Nouvelles fraîches

Jeudi, 24 Nov 2022

Le Premier ministre Nicolae-Ionel Ciucă a participé à l'ouverture de la Conférence nationale "Le communisme roumain"

Discours du Premier ministre Nicolae-Ionel Ciucă à l'ouverture de la Conférence nationale « Le communisme roumain »

 

Nicolae-Ionel Cucă :Mesdames et messieurs les directeurs, Mesdames et messieurs les professeurs, les chercheurs scientifiques, les historiens,

Distingués invités, bonjour !

Je remercie pour l'invitation à participer aux travaux de la onzième Conférence nationale "Le communisme roumain", une activité que j'apprécie, suis et soutiens. Dès le début, je tiens à apporter une précision : ma présence à cet événement reflète deux qualités officielles ; d'une part, je suis avec vous en tant que Premier ministre du Gouvernement de la Roumanie, un État européen qui a traversé la transition du régime totalitaire communiste au régime démocratique de style occidental, qui est maintenant prêt à faire partie intégrante de la grande famille des démocraties occidentales. Le message que nous devons transmettre est que les institutions de l'État roumain sont des institutions démocratiques, solidement ancrées dans le parcours européen et transatlantique de la Roumanie, la seule voie vers la paix sociale et le bien-être économique. D'autre part, je suis avec vous en tant que président du Parti National Libéral, le seul parti historique qui a réussi à corréler trois dimensions essentielles : il a survécu aux horreurs des régimes totalitaires en Roumanie, en particulier les horreurs du régime communiste, qui a détruit l'élite politique, économique et intellectuelle qui a fondé la Grande Roumanie ; il a été rétabli immédiatement après la chute du régime communiste, à l'aube de la démocratie post-décembre, et, surtout, il s'est développé et renforcé au cours des trois dernières décennies par une participation constante à la gouvernance du pays. La vision libérale est à l'opposé de la vision totalitaire de la société.

Il y a une différence essentielle entre la démocratie libérale et le totalitarisme. Au contraire, il existe un lien indissoluble entre libéralisme et démocratie, et la vision proposée par la démocratie libérale coïncide avec la vision stratégique de notre appartenance à l'espace européen et transatlantique. Le message que nous devons faire passer est que l'histoire ne peut pas être oubliée. L'histoire fait partie de notre identité et l'histoire nous enseigne ce que nous devons faire pour préserver la liberté de l'être humain comme fondement de notre existence au sein d'une société démocratique et d'un État européen.

Mesdames et messieurs, le communisme est arrivé en Roumanie par la violence, avec les chars soviétiques. C'était un régime sans fondement dans la structure sociale, qui n'avait rien de commun avec la structure de la culture traditionnelle et les aspirations de la société roumaine. Le régime communiste a été un implant soviétique étranger à la société roumaine. Le communisme a été imposé et placé comme une expression de l'occupation soviétique jusqu'en 1958, plus tard, comme une marque de la domination de l'URSS sur la société roumaine. Comme tout régime totalitaire, basé sur une idéologie basée sur un conflit essentiel imaginaire, le régime communiste en Roumanie a été un régime criminel, il a poursuivi la dissolution et l'uniformisation dans la médiocrité des communautés roumaines traditionnelles, a aplati la société, l'a laissée sans élite ni intellectualité. Pratiquement, l'élite politique, économique et intellectuelle de la nation a été détruite et transférée dans des prisons politiques, déportée à Bărăgan et dans des camps de travail. L'élite de la société a été exterminée par des exécutions sommaires décidées par les odieux tribunaux populaires ou par des déportations directes en Sibérie. Pendant 44 ans, le communisme a systématiquement détruit la fibre de la nation roumaine, tenté de détruire la foi ancestrale, limité et dirigé les élites nouvellement créées, construit des régimes répressifs successifs et des dictatures unipersonnelles.

Il doit être répété avec force et conviction, afin que toute la société roumaine puisse entendre et comprendre : le régime communiste en Roumanie a été un régime criminel, car il cherchait à détruire la liberté et la dignité d'une nation par l'oppression, la suspicion et la violence. Le régime communiste en Roumanie a été un bourreau et le peuple roumain en était la victime. N'oublions jamais cela. Au même titre que tous les autres régimes totalitaires, le régime communiste a conduit à la destruction morale et politique de la nation. Chaque fois que j'en aurai l'occasion, je dirai toutes ces vérités, comme je l'ai fait récemment, à Sighet, au Mémorial de la Douleur  et à Troița Brătienilor, au Cimetière des Pauvres et à la commémoration du 35e anniversaire des émeutes de Brașov, au Parlement. Il y a un risque que les traces et la mémoire du communisme en Roumanie s'estompent. Les effets seraient désastreux. Oublier le mal fait à nouveau triompher le mal. Nous devons veiller à ne pas laisser naître et se développer les germes de nouveaux régimes autoritaires ou totalitaires au sein même de la démocratie occidentale que nous souhaitons renforcer. C'est pourquoi, par des activités comme celles que vous organisez, par de tels discours assumés au niveau officiel et par des actions concrètes pour renforcer la démocratie, nous devons montrer d'où vient le danger dans une société et lutter de toutes nos forces contre toute forme de politique illibérale, populiste, révisionniste ou extrémiste nationale. Mesdames et Messieurs,

Nous devons garder vivante la mémoire de la période du régime communiste en Roumanie. Cela fait partie de notre histoire contemporaine que nous partageons tous, à la fois ceux qui sont nés et ont vécu sous ce régime et ceux qui sont nés dans la liberté et n'ont jamais connu les horreurs d'un régime aussi oppressif et destructeur. Assumer le passé récent et promouvoir l'éducation civique se retrouvent dans les initiatives menées au niveau national, telles que : le Musée des horreurs du communisme en Roumanie, le Mémorial de la Prison du silence et le Centre éducatif sur le communisme en Roumanie de Râmnicu Sărat, un projet inclus dans le Plan national de relance et de résilience, ainsi que le Musée national de la révolution anticommuniste de décembre 1989, à construire à Timișoara. Ce seront tous des musées qui honoreront la mémoire des victimes du communisme et représenteront un témoignage de la lutte du peuple roumain pour la liberté. J'ai également reçu, avec joie et honneur, l'invitation à participer à la construction du Musée des victimes du communisme à Washington DC, au financement duquel la Roumanie contribuera également. Ce sera une bonne occasion de rendre hommage, outre-Océan, à la mémoire de ceux qui se sont battus jusqu'au bout contre un régime dictatorial et criminel. Mesdames et Messieurs,

La meilleure défense contre toute forme d'autoritarisme est de renforcer la démocratie constitutionnelle au sein d'une société démocratique européenne. La consolidation de la démocratie est l'héritage le plus important que nous devons à tous ceux qui ont eu le courage de se révolter contre un pouvoir totalitaire absolu. En tant que Premier ministre de la Roumanie, je me suis engagé à réaffirmer l'action de l'exécutif que je dirige, pour la défense et la promotion de la démocratie, des droits et libertés fondamentaux, de l'État de droit, parallèlement au soutien sans équivoque à la lutte contre les tendances et courants extrémistes, courants révisionnistes et xénophobes, qui empoisonnent la société. Je continuerai à soutenir les projets dédiés à honorer la mémoire des victimes du totalitarisme, ainsi qu'à l'éducation à l'esprit de vérité et aux valeurs fondamentales.

Je vous remercie et vous souhaite une bonne continuation dans vos travaux lors de cette conférence, et je tiens également à remercier les organisateurs pour leur implication et leur ténacité à assurer la cohérence de ce type de conférence. Une bonne journée!



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire

  • Galerie de photos

    Galerie de photos

    Des photos des événements et des activités auxquels participe le Premier ministre, et des activités déroulées au palais Victoria

    Lire la suite
  • Communiqués

    Communiqués

    Les communiqués de presse les plus récents sur le travail du Premier ministre et du Conseil des ministres du gouvernement.

    Lire la suite
  • Gouvernance

    Gouvernance

    La situation politique difficile à laquelle Roumanie est confrontée aujourd'hui nécessite la promotion d'un programme gouvernemental doté d'objectifs à court terme qui préparera les réformes nécessaires pour moderniser la Roumanie dans un esprit européen.

    Lire la suite
  • Conseil de Ministres

    Conseil de Ministres

    Le Premier ministre conduit le Gouvernement et coordonne l`activité de ses membres dans le respect des leur attributions

    Lire la suite