Nouvelles fraîches

Mardi, 03 Décembre

Déclarations du Premier ministre Ludovic Orban après le lancement du billet de banque anniversaire sur le thème de l'achèvement de la Grande Union - Ion I. C. Brătianu

Journaliste: Au sujet de l'évolution du taux de change euro-leu, nous l'avons vu hier, les réserves de devises ont diminué d'un milliard de lei pour soutenir la monnaie nationale. Quelle est votre opinion Avez-vous parlé à M. le gouverneur?


Ludovic Orban: J'ai été invité à un événement de lancement, je vous ai montré, le billet de banque anniversaire, dédié au grand Ionel Brătianu, celui qui a apporté la contribution décisive à la réalisation de la Grande Union. J'ai félicité la Banque nationale, j'ai dit que c'était peut-être l'institution la plus appropriée pour célébrer de cette façon, car nous connaissons la très grande contribution qu'elle a apportée à soutenir  Ionel Brătianu, celui qui dirigeait la Banque nationale, Eugeniu Carada, qui était un point de référence et un dirigeant de la carrière, surtout au début, de Ionel Brătianu.
En ce qui concerne le taux de change, ce taux est évidemment déterminé par de nombreux facteurs. On sait que décembre est un mois au cours duquel la consommation augmente. Nous avons un déficit commercial extrêmement important. Les besoins en produits importés en décembre augmentent considérablement et, à cause de cela, il existe une demande énorme pour l'euro, ce qui crée une pression sur le taux de change leu-euro.


Journaliste: D'après vos discussions avec le gouverneur, y a-t-il des préoccupations concernant le cours?


Ludovic Orban: Non. Et je suis convaincu que vous, si vous le lui avez demandé, il a répondu la même chose.


Journaliste: J'aimerais vous demander si une étude d'impact a déjà été réalisée concernant l'abrogation de certaines mesures de l'Ordonnance 114?


Ludovic Orban: C'est ce sur quoi nous travaillons maintenant. Nous avons demandé l'accord du Bureau politique national du PNL pour œuvrer à l'abrogation pratique de l'Ordonnance 114, qui est une ordonnance pénale qui a eu des effets extrêmement néfastes dans des domaines essentiels à l'évolution de la Roumanie, tels que l'énergie, le système. banque-financière, communications, fonctionnement du deuxième pilier des pensions et dans de nombreux autres domaines d'activité. Certes, derrière les changements, il y aura des analyses, des études. Nous discuterons également avec les partenaires sociaux, les employeurs et les syndicats afin de mener une consultation qui s'améliorera, mais nous avons déjà eu des consultations précédentes et nous connaissons très clairement la position des partenaires sociaux, qui soutient principalement cette initiative. Bien entendu, nous aurions souhaité que lors du débat au Parlement - l'ordonnance est en cours de discussion à la Chambre des députés - nous puissions corriger les dispositions de cette ordonnance, abroger toutes ces dispositions. Malheureusement, les choses ne se passent pas comme prévu. Au contraire, nous nous rendons compte que, dans différentes commissions, des amendements sont apportés qui aggravent encore les conséquences de cette ordonnance. Permettez-moi de vous donner un exemple: le plafond du Fonds a été augmenté ... le fantomatique Fonds de développement et d'investissement. Notre intention est de mettre fin à ce mensonge selon lequel, sans argent, certains contrats ont été signés uniquement du souhait de l’ancien Premier ministre, candidat à la présidence, de gagner la bonne volonté de certains maires du PSD.


Journaliste: Le pilier II passerait-il de l'Etat à l'administration privée?


Ludovic Orban: C'est notre objectif, certes, mais ce ne sera pas l'objet de ce règlement. Ce que nous allons abroger - nous abrogerons les dispositions absurdes qui ont été imposées aux entreprises qui gèrent les fonds du pilier II des pensions.


Journaliste: Quelle décision a été prise /.../  concernant le salaire minimum, après la discussion de ce jour avec les employeurs et les syndicats?

 

Ludovic Orban: Bien entendu, les associations d'employeurs soutiennent notre proposition dans sa majeure partie. Quant aux syndicats, ils ont présenté des propositions que nous analysons, mais elles serviront de base aux discussions que nous aurons au cours de la prochaine année pour définir le mécanisme juridique permettant d’établir l’augmentation du salaire minimum. Nous avons limité le désir de certains de se fier aux prévisions pour l’année à venir. Bien sûr, bien souvent, les prévisions ... ne vous donnent qu'un exemple: le budget de 2019 était construit sur une prévision de croissance de 5,5% et, en fait, la croissance économique de 2019 sera probablement d'environ 4 %.


Journalistes: Est-il possible d'approuver le budget de l'année prochaine en assumant la responsabilité au parlement?


Ludovic Orban: Nous n'en avons pas parlé, je viens de dire à mes collègues du gouvernement, à mes collègues du parti et aux partenaires de la coalition qu'il est extrêmement important que le budget soit approuvé d'ici la fin de l'année. Cette histoire avec le report au mois de mars de l'adoption du budget uniquement afin de ne pas déclencher de nouvelles dépenses d'investissement pour ... Donc: toutes les autorités locales, toutes les entreprises, tous les citoyens doivent connaître les dispositions de la loi de finances de l'État et de la loi du budget de l'assurance sociale d'État jusqu'à la fin de l'année, afin qu'ils puissent adapter leur action. Les autorités locales doivent adopter leurs budgets dans les meilleurs délais afin de pouvoir déclencher tous les projets d'investissement planifiés pour 2020. Les entreprises doivent connaître très clairement les dispositions de la loi sur le budget d'État. afin qu'elles puissent adapter leur politique d'entreprise. En outre, chaque citoyen, en particulier les employés du secteur public, les personnes qui bénéficient d'une pension ou d'une autre forme d'assistance, doit savoir très clairement à quel revenu elle peut s'attendre en 2020.


Journaliste: pour être approuvé d’ici la fin de l’année, il devrait être prêt pour les finances au plus tard le 15 décembre.


Ludovic Orban: Ce sera prêt.


JournalistE: Sera-t-il prêt?


Ludovic Orban: Certainement.


Journaliste: Le ministre des Finances a commencé ... et a travaillé sur le projet de budget en parallèle, mais il nous a fallu rapidement approuver l'Ordonnance d'urgence concernant la rectification budgétaire et j'ai également expliqué la nécessité absolue d'adopter cette ordonnance urgente de rectification budgétaire. Bien entendu, parallèlement, la construction du budget a commencé l'année prochaine et sera prête à temps.


Journaliste: Mais n'excluez pas la possibilité d`engager la responsabilité si les choses traînent au parlement ...


Ludovic Orban: On verra. Nous aurons des discussions avec tous nos partenaires et des discussions avec les autres groupes qui n’ont pas soutenu l’investissement du gouvernement, pour tenter de les convaincre de finaliser les débats sur le budget et l’adoption de la loi de finances de l’État et de la loi de finances de l’assurance sociale. jusqu'à la fin de l'année.


Journalistes: Que savons-nous actuellement de la procédure législative pour le rapatriement de l'or de la Roumanie?


Ludovic Orban: Veuillez vous adresser au ministre des Finances, Florin Cîţu.


Journalistes: Allez-vous investir dans des titres du Trésor?


Ludovic Orban: Qui moi-même?


Journaliste: Oui, personnel /.../.


Ludovic Orban: Je n'ai pas d'argent à investir, je vis de l'allocation du Premier ministre.


Journaliste: Je profite de votre présence pour vous poser des questions: aujourd'hui, a été publié le résultat des tests PISA de l'année dernière, selon lequel plus de 44% des élèves sont fonctionnellement analphabètes. Comment commentez-vous cela?


Ludovic Orban: Il est clair qu'il est nécessaire d'améliorer la qualité de l'éducation en Roumanie, ce qui devrait être réalisé non pas par des mesures esthétiques, mais par des mesures de substance. Ici, vous savez très bien que le président roumain, avec presque tous les acteurs de l'éducation, du milieu des affaires, ont adopté un document extrêmement important, qui constitue la base de l'action gouvernementale dans la réforme de l'éducation: il s'agit d'une "Roumanie instruite". ", qui jette pratiquement les bases de notre action visant à améliorer de manière significative la qualité de l’éducation en Roumanie.

 

Journaliste: Monsieur le Premier ministre, le salaire minimum augmente-t-il à partir du 1er janvier ou non?


Ludovic Orban: Il va certainement grandir.


Journaliste: Avec 150 lei par brut, ou ...?


Ludovic Orban: Nous analysons et intégrons dans notre modèle les propositions formulées en particulier par les confédérations syndicales et nous prendrons une décision. J'espère le plus tôt possible.


Journalistes: Merci!


Ludovic Orban: avec grand plaisir!

 



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire

  • Galerie de photos

    Galerie de photos

    Des photos des événements et des activités auxquels participe le Premier ministre, et des activités déroulées au palais Victoria

    Lire la suite
  • Communiqués

    Communiqués

    Les communiqués de presse les plus récents sur le travail du Premier ministre et du Conseil des ministres du gouvernement.

    Lire la suite
  • Gouvernance

    Gouvernance

    La situation politique difficile à laquelle Roumanie est confrontée aujourd'hui nécessite la promotion d'un programme gouvernemental doté d'objectifs à court terme qui préparera les réformes nécessaires pour moderniser la Roumanie dans un esprit européen.

    Lire la suite
  • Conseil de Ministres

    Conseil de Ministres

    Le Premier ministre conduit le Gouvernement et coordonne l`activité de ses membres dans le respect des leur attributions

    Lire la suite