième dose dans le cas de ces personnes.

Journaliste: J'aimerais que vous me disiez combien de cabinets seront fonctionnels à partir de la troisième étape et si, à partir d'avril, les vaccins seraient administrés dans les cabinets de médecins de famille et les centres de service en automobile?

Valeriu Gheorghiţă: Environ 750 centres de vaccination sont prévus pour toute la campagne de vaccination, tous ces centres totalisant plus de 1.760 cabinetrs de vaccination. J'ai aussi dit à d'autres occasions, il sera possible de pouvoir vacciner plus de 100.000 personnes quotidiennement dans tous ces cabinets de vaccination.

 Quant aux centres de service au volant, ils sont destinés à la troisième étape. Dans la prochaine période, nous identifierons les bons endroits et éventuellement les villes où nous envisagerons de mettre en place un tel centre de service au volant, d'une part; d'autre part, notre priorité immédiate est liée à l'opérationnalisation des centres de vaccination mobiles pour assurer la vaccination des personnes vivant dans les zones rurales, des personnes qui n'ont pas accès à un centre de vaccination fixe, et ces centres pourront également être activés lorsque que nous avons une confirmation du calendrier de livraison des doses et que nous aurons un nombre de doses suffisant pour nous permettre d'ouvrir tous les centres, et pour cette raison je rappelle l'utilité de la liste d'attente, car lorsqu'un centre est activé ces personnes seront notifiées et seront programmées.

 Journaliste: Et concernant les médecins de famille?

Valeriu Gheorghiță: Concernant l'utilité d'impliquer les pratiques cabinets de médecine familiale dans cette campagne de vaccination, en ce moment, étant donné qu'on parle de flacons multidoses, cela augmenterait le risque de gaspillage de doses, car il est important d'avoir un nombre suffisant de personnes programmées quotidiennement pour avoir une maîtrise de l'activité de vaccination. Mais, certes, pour nous, c'est une option de partager des cabinets de médecine familiale en milieu rural, où nous pouvons envoyer des équipes mobiles qui peuvent assurer la vaccination des résidents qui veulent se faire vacciner avec le soutien et l'implication directe des collègues du réseau de médecine familiale.

Journaliste: Et la deuxième question est liée à la preuve de vaccination: pourquoi ne recevons-nous pas ce certificat par e-mail, après que le vaccin nous a été administré, et si vous considérez qu'un code QR apparaîtra sur le certificat.

Valeriu Gheorghiță: Il y a eu plusieurs discussions liées à la présence d'un code QR sur ce certificat. Nous ne sommes pas encore parvenus à une solution définitive. Nous souhaitons sécuriser ces certificats de plusieurs manières. Mais concernant la possibilité d'envoyer ce certificat par e-mail, je pense que c'est possible, oui?

 

Adriana Pistol: Oui. D'un point de vue informatique - mes collègues peuvent m'aider ici - aucun système - pas même Google - ne permet à tant de millions d'e-mails de partir. Il y a des choses comme ça auxquelles je ne sais pas comment répondre. Par conséquent, ils sont envoyés par e-mail sur demande; c'est-à-dire que les personnes qui demandent et donnent explicitement leur adresse e-mail peuvent recevoir et l`ont reçu. Un grand nombre d'e-mails, dans son intégralité, a-t-on dit, sont ces systèmes - les collègues peuvent m'aider, comme je l'ai dit - qui ne permettent pas à un très grand nombre d'e-mails de partir à la fois. Et alors, nous avons tout laissé à la demande de la personne, qui accepte certainement de donner une adresse e-mail.

 

 Et en ce qui concerne le code QR, je veux que vous sachiez que le code QR est prêt, chaque fois qu'il devra être utilisé. Le code QR doit être et il est nécessaire de le mettre. Nous attendons de voir quelles sont les décisions au niveau européen, car il y a une discussion sur une telle chose et nous attendons de voir ce que le code QR devrait contenir comme information, qui doit être unitaire au niveau de l'Union européenne et seulement alors quand il y aura une décision nous saurons également ce que le code QR doit contenir et nous pourrons l'appliquer sur le certificat respectif.

Journaliste: Si vous me le permettez, s'il vous plaît, une clarification. Qu'arrivera-t-il à ceux qui ont déjà reçu des certificats de vaccination si une telle décision est prise au niveau européen?

 Adriana Pistol: Il ne se passera rien de grave. Ce sra très bien car ils ont reçu deux doses et, bien sûr, sur demande, comme je vous l'ai dit, nous avons des mécanismes que je vous ai déjà dit et je ne sais pas très bien les expliquer du point de vue informatique, mais il sera mis à la disposition de toutes les personnes qui ont été vaccinées avec des systèmes leur permettant d'accéder à un nouveau certificat si elles se déplacent et en ont besoin qui soit à un moment avec un code QR.

Journaliste: Je voulais vous demander s'il y a eu des réactions plus graves parmi ceux qui ont déjà traversé la maladie et bien sûr été vaccinés?

Valeriu Gheorghiță: Non. Le profil de sureté et du rapport des effets adverses est similaire à celui des personnes qui nont pas eu  d'antécédents antérieures par le SARS-CoV-2.

Journaliste: Merci. Et la deuxième question, il y a des médecins qui disent que dans chaque flacon reste une petite quantité de vaccin, et avec le sérum restant de 80 flacons, par exemple,  ON pourrait faire encore 40 autres doses supplémentaires.

Valeriu Gheorghiță: Merci pour cette découverte. J'ai également vu cette hypothèse circuler en public. Il est totalement contre-indiqué de collecter les résidus de vaccin dans plusieurs flacons. Cela va à l'encontre de toutes les règles de bonne pratique médicale, ce n'est donc pas recommandé.

Adriana Pistol: Pas seulement ça. J'essayrais  une autre explication ayant ...

Valeriu Gheorghiță: Laissant de côté la traçabilité.

Adriana Pistol: Oui, évidemment. Donc, pour chaque personne, nous devons savoir exactement avec quel lot a été vacciné lorsque le problème d'une réaction adverse se pose. Ce n'est pas très gentil ce que je dis, mais ramasser des restes de plusieurs bouteilles comme celle-ci est impossible que cela se produise, d'une part. D'autre  part, les flacons multidoses y compris lorsque nous les utilisions dans le programme national de vaccination des enfants, le fabricant met toujours une quantité légèrement plus élevée, car il y a un risque de perte sur la seringue, l'aiguille, etc. Autrement dit, ce n'est pas une nouveauté que dans les flacons multidoses, nous ayons une quantité légèrement plus élevée. cela est connu.

Journaliste: Merci beaucoup! J'aurais une autre question, si possible. Je n`ai pas bien comprois ce qu`il en est avec les listes d'attente.

 Adriana Pistol: S'il vous plaît!

ournaliste: Je comprends que ceux des catégories vulnérables auront la priorité, 75% et 25% ceux qui travaillent dans des institutions clés, puis ceux de la troisième étape seront ..?

Valeriu Gheorghiță: Pratiquement, nous devrons estimer un nombre de plusieurs millions de personnes sur cette liste d'attente. Les personnes en ordre qui sont, par exemple, inscrites aux maladies chroniques, les personnes de plus de 65 ans qui occuperont 75% des postes vacants, et les 25% seront occupés par les personnes qui ont précisé faisant partie de la catégorie des activités essentielles. S'il reste des places disponibles, il ne nous restera pas de postes vacants et nous commençons déjà à inclure des personnes de la troisième étape, toujours selon l'ordre dans lequel elles ont été placées sur cette liste d'attente. Compte tenu du fait que pour la deuxième étape, nous avons environ 5 à 6 millions de personnes éligibles, si nous appliquons une intention de vaccination de 60 à 70%, nous parlons d'environ 3 à 4 millions de personnes qui pourraient être vaccinées. Je peux vous dire que d'ici avril, nous aurons très probablement plus de 3 millions de doses disponibles. Donc, d'une manière ou d'une autre, je pense que nous pouvons dépasser. Dans les centres de vaccination, nous aurons également des places disponibles pour les personnes de la troisième étape, de sorte que nous aurons une activité très fluide et continue du rythme de vaccination juste pour augmenter l'accessibilité des personnes à la vaccination. C'est le principe que nous utiliserons, évidemment, pour le moment où la liste d'attente et la programmation proprement dite seront disponibles.

Journaliste: Pouvez-vous nous dire quand vous prévoyez la fin de la deuxième étape, afin que ceux qui en sont à la troisième étape puissent être vaccinés?

Valeriu Gheorghiță: Non. Ce ne sera pas un moment clair, délimité par le temps car à tout moment, dans deux mois, dans trois mois, les personnes qui ont, par exemple, plus de 65 ans ou les personnes enregistrées avec des maladies chroniques peuvent également être programmées. Pour cette raison, nous avons estimé que la troisième étape débutera en avril, évidemment, parallèlement à la poursuite de la deuxième étape. Et en fonction du nombre de places disponibles dans les centres de vaccination, nous pourrons permettre aux personnes de la troisième étape d'occuper cette place et de se faire vacciner, bien sûr.

Journaliste: Merci beaucoup!

Valeriu Gheorghiţă: Avec plaisir! Journaliste: Bonjour! Aussi sur la liste d'attente. Une personne pourra-t-elle s'inscrire sur la liste dans plusieurs centres?

Valeriu Gheorghiţă: Non.

 Journaliste: Non. Si nous supposons que toutes les personnes figurant sur la liste et qui sont informées n'acceptent pas la proposition, pourrait-on appeler les personnes de la  troisième étape à la vaccination avant avril?

Valeriu Gheorghiţă: Je peux vous dire qu'en mars, presque tous les postes vacants sont occupés. Donc, pour cette raison, à partir du 15 mars, toute personne qui se programme, qui s'inscrit, ira directement sur cette liste d'attente car il n'y aura pas de poste vacant. Bien sûr, comme nous l'avons annoncé, à partir de la deuxième quinzaine de mars, nous ouvrirons environ 50 nouveaux cabinets de vaccination, où nous distribuerons le vaccin de la société Moderna, mais d'après nos estimations, les places seront occupées très rapidement. Donc, de ce point de vue, l'inscription et la planification proprement dites se feront à travers cette liste d'attente, qui au final est très importante pour être disponible, étant donné que l`on peut avoir une prévisibilité du moment où l`on sera vacciné, compte tenu que chaque personne saura combien d'autres personnes se trouvent devant elle sur cette liste d'attente pour un centre de vaccination.

Journaliste: Vous avez dit que depuis lors, on ne pourra plus voir les places disponibles dans d'autres centres.

Valeriu Gheorghiţă: Vous pourrez renoncer n`importe quand à renoncer à l`inscription  sur cette liste d'attente d'un centre et pouvoir migrer vers la liste d'attente d'un autre centre, mais on doit se faire supprimer pratiquement de la liste d'attente du centre initialement choisi.

 Journaliste: Je comprends. Qu'avez-vous appris sur la situation à Arad, où le chef du centre de vaccination a signalé que 18 doses avaient été jetées à la poubelle?

Valeriu Gheorghiţă: Nous l'avons également découvert. Il y a 18 doses, trois flacons qui ont été jetés accidentellement. C'est une situation qui, d'un point de vue pratique, se produit malheureusement. Ce n'est pas une tragédie, il est important de comprendre et de corriger ces choses à l'avenir, d'anticiper là où il y a une vulnérabilité et de prendre des mesures pour éviter qu'elle ne se reproduise.

Journaliste: Puis-je poser une autre question? Il y a des situations dans divers centres où les personnes programmées sont appelées plus tôt parce que beaucoup, bien qu'elles soient programmées, ne se présentent plus. Que savez-vous, quel en est le nombre?

Valeriu Gheorghiţă: Nous n'y avons pas de situation. Je pense que ces cas sont ponctuels, ce n'est pas une règle et pour cette raison je n'ai pas d'estimation des personnes qui ne se sont pas présentées et qui ont été remplacées par d'autres personnes.

Journaliste: Avez-vous déjà perdu des doses parce que les gens ne venaient pas?

Valeriu Gheorghiţă: Non. Toutes les doses disponibles sont utilisées.

Journaliste: Bonjour! Je comprends qu`on ne peut pas choisir le centre de vaccination sur les listes d'attente.

Valeriu Gheorghiţă: Si. On peut choisir, c'est ce qui se passe. Pratiquement, la personne, lorsqu'elle fait un compte, choisit un centre de vaccination et elle entre sur la liste d'attente de ce centre de vaccination. Il n'y aura donc pas de liste d'attente commune au niveau national. Chaque centre de vaccination a sa propre liste d'attente. Et, pratiquement, la personne, au moment de la programmation, sera inscrite sur la liste d'attente du centre pour lequel elle choisit de se faire vacciner, et pourra voir combien de personnes sont devant, 10, 15, 100, 1000 ou plus.

 Journaliste: Je comprends. Et peut-elle aussi opter pour le vaccin qu'elle souhaite ou ...?

Valeriu Gheorghiţă: Non. Comme je l'ai dit, l'organisation des centres de vaccination suppose l'existence d'un seul type de vaccin dans un centre de vaccination. Il y aura donc des centres monovaccins, le plus évidemment il y aura des centres où les vaccins seront distribués de la société BioNTech-Pfizer, car ce sont les doses les plus disponibles et ont la plus large catégorie d'âge qu'ils couvrent selon les indications, au dessus de 16 ans. Comme nombre de centres, nous aurons des centres avec AstraZeneca, après le nombre de ceux de Pfizer et le moins seron les centres de Moderna, où nous avons le plus petit nombre de doses disponibles. La zone géographique et la répartition de ces centres au niveau de chaque département seront établies en fonction des caractéristiques démographiques de la population respective. De toute évidence, là où nous avons une population âgée, nous aurons un certain type de vaccin, là où nous avons une population plus jeune, il y aura les trois types de vaccins disponibles qui couvrent ce groupe d'âge. Selon le type et la date du rappel, la personne pourra vraiment deviner quel type de vaccin, mais vous ne verrez pas à un centre Pfizer, Moderna ou vaccin d'AstraZeneca ou, plus tard, Johnson & Johnson. Nous n'avons donc pas cette possibilité et savons que dans aucun pays il n'y a la possibilité pour les gens d'opter pour un certain type de vaccin. Bien sûr, c'est une option indirecte que ces personnes peuvent avoir, mais il est important de faire en sorte que le plus grand nombre possible de personnes soient vaccinées. C'est pourquoi nous avons accès à plusieurs types de vaccins, pas forcément pour avoir le choix, car ce qui compte au final, c'est le niveau de protection que nous obtenons grâce à la vaccination, qui s'avère maximale pour tous les vaccins contre les formes sévères, contre l'hospitalisation et contre la mort due à cette maladie.

Car ce qui compte, au final, c'est le niveau de protection que nous obtenons grâce à la vaccination, qui s'est avérée maximale pour tous les vaccins contre les formes sévères, d'hospitalisation et de décès dus à cette maladie.

Journaliste: Bien, alors pourquoi n'avons-nous que 85.020 personnes enregistrées pour la vaccination AstraZeneca? Pourquoi pensez-vous ...?

Valeriu Gheorghiţă: Il y a plus de 300.000 personnes inscrites. Nous avons ouvert 180 emplacements, 180 cabinets de programmation, et ils ont été disponibles jusqu'au 17 mars. Cette semaine, nous avons prolongé le nombre de jours pour la programmation, précisément parce que nous avons attendu la confirmation d'un calendrier de livraison, afin de ne pas être incapable de fournir le nombre de doses requis pour ceux qui sont programmés.

 Journaliste: Je comprends. Merci!

Valeriu Gheorghiţă: Avec plaisir!

Journaliste: J'aimerais que vous nous disiez, en pourcentage, combien d'enseignants ont été vaccinés. Vous nous avez dit 22.000 ...

Valeriu Gheorghiţă: Il y a plus de 80.000 personnes vaccinées dans le système éducatif; plus de 80.000, sur environ 350.000 personnes dans le système éducatif. C'est donc à propos du rapport.

Journaliste: Je comprends. Et je veux vous interroger un peu sur les nouveaux variants. Je comprends qu'ils sont plus contagieux. Pour quelles raisons? Autrement dit, qu'est-ce que le virus gagne en puissance lorsqu'il est génétiquement modifié ou ...?

Valeriu Gheorghiţă: Ces changements dans la structure de la protéine S permettent au virus de mieux se lier aux récepteurs. Comme nous le savons, la protéine S, cette protéine Spike - ces pics à la surface du virus – c`est la manière dont le virus s'ancre et se fixe aux récepteurs des cellules. Lorsque cette structure, cette protéine S change, pratiquement, selon le principe clé dans la serrure, elle se fixe beaucoup mieux, elle se fixe beaucoup mieux aux récepteurs qu'elle cible. Et de ce point de vue, certains virus se lient mieux à ces récepteurs et ont implicitement une contagion plus élevée. Parce que, pratiquement, à partir du nombre de particules virales avec lesquelles une personne entre en contact, la plupart se lieront aux récepteurs, car elles ont cette affinité accrue. Ainsi, est augmentée la capacité de liaison au récepteur du variant viral mutant.

Journaliste: Merci beaucoup!

Journaliste: Je voudrais vous demander pourquoi le vaccin AstraZeneca a plus d'effets adverses. Dans un calcul simple, il y a quatre à cinq fois plus d'effets adverses que Pfizer et Moderna.

Valeriu Gheorghiţă: C'est vrai. Je voudrais plutôt souligner qu'il n'y a pas de réactions plus graves, elles sont simplement plus fréquentes et dépendent du type de vaccin. Je vous rappelle que le vaccin de la société AstraZeneca est un vaccin à base de vecteur viral, c'est un vaccin plus réactogène surtout chez les jeunes, par rapport aux personnes de plus de 60-65 ans. La fréquence des effets adverses est moins fréquente après la deuxième dose, et ces vaccins à base de vecteurs viraux induisent une réaction du corps, une réponse immunitaire à la fois à l'antigène du vaccin et au vecteur - essentiellement, à ce type d'adénovirus. est le véhicule par lequel la cellule reçoit l'information génétique nécessaire à la synthèse de la protéine S. C'est donc une caractéristique liée au type de vaccin. Mais ce qu'il est important de mentionner, ce sont ces deux choses: qu'elles ne sont pas plus sévères et qu'après la deuxième dose, elles sont moins fréquentes.

Journaliste: Merci! Et la deuxième question: 6.740 Roumains n`ont pas fait le rappel. En excluant ceux qui ont été infectés et qui n'ont pas été vaccinés, avec le reste qu`est-ce qui se passe, pourquoi ne viennent-ils pas à la deuxième dose de vaccination?

Valeriu Gheorghiţă: Ce sont des donnés en dynamique. Une grande partie de ceux que vous avez mentionnés sont probablement des gens qui, pour diverses raisons, y compris le diagnostic de l'infection - parce que nous avons présenté une situation la semaine dernière, mais les choses, je le répète, sont dynamiques; nous devons réévaluer ces cas sur une base hebdomadaire - mais aussi parmi ceux qui avaient contracté le SARS-CoV-2 après la première dose. Je me souviens que la grande majorité d'entre eux s'était déjà présentée pour le rappel; certains dans les deux premières semaines après la guérison de l'infection et la plupart après deux semaines de guérison.

Journaliste: Bonjour! Je voulais vous demander: jusqu'à ce moment, savons-nous pendant combien de temps ces vaccins confèrent une immunité?

Valeriu Gheorghiţă: Nous n'avons pas de période établie, scientifiquement prouvée, mais nous parlons d'une estimation, probablement pour au moins un an et, à notre connaissance, les sociétés Pfizer et Moderna vont faire des études de sécurité et d'immunogénicité liées à la l'administration de la troisième dose de vaccin, précisément pour l'éventualité où de nouveaux variants viraux apparaîtront et alors il faut également couvrir du point de vue de la vaccination ces nouveaux varients. Et il a été précisé, aussi clairement que possible, que cette possibilité d'envisager une troisième dose n'est pas liée à l'anticipation de la perte de la réponse immunitaire selon le calendrier actuel. Il faut donc mentionner, aussi clairement que possible, que l'estimation est pour au moins un an, comme niveau de protection, mais nous avons besoin de données qui seront accumulées au fil du temps et nous pourrons obtenir ces informations.

Journaliste: Et j'aurais une autre question. Par exemple, les personnes allergiques aux piqûres d'abeilles peuvent-elles être vaccinées?

Valeriu Gheorghiţă: Oui, elles peuvent être vaccinées. Cela dépend ... Encore une fois, il est important de connaître le type de manifestation de cette réaction allergique. Si la personne a une réaction urticarienne est une chose et une autre est si elle a des antécédents de choc anaphylactique ou plusieurs épisodes de choc anaphylactique. Là, bien sûr, nous avons besoin d'une prudence maximale. Habituellement, un déclencheur d'une réaction allergique est spécifique et ne chevauche pas d'autres types de facteurs qui pourraient déclencher ces réactions allergiques. Mais il y a aussi la situation dans laquelle il peut y avoir des réactions croisées. Mais, en général, il n'y a pas de limitation de la vaccination chez une personne qui a des antécédents de réactions allergiques, uniquement lorsqu'elle est connue pour réagir à l'un des composants du vaccin.

Journaliste: Merci!

Journaliste: J'aurais aussi une question, si vous me le permettez.

Valeriu Gheorghiţă: S'il vous plaît!

 Journaliste: Dans le cas des personnes qui ont fait la première dose de vaccin et ont été infectées entre-temps, confirmées par le SARS-CoV-2, doivent-elles encore faire le rappel? Ou comment procéder?

Valeriu Gheorghiţă: Selon les recommandations actuelles, oui. Après la guérison, une deuxième dose sera prise - donc essentiellement la dose de rappel.

Journaliste: J'ai une autre question, s'il vous plaît! Ainsi, à partir du 15 mars, toute personne qui n'a pas pu se programmer jusqu'à présent, qu'elle fasse partie de la deuxième ou de la troisième étape, pourra s'inscrire sur une telle liste d'attente. Mais vous avez dit que ceux de la deuxième étape auront toujours la priorité.

Valeriu Gheorghiţă: Certainement.

Journaliste: Depuis quand pensez-vous que la vaccination des personnes la troisième étape commencera réellement? 1er avril, 15 avril, fin

Valeriu Gheorghiţă: Nous ne pensons pas qu`à partir du 1er avril. Il est important de voir au final quel sera le taux d'occupation de cette liste d'attente, mais je peux vous dire qu'il y a plus d'un million de personnes qui ont créé un compte dans la plateforme et n'ont pas trouvé de place dans les centres de vaccination . Nous estimons que ces plus d'un million de personnes passeront, auront la possibilité de passer automatiquement sur la liste d'attente. Il y a évidemment des personnes éligibles à la deuxième étape - des personnes de plus de 65 ans, des personnes atteintes de maladies chroniques, des personnes qui exercent des activités essentielles. Ce transfert vers la liste d'attente ne se fait pas automatiquement, car la personne doit opter pour la liste d'attente d'un centre particulier, donc cela reste l'option de chacun. Mais c'est ce que je voulais souligner, le fait qu'il y a plus d'un million de personnes qui sont actuellement inscrites sur la plateforme, en dehors de celles déjà programmées. En tant que tel, je ne pourrais pas vous dire à quel moment une personne de troisième étape sera vaccinée, mais nous estimons que cela se produira en avril. Mais cela dépend beaucoup du nombre de personnes qui voudront se faire vacciner au cours de la deuxième étape.

Journaliste: Après la mi-avril ...?

Valeriu Gheorghiță: Probablement après la seconde quinzaine d'avril, oui.

Journaliste: J'ai une autre question. Il y a un risque qu'après quelques jours après avoir été vacciné, l`on passe un test positif, lorsque l`on veut quitter le pays ou pour d'autres raisons, et que ce soit un faux résultat, en fait, ne pas avoir la maladie, mais à cause du vaccin, le test soit positif?

Valeriu Gheorghiță: Ce risque n'existe pas. La vaccination n'interfère pas avec les résultats des tests RT-PCR. C'est un vaccin qui contient une protéine virale et le test RT-PCR identifie le génome viral. Cela n'a donc rien à voir les uns avec les autres. La vaccination n'affecte pas le résultat du test.

 

Journaliste: J'ai une question pour le Dr Pistol. S'il vous plaît dites-moi, que se passe-t-il si un enfant a COVID, les parents sont vaccinés y compris par rappel? Doit-on  rester confiné ou non?

Adriana Pistol: L'enfant, évidemment, reste en confinement, les parents, s'ils sont vaccinés et sont au moins 10 jours après la deuxième dose, ils sont dispensés de quarantaine, même selon la décision du Comité national des situations d'urgence no . 9.

Journaliste: Pouvez-vous nous donner une mise à jour sur le nombre de cas d'infections par le variant du Royaume-Uni?

Adriana Pistol: Oui, je peux dire que, jusqu'à aujourd'hui, nous avons enregistré, dans notre pays, 200 cas avec ce variant.

Reporter: /.../traités?

Adriana Pistol: Non, malheureusement je n'ai pas cette information, mais je peux l'obtenir bientôt.

Journaliste: Pouvez-vous au moins nous dire s'il y a d'autres enfants détectés avec la mutation contagieuse? Nous ne savions que d`un enfant.

Adriana Pistol: Je ne sais pas s'il y a d'autres enfants en ce moment.

Journaliste: Mme Pistol, une clarification, si possible, sur le certificat de vaccination. Pour le recevoir par e-mail, où doit-on postuler? Est-ce possible au centre ...?

Adriana Pistol: Au centre de vaccination.

Journaliste: Quelqu'un qui regarde la conférence en ligne m'a écrit qu'il avait demandé cela au centre du Cirque, mais là, ils lui ont dit que ce n'était pas possible et qu'il ne faisait que l'imprimer ...

Valeriu Gheorghiță: Ce sera possible. Nous informerons, pour qu'il sache que c'est possible.

Adriana Pistol: Oui, il s'agit d`une meilleure information de la part de ceux des centres, mais si à la fin on ne réussit pas, nous aussi pouvons être consultés à l'institut et nous pouvons aider ces personnes, mais à condition de ne pas être sous forme de … c`est ce que  je vous ai expliqué. Ce n'est pas possible.

Andrei Baciu: Et une dernière mention à la fin, la Roumanie est à la 2e place au niveau européen et à la 7e place en ce qui concerne le nombre de personnes vaccinées avec les deux doses, ce qui garantit une immunisation complète.

Valeriu Gheorghiță: Merci! Et je pense que vous savez ou prévoyez que la millionième personne sera vaccinée demain. Nous ne savons pas quand, comment, mais ce sera demain.

Journaliste: Et comment le découvrirez-vous? Savez-vous le moment où elle sera vaccinée? Sera-t-il transmis automatiquement? Comment c'est?

 Valeriu Gheorghiță: Nous vous remercions beaucoup!

Andrei Baciu: Merci beaucoup et un beau printemps!



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire

  • Galerie de photos

    Galerie de photos

    Des photos des événements et des activités auxquels participe le Premier ministre, et des activités déroulées au palais Victoria

    Lire la suite
  • Communiqués

    Communiqués

    Les communiqués de presse les plus récents sur le travail du Premier ministre et du Conseil des ministres du gouvernement.

    Lire la suite
  • Gouvernance

    Gouvernance

    La situation politique difficile à laquelle Roumanie est confrontée aujourd'hui nécessite la promotion d'un programme gouvernemental doté d'objectifs à court terme qui préparera les réformes nécessaires pour moderniser la Roumanie dans un esprit européen.

    Lire la suite
  • Conseil de Ministres

    Conseil de Ministres

    Le Premier ministre conduit le Gouvernement et coordonne l`activité de ses membres dans le respect des leur attributions

    Lire la suite