Nouvelles fraîches

Lundi, 29 Juin

Participation du Premier ministre Ludovic Orban à l'Assemblée des membres de la Coalition pour le développement de la Roumanie

Déclarations du Premier ministre Ludovic Orban à l'occasion de sa participation à l'Assemblée des membres de la Coalition pour le développement de la Roumanie


Ludovic Orban: Bonjour! Merci pour l'invitation! Je participe pour la première fois à une transmission du témoin, en course du relais, de M. Pogonaru à M. Petrescu, au sein de la Coalition pour le développement de la Roumanie (CDR). Je n'ai eu aucune influence sur cette décision, vous le savez.
Je vais essayer de répondre aux questions que vous m'avez posées. Quelques choses simples avant. Et je vais commencer par la dernière question: comment voyez-vous la relation avec la CDR et comment voulez-vous l'améliorer? Je conviens qu'il y a toujours place à amélioration, mais d'un autre côté, bien que je n'accepte pas d'avoir comme terme de comparaison autre chose que le possible, le réalisable, cependant, gardez à l'esprit et comparez avec quelles relations vous avez eues avec les autres; et ici, je vous le dis d'emblée, le gouvernement que je dirige est un gouvernement qui comprend très bien que le gouvernement n'est pas un acte de personnes qui ont reçu des révélations à la suite de leur entrée en fonction publique ou reçoivent des ordres du parti quelles décisions prendre au sein de l'économie et de la société.


La gouvernance signifie un dialogue permanent avec l'environnement des entreprises, avec la société civile dans son ensemble et une recherche constante des meilleures solutions, qui apporteront des réponses appropriées aux différentes situations auxquelles une société est confrontée. Et qui aurait imaginé, lors de l'installation du gouvernement que je dirige, le 4 novembre, qu'au lieu de traiter de la dé bureaucratisation, de la numérisation, du soutien à l'investissement et de tout ce qui signifie un partenariat sérieux pour le développement de la Roumanie, nous allions être confrontés à une épidémie, une crise économique, une sécheresse et maintenant il y a aussi des inondations. Cela signifie… bien sûr, rien n'est parfait ici non plus.


Plusieurs fois, nous avons élaboré des actes normatifs dont nous avons adopté la forme finale à quatre heures du matin, parce que les défis étaient tels que nous devions donner des réponses. Si nous attendions de prendre des décisions sur le chômage technique, si nous attendions pour prendre des décisions ... et donc nous étions un peu en retard, car deux cent et quelques milliers de contrats de travail ont été conclus, ce qui ne serait peut-être pas arrivé. si nous n`étions pas parvenus  à adopter un peu plus vite l'ordonnance d'urgence. Quoi qu'il en soit, nous l`avons pratiquement adoptée presque après l`investissement. N'oubliez pas que la mise en place de l'état d'urgence, le réinvestissement du cabinet après la motion de censure, nous l'avons adoptée le deuxième ou le troisième jour.

 

Ma conviction est très claire et très simple: dans un pays où les affaires vont bien, tout le monde va bien et tout le monde a la possibilité de mieux vivre. Les employés ont la possibilité de choisir, ils ont où chercher des emplois, y compris le secteur public peut être mieux payé, l'employé du secteur public dans un pays économiquement développé, le niveau des pensions, malgré le populisme et les propos des partis de gauche, que les retraites peuvent ainsi augmenter, tut d`un coup, sur le papier, il n'y a que deux vraies solutions pour augmenter la pension en tant que pouvoir d'achat: augmenter le nombre d'employés et augmenter le salaire moyen, tous deux basées uniquement sur des politiques de développement, sur des investissements, sur l'augmentation de la compétitivité des entreprises, sur l'augmentation des exportations, sur l'augmentation des capacités de production, sur la concrétisation de toutes les opportunités qui résident dans diverses conjonctures économiques ou par ce qu'est la Roumanie en tant que pays. Ce fut et c'est ma conviction. Pour cette raison, vous pouvez toujours compter sur une ouverture totale au dialogue, sur la réceptivité. On ne peut pas se fier uniquement aux opinions des collaborateurs au niveau du gouvernement, qui à bien des égards, proviennent de l'expérience et des connaissances des équipes administratives ou politiques des ministères ou des équipes politiques, qui pourraient être souvent plus éloignées de la réalité que vous, qui êtes confrontés à des problèmes chaque jour et vous savez très bien ce qui vous dérange, ce qui vous désavantage et ce qui peut vraiment vous soutenir dans la gestion de votre entreprise.


En ce qui concerne les taxes, je ne sais pas si vous le savez, mais l'ANAF n'a pas de service de numérisation, pas de service informatique. La numérisation de l'ANAF est assurée par le département du Ministère des Finances, qui, dans un premier temps, doit probablement numériser le Ministère des Finances. Bien sûr, nous n'attendrons pas la mise en place d'un compartiment. Nous avons ici des objectifs très clairs concernant la numérisation de l'ANAF. Nous avons fait des pas dans cette direction, c'est vrai, petits. D'un autre côté, sachez qu`on ne peut pas faire de grands pas en six mois, dont quatre mois de crise. Il y a eu ici des financements de la Banque mondiale pour la numérisation de l'ANAF. L'argent n'a pas été utilisé. Ici, tous les hommes d'affaires ont été contraints d'acheter des caisses enregistreuses avec transmission d'informations en ligne et pendant trois ans, l'ANAF n'a pas acheté ses serveurs sur lesquels centraliser ces informations. Je ne peux pas vous parler des douanes, ils ont installé des scanners à la douane, dont aucun n'a jamais fonctionné. Ils ont été achetés en tant que meubles, car ceux qui devaient exploitaient ces scanners n'ont jamais eu intérêt à les faire fonctionner.

De quoi sommes nous en train de parler?!
C'est évidemment notre objectif fondamental, la numérisation de l'ANAF. Nous avons suivi des modèles d'autres pays, il y a déjà des modèles que nous pouvons suivre, à la fois d'Europe centrale et orientale, que de l'Ouest. Par exemple, la numérisation des factures qui a été introduite en Italie a eu un résultat absolument spectaculaire, et nous, en tant que pays, ressemblons à l'Italie, en fait, et nous avons une vingtaine de milliers d'entreprises italiennes. Donc, de telles choses peuvent être faites, nous voyons des modèles.


D'un autre côté, on ne peut pas le faire du jour au lendemain. Nous n'avons pas dans la nomenclature des métiers une fonction très recherchée en Occident, à savoir l'architecte, le concepteur d'applications. Nous ne l'avons même pas dans la nomenclature des métiers. On recherche des personnes dans l'administration publique, bien intentionnées et désireuses d'introduire la numérisation, et on en trouve très difficilement. Il est très difficile de former des équipes, et ces équipes sont confrontées à une grande résistance, car la première chose que l`on a à faire est de déterminer, de convaincre le donctionnaire qu'il est également dans son intérêt de numériser toutes les opérations qui ont lieu. et nous devons penser que c'est souvent très compliqué. J'ai entendu parler l`histoir avec l'environnement – venez nous visiter encore l`année prochaine de nouveau. C'est le cas, par exemple, à l'ANRM, chaque année, la licence n'est pas donnée par des arrêtés du  gouvernement, mais d'année en année rendez-nous visite. Ce fut bien cette politique d'une grande partie de ceux qui dirigeaient et de certains membres de l'administration qui se sentent très bien lorsqu'ils sont recherchés pour une chose ou une autre. De toute évidence, c'est un objectif assumé, il se déroulera le plus rapidement possible. Nous avons déjà pris quelques mesures et ces étapes se poursuivront. Quant aux fonds européens, tout d'abord je vous donne un chiffre, le 4 novembre 5,3 milliards d'euros ont été réglés, en sept mois plus de deux milliards d'euros ont été réglés. Bien sûr, nous avons un rythme inégal, mais il y a des situations que nous ne voulions pas. Par exemple, sur POIM, une grande partie de l'argent est de l'argent pour l'expansion des réseaux d'eau et d'assainissement, le reste est de l'argent pour les infrastructures de transport. Je vous  dis que sur le programme d`environnement POS 2, pour l'extension des réseaux d'eau et d'assainissement, presque rien n'a été fait jusqu'à notre arrivée. Nous avons résolu le problème du cofinancement de 6% pour les compagnies des eaux. Nous avons résolu le problème d'inclure comme éligibles les coûts inéligibles résultant de l'augmentation des coûts de main-d'œuvre dus à l'ordonnance 114 pour la zone de construction, nous avons résolu d'autres procédures, seulement nous ne pouvons pas réaliser seuls les projets respectifs tant que les ADI, coordonnées des barons PSD, ne vont pas dans ce sens et n'ont aucun intérêt à signer des contrats de financement et à démarrer des projets, on ne peut pas les faire à leur place. C'est bien ainsi!


En ce qui concerne les infrastructures de transport, nous avons adopté une ordonnance d'urgence avant la motion de censure, si vous vous souvenez, lorsque nous avons été attaqués pour avoir adopté de nombreuses ordonnances d'urgence, et nous avons adopté une ordonnance d'urgence pour clarifier, à partir de en termes de délais, de délais pour chaque procédure. Ex ante, oui? La vérification de la documentation ex ante maximum 15 jours. Si, dans les 15 jours, l'accord sur la vérification ex ante de l'ANAF ne vous est pas accordé, sera puni celui qui s'est occupé de cette question et l`on obtient  automatiquement l'approbation si ... si on ne recoit pas la réponse elle est considérée la documentation approuvée.


Concernant l'évaluation des offres dans les procédures d'appel d'offres. Pour les procédures d'appel d'offres moins complexes, nous fixons un court délai de 15 jours; pour les appels d'offres plus complexes, nous fixons une période d'évaluation de 60 jours. Nous avons aussi essayé de fixer des délais pour le procès à la CNSC et devant les tribunaux, afin que des panels spécialisés en Cour d'appel jugent pour un délai ... Je vous le dis, il y a des enchères qui ont duré cinq ans, cinq ans ! C`est inimaginable ! Comment construire des infrastructures ... L'année dernière, nous avons perdu 300 millions d'euros du Mécanisme pour l'interconnexion en Europe parce qu`on n`a pas finalisé  deux appels d'offres lancés quatre ans plus tôt sur Braşov-Apaţa et Caţa-Sighișoara, sur les tronçons ferroviaires. Nous avons introduit ces réglementations précisément pour simplifier et réduire les délais et pour tenir toutes les personnes impliquées responsables. Bien sûr, ils les ont déclaré inconstitutionnelles, attaquées à la HCCJ. Bien sûr, nous y reviendrons, nous adopterons tout ce qui n'a pas été déclaré inconstitutionnel, juste pour faire avancer les choses en termes d'absorption des fonds européens. Nous avons assisté au premier contrat signé par M. le ministre Boloș, avec une signature électronique - et ce n'est pas une blague, on a tout simplement introduit et sera établie la signature électronique dans toutes les procédures pour la réalisation des projets, tant dans la phase d'adoption que dans la phase de règlement, tout aura lieu en ligne. Telle est notre décision et notre mise en œuvre.

 

Il n'y a pas un jour pour moi pour ne pas essayer de faire avancer des projets et essayer de débloquer différents projets qui, croyez-moi, ont été laissés dans un état absolument scandaleux et embarrassant; des milliards et des milliards d'euros que nous aurions normalement dû absorber il y a deux, trois ou quatre ans, nous sommes maintenant sur les cent derniers mètres à essayer de trouver des solutions pour pouvoir utiliser cet argent. soit pour les infrastructures, soit pour les entreprises.
 

En ce qui concerne l'environnement, il est clair qu'une législation doit être adoptée. Mais avec quel parlement, je vous le demande? Avec ce Parlement, croyez-moi, il n'est pas possible d'adopter une législation très claire et très précise sur le système de gestion intégrée des déchets. Vous savez très bien que ce fut un coup de fouet avec les OTR,  les autorités locales, avec le fait que les règles au niveau européen en matière de gestion des déchets ne sont pas respectées. Vous savez très bien que beaucoup de projets de gestion des déchets sont bloqués, des projets à financement européen, qui traînent aussi dans toutes sortes de processus, on n`a pas obtenu d'accords, les permis d`environnement ont été attaqués - c'est de la folie totale, je vous dis sincèrement. De plus, beaucoup d'entre eux ont été configurés de manière irréaliste et beaucoup d'entre eux sont presque irréalisables et il y a des problèmes qui ont été causés par cela. Galaţi, par exemple, transporte les ordures au site d'enfouissement de Vaslui, un site d'enfouissement dans le département de Vaslui, augmentant de 2,3 fois les coûts de traitement des déchets résultant des activités qui existent dans ce système.


En ce qui concerne l'énergie, il m'est très difficile de vous donner une réponse à cette question, sur les négociations entre les partis politiques, sur l'amélioration absolument nécessaire de la législation en la matière, c'est-à-dire en ce qui concerne la loi sur l'électricité, ainsi que sur le gaz naturel, ainsi que la Loi Offshore. Nous sommes entrés dans l'année électorale et, malheureusement, à l'heure actuelle, presque tous les partis parlementaires ont une conduite strictement dictée par les intérêts électoraux et non par des objectifs importants pour la Roumanie. Quant à nous, nous avons la même ouverture et nous soutiendrons toute amélioration de la législation sur le terrain, ce qui favorisera les investissements. Soit dit en passant, je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais nous avons adopté cette ordonnance d'urgence, qui a échappé à l'attention du public, parce que les médias étaient préoccupés par d'autres questions, des bombes médiatiques et de fausses nouvelles publiées par les uns et les autres, mais nous a adopté une ordonnance d'urgence dans laquelle nous avons annulé l'obligation de négocier l'énergie produite dans de nouvelles capacités de production, obligatoirement via la Bourse, via /.../, donnant la possibilité de réaliser des contrats directs à moyen terme, car de nombreux investisseurs potentiels n`avaient pas confiance au système actuel très difficile, en particulier dans les investissements dans l'énergie verte, car les investissements dans l'énergie verte sont des investissements spéciaux, mais aussi dans d'autres types d'énergie.


Concernant l'IT & C, c'est trop à en parler, je vous dis sérieusement. Bien sûr, nous soutenons le télétravail, bien sûr l'ordonnance d'urgence qui a rendu obligatoire pour toutes les autorités et institutions publiques de communiquer en ligne avec les citoyens, avec les gens, ce n'est pas pendant l'état d'urgence ou pendant l'état d'alerte, c'est une ordonnance qui, si elle n`est pas modifiée par le parlement, génère cette obligation perpétuelle, une obligation connexe d'achat de systèmes, intranet ou applications qui leur permettent, selon le type de service qu'ils exécutent, de pouvoir le faire en ligne .

 

Soit dit en passant, je me souviens et je ne manque aucune occasion de vous le dire, tous les services et produits générés par le gouvernement pendant la crise se sont déroulés en ligne - IMM INVEST, chômage technique, allocation de soutien, certificat d'urgence. Avez-vous déjà imaginé pouvoir obtenir votre certificat d'urgence en moins de 24 heures? Je ne pense pas que quiconque ait imaginé cela. Et tous les produits que nous avons créés sont des produits numériques, grâce auxquels nous avons éliminé le besoin de voyager – que l`on vienne avec les papiers - cela doit évidemment continuer, ce ne sera pas facile de continuer, car ici une grande volonté est nécessaire, qui ne peut pas venir uniquement du niveau politique, mais qui doit provenir de la société, de l'environnement des affaires, de la société civile, de chaque citoyen. Parce que, en fait, la numérisation n'est pas une fin en soi, la numérisation est un moyen d'augmenter la qualité des services fournis aux citoyens, aux entreprises, aux particuliers ou aux personnes morales. Tel est en fait l'objectif. Sans oublier que même pour nous, il est beaucoup plus facile d'évaluer les fonctionnaires subalternes si nous avons un système numérique très clair, dans lequel on doit recevoir un rapport à la fin de chaque mois, pour savoir chacun, quelle tâche il a eue et quelle procédure il devait mettre en oeuvre, autant qu'il le pouvait. Et de cette façon, on a également un système d'évaluation, pas les papiers qui sont faits maintenant chaque année, que tout le monde reçoit selon les beaux yeux et la sympathie que les patrons ont envers eux.

En matière de santé, la santé est une priorité des financements européens. Je le répète, car j'ai vu beaucoup d'informations sur les fonds européens. Bien sûr, la Roumanie pourra bénéficier d'importants fonds européens,  mais très peu viendront cette année. Prenons-les un par un, le budget de l'Union européenne 2021-2027, évidemment, ne sera accessible qu'après le 1er janvier 2021. Nous nous battons, nous sommes dans un lobby très fort, pour que la Roumanie bénéficie des ressources aussi importantes que possible, pour ne pas souffrir du côté de la cohésion, ni du côté de l'agriculture, en particulier le Pilier 1 - investissements dans la capacité de transformation, investissements dans le trjet du producteur au consommateur. Parce que nous avons investi dans le développement des capacités de production, mais nous avons moins investi dans tout ce qui concerne les chaînes au marché. Aujourd'hui encore, par exemple, certains maraîchers se plaignent, par exemple, du sud d'Olt, qu`ils n'auront pas accès au supermarché s'ils ne collectent, sélectionnent, trient, emballent et marquent. C'est le système qui fonctionne. Au moment où ils s'associent et ont la capacité de faire ces choses, de s'associer aussi pour les entrées et les sorties - je regarde les transporteurs - y compris pour le transport - c'est beaucoup moins cher, c'est beaucoup plus raisonnable. Tous les coûts sont partagés avec un plus grand nombre de fabricants et peuvent donner les résultats dont ils ont besoin. Ainsi, la santé - des investissements massifs seront, non seulement dans les infrastructures hospitalières, mais surtout dans tout ce qui signifie la numérisation. J'ai ressenti pendant cette période l'absence de numérisation. La Carte Santé - vous savez très bien que cela n'a pas fonctionné. Il s'agissait, bien entendu, également en ligne, de consultations en ligne, de recourir à d'autres systèmes de règlement, car cela ne fonctionne pas. l`application de carte Santé doit être repensée. Bien sûr, nous avons prolongé maintenant car si nous n`avion pas  prolongeais la validité de la carte de santé à partir du 1er juillet, tous les assurés n`auraient pu rien faire. Les investissements dans les infrastructures seront très élevés, parmi les plus gros investissements seront dans le domaine de la santé, car il est clair qu'en plus de l'Europe intelligente et de l'Europe verte, les investissements dans la santé sont une priorité au niveau européen. Et ici, l'argent proviendra à la fois du programme SURE et du soi-disant Fonds de relance, ou comme on l'appellera: Plan de relance et de résilience. Ainsi, en tant que fonds, en termes de plan de relance et de résilience, l'argent du Fonds de relance n'est actuellement que dans la phase d'une proposition de la Commission européenne, qui doit être adoptée. Cependant, l'argent ne sera accessible qu'après le 1er janvier 2021. Dans toutes les discussions que nous avons eues avec tous les dirigeants européens, c'est en fait le moment. Bien sûr, nous devrons nous préparer d'ici là, bien sûr, nous devons adopter notre propre plan de résilience et de redressement et nous préparer à l'absorber dès que possible, car ces fonds seront absorbés dans un délai plus court. que 2021-2027, très probablement 2021-2022. Et puis nous devrons avoir toutes les demandes de financement, à préparer conformément au plan de résilience et de relance, sur lequel nous avons déjà commencé à travailler et nous vous consulterons bientôt, lorsque nous atteindrons une forme demie finie qui soit soumise à la consultation.

 

Quant au programme SURE, et je dis ici, le programme SURE est une forme de prêt, pas une subvention. Bien sûr, c'est utile, bien sûr, la Roumanie peut bénéficier jusqu'à 5 milliards. Cet argent est utilisé pour des mesures actives, pour Kurzarbeit, mais il est également utilisé pour les dépenses de santé, y compris les dépenses pour la protection de la santé des employés, de sorte que, nous avons vu ici, les règlements pour toutes les dépenses pour la protection sanitaire des employés car il pourrait y avoir des règlements éligibles pour toutes les dépenses pour la protection des employés, dépenses faites par les entreprises. Nous avons également une possibilité de financement, au sein de ce qu'on appelle REACT-EU, où la Roumanie pourra bénéficier d'un montant compris entre 1 500 000 et 1 600 000, mais cette année, un maximum de 120 millions sera disponible, la majeure partie de l'argent sera également disponible en 2021 et nous devons nous y préparer très bien pour pouvoir l'absorber. En 2020, et cela doit être compris de tous, nous avons une situation solide et nous pouvons utiliser l'argent de l'exercice 2014-2020. Telle est la réalité. Pour cette raison, si vous regardez, vous voyez que le déficit a augmenté. Eh bien, comment ne pas augmenter le déficit lorsque les revenus diminuent et en même temps on doit allouer des ressources importantes pour soutenir les entreprises, soutenir les employés et assurer un objectif que nous avons poursuivi comme un fil rouge, l'objectif de fournir des liquidités aux entreprises pendant cette période difficile. Regardez et comparez avec les autres gouvernements. De la mesure la plus généreuse que nous ayons prise, en termes de suspension du paiement des prêts, pour presque tout ce qui signifie un individu et une personne morale, qui ont pu en bénéficier, certainement selon les termes d'un accord avec la banque. Remboursements de TVA, comparons les chiffres de 2020 avec ceux de 2019 et pensez qu'en 2019 nous étions, depuis un an, avec une croissance économique présumée de plus de 5%, et qu'en 2020 nous étions confrontés à une crise, qui a généré beaucoup de problèmes, notamment de liquidité. En congé de maladie, le règlement moyen pour 2019 était inférieur à 100 millions de lei par mois. En mai, nous avons réglé plus de 600 millions de congés de maladie. Bien sûr, nous ne sommes pas encore arrivés au jour, car on ne peut pas récupérer en si peu de temps, comment dire, comme si ceux des Maisons de Santé voyaient les entreprises et se retiraient. Et à plusieurs reprises, ils résolvaient une demande qui avait été faite une semaine auparavant, oubliant une demande qui avait été faite deux ans ou un an et demi auparavant. Mais, évidemment, ici aussi, nous allons changer les choses et les améliorer. Toujours en termes de santé: il ne s'agit pas seulement du plan de financement des fonds européens, la santé a besoin d'un changement majeur. Quelque chose a été fait en partie avec la loi avec le plafond de récupération différencié de 25% sur les innovants, 15% sur les génériques. C'est une mesure que nous avons soutenue et c'est l'une de nos préoccupations en la matière. Bien sûr, c'est une solution temporaire. La législation doit y être définie beaucoup plus clairement. Et je vais vous dire une chose: cependant, il faut plus d'argent pour la santé. Beaucoup d'argent européen viendra, mais il s'agit des revenus actuels. Si l`on regarde les recettes du Fonds pour la santé, on voit qu'il y a moins de sept millions de contribuables, si je ne me trompe pas. Il est très difficile de soutenir un système de santé dans lequel il n'y a presque pas de différence entre les contribuables du Fonds de la santé, selon la contribution qu'ils ont. Et aux services de santé presque tout le monde a accès, même sans payer une contribution minimale à la santé. Et il est clair que l'assurance privée doit être développée ici, il est clair qu'il faut une extension de la base de collecte et il est clair qu'il faut une très forte digitalisation dans le domaine de la santé, sur tout ce qui signifie procédures. La numérisation, y compris au niveau des hôpitaux, numérisation au niveau des services de santé publique, qui doivent rendre transparentes toutes les opérations qu'ils effectuent. L'interconnexion, qui doit exister entre tous les systèmes liés au système de santé. Et ici, évidemment, les choses vont évoluer dans ce sens.


Concernant le tourisme, la question est quelle est la place du tourisme? C'est une place très importante. La Roumanie a presque tout ce dont elle a besoin pour être un pays de destination pour les touristes, pour les touristes de nombreux pays. Mais je vais vous dire honnêtement: ces vouchers sont bons, mais ils sont de subsistance. Et je pense que nous devons promouvoir le tourisme, je pense que nous devons développer l'infrastructure afin qu'il soit beaucoup plus facile d'accéder aux destinations touristiques. La promotion que nous faisons, en plus de la marque de pays que la Roumanie a, doit mettre en évidence les différents endroits qui peuvent être uniques. Je ne sais pas si j'ai donné cet exemple auparavant: nous avons donc le camp de Porolissum, il est quelque part près de Zalău; la route romaine est meilleure que la route communale que l`on doit prendre en quittant la route nationale pour atteindre le camp de Porolissum. Sans oublier que la promotion, de ce camp des Romains qui est, je pense, le plus éloigné du nord-est, pourrait devenir un point d'attraction très important. Nous avons Ulpia Traiana Sarmizegetusa. Heureusement, le manager du site m'a dit lors de la discussion que j'ai eue avec lui, heureusement qu`il y a les étudiants en architecture, beaucoup d'étudiants étrangers, y viennent pour le stage de pratique et font du bénévolat. Ce n'est qu'avec eux que l`on parvient à assurer la conservation du site, dans les conditions où ce site pourrait être valorisé et pourrait même représenter un point d'attraction touristique. Je leur ai posé des questions sur les volcans boueux, qui est un phénomène karstique extrêmement attrayant, ce qui signifie qu'il pourrait être un canal d'attraction. Eh bien, la route départementale est extrêmement mauvaise là-bas, sans parler de promotion ... Je leur ai demandé: combien de touristes avez-vous attiré en 2019? Environ 10 000 à 12 000, c'est à peu près tout. D'autant plus que la Roumanie a quelque chose d'unique, en plus d'un beau pays, nous avons un peuple très accueillant. Presque tous ceux qui viennent dans le pays, en Roumanie, sont émerveillés par l'amitié avec laquelle ils sont accueillis, par la sympathie et l'hospitalité des Roumains. Et je pense que l'hospitalité roumaine doit être une marque que nous pouvons développer au fil du temps, car c'est une marque issue de la réalité, ce n'est pas un arbre de Noël inventé, comme d'autres marques l'ont été au fil du temps. Mais bien sûr, cela dépend aussi de ce qui se passe en politique, dans la vie publique en Roumanie, de ne pas être parmi les derniers parce que nous n'avons pas d'autoroutes, de ne pas être parmi les derniers parce que nous sommes corrompus, de ne pas être parmi les derniers à cause de cela ou d`autre chose. Ne nous faisons pas mal en transmettant des images négatives de la Roumanie à l`étranger. Bien sûr, ici aussi, nous devons transformer  un désavantage en avantage le fait que nous avons tant de Roumains qui sont partis dans les pays européens et beaucoup d'entre eux ont atteint des positions très importantes, à la fois administrativement et économiquement. Et renouer avec eux, et en particulier créer des ponts avec eux, peut nous apporter de nombreuses opportunités pour le développement de la Roumanie.

 

Transport - vous ne m'avez pas demandé - mais je vous dis que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour changer le forfait mobilité. C'est un objectif clairement établi de notre point de vue, avec les Bulgares, c'est plus difficile. J'ai donc une très bonne relation avec le Premier ministre Boiko Borisov, jusqu'à présent chaque fois que l`on a mis  les sujets suivants à l'ordre du jour, sachez que nous nous sommes rencontrés quatre fois au cours de la dernière année et demie, en direct ou en vidéo, et j`ai abordé les sujets suivants, bien sûr: la navigabilité du Danube. Quand je lui ai parlé de la navigabilité du Danube, il a dit: "Oui, très intéressant, mais parlons d'un deuxième pont". J'ai dit: "On parle d'un deuxième pont, c'est très bien, je n'ai aucun problème, mais juste il faut savoir où et comment on le fait et, éventuellement, ce que vous avez dit sur la possibilité de construire une centrale hydroélectrique", c'est plus compliqué, cela doit être déterminé par les entreprises énergétiques. Nous avons parlé de BRUA, qui est encore un projet de grand intérêt, car au départ l'objectif de BRUA était d'être connecté à l'Europe, à / ANAP /, c'était l'objectif, concernant le gazoduc. Et, objectif secondaire, l'exploitation de la Mer Noire pour être connectée à BRUA via le gazoduc Podișor-Tuzla. Et j'ai abordé ce sujet. Bien sûr, j`au reçu beaucoup de sourires, beaucoup d'intérêt, mais en attendant, ils se sont connectés à TurkishStream et, entre-temps, un gazoduc est en cours de construction en contournant la Roumanie, passant par la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie. Ne pensez pas que je n'ai pas posé ces problèmes et je continuerai à essayer de saisir toutes les occasions pour mettre sur la table les sujets de grand intérêt. Ici, je vous le dis honnêtement, je ne comprends pas leur position, sur le Danube et la navigabilité du Danube, nous pouvons gagner ensemble, ce n'est pas un gain unilatéral pour la Roumanie. Ici, quelqu'un leur a appris que si nous naviguons sur le Danube, nous améliorons mieux le port de Constanta. Cependant, le port de Constanta est clairement supérieur à bien des égards. En tant que tel, il ne peut pas concurrencer un autre port dans cette zone.

 

Quant au marché des capitaux, nous avons fait appel à la Cour constitutionnelle de cette ancienne loi des années 30, alors que nous ne vendions pas notre pays. Je suis toutefois convaincu qu'en l'an de grâce 2020, la Cour constitutionnelle déclarera inconstitutionnel cet acte normatif qui est la nuit de l'esprit. De plus, l'économie, en plus des ressources humaines, l'intelligentes est largement basée sur le capital. On ne peut pas compter sur un marché des capitaux développé, avec un statut de marché émergent, normalement nous aurions dû atteindre ce statut il y a longtemps. Et pour cela, il faut d'abord convaincre les entreprises du secteur public, mais pas seulement les entreprises du secteur public, mais aussi les entreprises du secteur privé, qu'il est dans leur intérêt de lister, car c'est une source de financement. La plupart des entreprises sont financées sur le marché des capitaux, seulement après avoir recours au système financier-bancaire, en particulier pour les grands projets d'investissement. Donc ici, l'environnement public et privé doit être stimulé et aidé pour être coté en bourse, afin d'augmenter, comment dire, sa crédibilité, pour pouvoir se financer. Pour être honnête, lorsqu'une entreprise est cotée en bourse, elle tombe dans une autre catégorie, elle bénéficie déjà d'un autre traitement, y compris de ses partenaires. Et pour nous, évidemment, Hidroelectrica, la CEC, nous pensons aussi à l'aéroport, mais maintenant l'aéroport est dans un investissement, nous mettons en œuvre le Plan directeur de développement de l'aéroport, et ici nous devons trouver une forme de financement et voir dans quelle situation cela nous mènera et, en général, toutes les autres sociétés qui peuvent être cotées en bourse, notre objectif est de les coter en bourse et d'aider le secteur privé à s'inscrire en bourse. Je ne peux pas vous donner de réponse sur la protection des consommateurs. J'ai compris que le souhait, c'est qu'en transposant la réglementation au niveau européen non pas de resserrer le système, mais de passer à un système peu réglementé au niveau européen. Personnellement, je ne suis pas partisan, car avnt la sanction il doit y abvoir une loi de prévention, qui est en vigueur et que, malheureusement, beaucoup ne respectent pas. Je suis le disciple ... le rôle d'un contrôle, et cela part aussi de la Bible, on ne veut pas la mort du pécheur, mais sa correction; ainsi que dans le contrôle exercé par l'institution étatique, le rôle doit être d'abord, un rôle de guide, un rôle à travers lequel essayer de le corriger, de lui donner un avertissement, de lui donner un plan de conformité et seulement si l`on ne respecte pas le plan de conformité, on applique la sanction en effet, car évidemment, cela se fait par mauvaise volonté plutôt que par négligence ou par une profonde méconnaissance de la loi. Quant à la relation avec la CDR, tout aussi bonne, non? Merci et excusez-moi si j`ai parlé beaucoup, j`ai mis votre patience à l'épreuve.

 

Éducation - n'attendez pas de réponse de ma part maintenant. Mais soyez convaincus que le président de la Roumanie et moi-même sommes dévoués aux objectifs énoncés dans le plan du président et nous les mettrons en pratique. Mais, pour l'instant, nous devons faire face à toutes sortes ... Une loi est apparue pour donner deux, trois salaires à l`embauche, je ne sais pas combien de salaires ... Je suis surpris qu'ils ne leur aient pas donné de salaire pour le mariage, je ne sais pas combien de salaires à donner à la retraite. Les problèmes de l'éducation sont beaucoup plus profonds et beaucoup plus graves et ne peuvent être résolus en très peu de temps. Mais certaines choses sont claires: un lien avec la réalité beaucoup plus forte, y compris la réalisation du plan de scolarité, le nombre d'inscriptions - doit être réalisé après avoir consulté l'environnement des affaires et les autorités locales, qui connaissent très bien les perspectives de développement, ce qui est recherché sur le marché du travail, le développement réel de tout ce qui signifie la partie pratique de l'éducation, y compris dans les classes I - IV, les classes V - VIII. Par exemple, j'ai étudié une grande partie du système finlandais, qui a quelques exemples qui sont validés par la réalité et qui peuvent être utilisés. Je suis également partisan de mesures plus courageuses. Je veux dire, je vais vous donner un exemple, l'un est la performance d'un enseignant d'un lycée de Brașov - "Andrei Șaguna", dont j'ai obtenu mon diplôme - parce que de bons enfants de bonnes familles y vont généralement. Tandis qu`à un lycée qui n'a pas de tradition, il y a de nombreux enfants, et si l`on y parvient à amener un enfant de la note 5  à la 7 c'est une excellente performance. Ou si on l`amène de la note 3,  de l`incapacité à réussir la  classe jusqu`à la note de réussite, c'est un énorme effort, et cela signifie vraiment une éducation de rattrapage, comme si vous l'appeliez ainsi. C'est-à-dire, y compris une différenciation dans l'évaluation des performances, plus des investissements dans les enseignants, en particulier dans les enseignants qui sont prêts à apprendre. Presque tout le monde de moins de 45 ans a la possibilité d'apprendre, d'appliquer de nouvelles techniques d'enseignement, de s'adapter, de savoir des choses sur les élèves, mais là aussi, des investissements massifs doivent être faits, y compris dans les enseignants et la création d'une masse critique pour qui change l'attitude de la chancellerie, où pour le moment celui qui est réformiste, celui qui a des résultats, celui qui innove, celui qui est aimé des enfants est un peu bafoué dans la chancellerie. Il faut également créer une masse critique dans la chancellerie afin de déterminer véritablement, et surtout une éducation, pour que les parents changent en quelque sorte la perception de ce qui est nécessaire. Et je ne peux pas oublier, par exemple, nous avons un mot: le métier est un bracelet en or. Maintenant, malheureusement, un pourcentage écrasant de parents quand on leur demande ne veulent presque pas faire apprendre un métier à leurs enfants, étant donné qu'il est clair qu'un artisan a même aujourd'hui une chance de vivre mieux que 50% des diplômés d'université, si c'est dans une profession recherchée et, Dieu le sait, on trouve difficilement  aujourd'hui un bon travailleur. Donc,, un changement profond dans l'éducation est nécessaire. Merci et je vous souhaite des affaires aussi prospères que possible! Que vous sortiez de la crise! Dites! Agriculture!


Invité: /.../ Je reviens avec la question de l'agriculture: quels sont les trois objectifs que la Roumanie s'est fixés dans le nouveau plan stratégique national?

 

Ludovic Orban: Eh bien, je vous en ai déjà parlé de deux: les investissements dans la transformation et les investissements dans les chaînes de valeur, donc sur la route entre producteur et consommateur. De toute évidence, un autre objectif que le changement climatique nous fixe: restaurer les systèmes d'irrigation et, en particulier, repenser les systèmes d'irrigation, parce que, je vous le dis honnêtement, la Roumanie est un pays béni de Dieu, qui a des rivières, des ruisseaux et dans de nombreuses régions, nous irriguons en portant l`eau sur la colline. Ainsi, on monte l`eau sur la colline, c'est comme ça: on prend l'eau du Danube et on la monte sur la colline avec 5-6 stations de pompage. Réfléchissez au prix de l`eau  si l`on paie  l'électricité et la sécurité. Il faut donc ici aussi penser en termes d'efficacité. Par exemple, plus de 500 millions ont été dépensés pour creuser des canaux d'irrigation qui partent de nulle par et ne vont nulle part, et le résultat est qu'aucun hectare supplémentaire n'a été irrigué, après avoir dépensé 500 millions. ... Ici on a besoin d'une corrélation très claire avec la source d'eau, on doit penser à l'efficacité du système, chaque investissement que l`on fait dans les réseaux primaires doit être corellé avec des investissements et les réseaux secondaires et surtout, pour garantir que les associations d'irrigants, bénéficiaires des réseaux secondaires, disposent réellement de la volonté et des moyens nécessaires pour mettre en place tous leurs systèmes d'irrigation. Autrement dit, tout doit être pensé comme un système intégré. Il ne faut pas penser  - on va pomper de l'argent sur le réseau primaire, peu importe si l'un des agriculteurs y a intérêt ou non à irriguer. Je vous remercie!

                                                                          ***

 

 

Déclarations à la presse du Premier ministre Ludovic Orban après sa participation à l'Assemblée des membres de la Coalition pour le développement de la Roumanie

 


Ludovic Orban: Bonjour! J'ai eu le plaisir de participer à la réunion de la Coalition pour le développement de la Roumanie, une réunion extrêmement intéressante, au cours de laquelle j'ai eu un dialogue extrêmement bénéfique sur les mesures que nous allons prendre à court et à moyen terme, ainsi que des mesures à long terme, mesures de soutien aux entreprises, mesures de soutien aux salariés et également mesures de modernisation, mesures de développement dans tous les domaines d'activité importants: santé, éducation, infrastructures de transport, fiscalité, absorption des fonds européens . Ce fut un dialogue extrêmement utile, dans lequel chaque représentant des Task Forces au niveau de la Coalition, qui rassemble des spécialistes de premier plan, a proposé des solutions, des propositions, des priorités et m'ont également posé des questions auxquelles je leur ai donné les réponses dans la mesure où le gouvernement a préparé des mesures et des décisions relatives aux questions soulevées.


Journaliste: J'ai vu que le ministre de la Santé, Nelu Tătaru, a dit qu'il pensait à certaines restrictions pour la vallée de Prahova et Littoral, car "la plupart des règles n'y sont pas respectées" ...


Ludovic Orban: Mercredi, je convoquerai tous les ministres et toutes les institutions publiques qui ont des attributions de contrôle, du Ministère des Affaires Intérieures, avec la Police, la Gendarmerie, au Ministère de la Santé, avec les directions de la santé publique, l`Autoritéé nationale pour la protection des consommateurs - ANSVSA, pour faire une analyse du plan de mesures, pour assurer le respect des règles. En effet, il est devenu clair que dans de nombreux endroits les règles ne sont pas suivies et qu'il existe un risque accru de transmission du virus en raison du non-respect de ces règles. Et sur la plage, si au début le règlement était respecté, petit à petit, c'est devenu un gâchis et presque aucune règle n'a été respectée. Bien sûr, je comprends qu'il y a du monde, mais aussi sur les terrasses les règles d'espacement qui sont établies doivent être respectées. Ici, peut-être que nous devons penser à un autre type de programmation pour aller à la table et ailleurs ... On m`a vraiment inquiété, je vous le dis honnêtement, j'ai vu des images dans lesquelles presque aucune règle n'est suivie. Il est très important de suivre ces règles. Et en ce qui concerne les autorités et les institutions de l'État roumain, je leur donnerai mercredi un signal de mobilisation au maximum, car c'est une mobilisation qui est dans l'intérêt du citoyen et qui n'a d'autre but que de défendre la santé et la vie des gens.


Journaliste: Allez-vous restreindre  l'accès à la mer ou à la vallée de Prahova pour cette raison?


Ludovic Orban: Lorsque nous prendrons une décision, nous l'annoncerons.


Journaliste: Vous parliez d'agglomération, j'ai également vu des images de certains dirigeants libéraux, je me réfère ici à PNL Iaşi, qui sur les images, on voit très clairement que la distance sociale n'a pas été respectée, et l'un des membres de votre cabinet, Costel Alexe, a assisté à cette réunion avec 100 personnes.


Ludovic Orban: Pour autant que je sache, c'était une réunion en plein air, dans un lieu extérieur, je n'ai pas assisté à cette réunion, je vais vérifier et, quand je verrai les circonstances, nous prendrons les décisions.


Journaliste: Les restaurants rouvriront-ils le 1er juillet?


Ludovic Orban: Sur cette question, toute mesure d'assouplissement sera débattue dans les structures spécialisées, dans le conseil d'appui technoscientifique, au sein de l'INSP, au sein de la Commission anti-COVID, après quoi nous en discuterons au CNSU et au gouvernement. Si nous prenons de nouvelles mesures de relaxation, nous les annoncerons publiquement. Je vous dis que l'évolution au cours des 10 derniers jours est une évolution qui nous rend très prudents dans les mesures de relaxation ultérieures.


Journaliste: Mais à votre avis, étant donné que le nombre de cas de COVID a augmenté ces derniers jours, pensez-vous qu'il soit approprié que les restaurants rouvrent le 1er juillet?


Ludovic Orban: Vous me demandez un avis personnel.


Journaliste: Votre opinion en tant que Premier ministre, parce que vous avez dit que ...

 

Ludovic Orban: Bien sûr, j'ai des opinions personnelles, mais en tant que Premier ministre, je préfère présenter les décisions adoptées.


Journaliste: Mais ces mesures n'auraient-elles pas dû être prises auparavant, par exemple, pour éviter ce qui s'est passé sur la côte?


Ludovic Orban: Vous savez très bien que le plan de relaxation que nous avons développé avec les spécialistes, avec tous ceux qui ont contribué à ce plan de relaxation, est un plan de relaxation par étapes, tous les 15 jours, et qu'il y a une évaluation nécessaire avant que d'autres mesures puissent être prises dans la manière dont les choses ont été faites dans un délai non nécessairement de 15 jours, mais d'au moins 12 à 10 jours; pour cette raison, nous avons annoncé les mesures un jour ou deux avant l'entrée en vigueur des mesures d'assouplissement. Cependant, en ce qui concerne les mesures de relaxation, il faut certainement du temps pour transposer ces mesures de relaxation et pour appliquer les règles de chaque activité qui ne relève pas de la restriction.


Journaliste: Allez-vous envoyer des contrôles par exemple, au bord de la mer, où, nous avons tous vu des images à la télévision, il ya ces terrasses où, bien qu'elles soient à l'extérieur, il y a 10 personnes, 20 personnes à table? Que ferez-vous au cours de la prochaine période, car il y a également un risque accru?


Ludovic Orban: Présence sur le terrain, mobilisation maximale et présence sur le terrain de toutes les institutions à attributions de contrôle, évidemment, dans le but de respecter les règles, dans le but de déterminer, soit ceux qui mènent les activités soit les citoyens, à respecter les règles.


Journaliste: Est-il possible de réintroduire la quarantaine ou l'isolement pour ceux qui viennent de Bulgarie?


Ludovic Orban: Pas encore. Il s'agit d'un terme d'évaluation, seulement si une période de 14 jours dépasse constamment l'indice de 5% qui a été établi, une telle décision est prise à l'égard d'un pays. Ici, au contraire, nous sommes très attentifs à ce qui se passe au niveau européen.

 

La Commission européenne débat de l’établissement d’une règle sur le traitement des pays; Dans la mesure où la Commission européenne établit une règle, nous adapterons et prendrons la décision qui est prise au niveau européen.


Journaliste: La date des élections locales reste ...?


Ludovic Orban: Certainement, le 27 septembre. Maintenant, il est vrai qu'il y a une légère augmentation du nombre de personnes infectées, en revanche, nous sommes toujours en dessous du plafond de risque. Nous ne sommes que sur nos gardes, nous sommes très prudents et nous essayons d'assurer toutes les mesures qui appartiennent à nos autorités concernant le respect des règles.


Journaliste: Quand le gouvernement adoptera-t-il le nouvel ensemble de mesures sur la reprise économique?


Ludovic Orban: La présentation du programme économique aura lieu mercredi, avec le président de la Roumanie, avec qui j'ai collaboré très étroitement. Et après la présentation du programme économique, notre objectif est que dans un mois maximum nous adoptions tous les actes normatifs nécessaires à la mise en œuvre des mesures du programme.


Journaliste: Qu'advient-il de ce milliard d'euros pour les PME, quand arrivent-ils réellement auxPME?


Ludovic Orban: Nous sommes presque prêts avec le projet d'acte normatif. Vous parlez du milliard qui résulte de la réaffectation des fonds. Nous sommes presque prêts avec l'acte normatif. Très probablement, nous l'adopterons environ une semaine après la présentation du programme.


Journaliste: Y a-t-il une possibilité d'abandonner le quota unique? Parce que de telles informations sont également apparues ...


Ludovic Orban: Eh bien, non, je ne pense pas que vous ayez vu cela dans le discours public d'un libéral. Le Parti National Libéral défend le quota unique. Il s'agit de l'une des mesures libérales les plus importantes, qui ont eu des effets extrêmement favorables pour la Roumanie et nous n'abandonnons aucunement le quota unique.

 

Journaliste: Vous parliez des contributions à diverses assurances maladie tout à l'heure. Vous avez dit que l'un des problèmes de l'infrastructure sanitaire est que tout ce domaine d'investissement est sous-financé. Nous avons seulement sept millions de contribuables et tout le monde a actuellement accès au système et une expansion de l'assiette fiscale serait nécessaire. Dites-nous concrètement ce que vous voulez dire. Une CASS différenciée en fonction des revenus, une augmentation de la CASS en général comme contribution des contribuables en général?


Ludovic Orban: Je vous ai donné une mesure: assurance privée, facultative.


Journaliste: Mais vous avez également parlé d'élargir l'assiette fiscale.


Ludovic Orban: L'extension de l'assiette fiscale, lorsque nous prendrons une décision, nous la rendrons publique.


Journaliste: Y a-t-il des discussions au sein du parti concernant le changement de Nicusor Dan? Il y a eu /.../ rumeurs.


Ludovic Orban: Non, nous avons pris la décision très clairement: Nicușor Dan est le candidat du Parti National Libéral, un candidat qui est également soutenu par nos partenaires. En fait, c'est clair. Vous devez savoir que Nicușor Dan a la capacité de gagner la mairie de la capitale et, ce qui m'intéresse, il connaît les problèmes de Bucarest et a les solutions pour résoudre les problèmes des habitants de Bucarest. Et de notre point de vue, il est vital pour Bucarest de produire un changement profond et le seul qui puisse apporter ce changement pour le mieux est Nicușor Dan. Toutes les spéculations qui apparaissent sur les sources, dans différentes chaînes de presse, sont en effet lancées par ceux dont le terrain a commencé à couler sous leurs pieds après la décision que nous avons prise de soutenir Nicusor Dan.


Journaliste: En ce qui concerne l'augmentation des pensions, nous savons que le ministre des Finances a dit 10%. Nous comprenons que vous souhaitez 15%. Pouvez-vous nous dire si ...


Ludovic Orban: Vous me posez peut-être des questions sur le programme économique, les investissements que nous voulons faire, la forme de soutien aux salariés, les formes de soutien aux entreprises. Lorsque nous aurons une décision à ce sujet, nous la rendrons publique.


Journaliste: Y a-t-il un nouvel ensemble de rigueurs en termes d'organisation d'événements en plein air, et ici je veux dire mariages, baptêmes?


Ludovic Orban: Eh bien, ce sont les mêmes règles qui existaient jusqu'à présent. Il y a des limites qui sont fixées par l`Arrêté du gouvernement. Pour le moment, je n'ai connaissance d'aucun changement.


Journaliste: Et les autorités pensent qu`elles peuvent augmenter le nombre de participants à de tels ...


Ludovic Orban: Bien sûr, nous avons envisagé d'augmenter le nombre de participants, mais nous verrons si cela est encore possible. Je vous le répète, les choses sont simples ici. Dans la mesure où les gens suivent les règles, et pas seulement les gens et les organisateurs de transports publics. Je serais très heureux de voir la police locale, pas nécessairement infliger des amendes aux personnes qui n'ont pas de masque, du moins de leur offrir un masque, si elles n'en ont pas, pour faire quelque chose de proactif pour ceux qui n'en ont pas. Même les restaurateurs, terrasses, peuvent être un peu plus rigoureux en demandant poliment à leurs clients de respecter les règles, car c'est une question qui est dans l'intérêt du peuple. Mais en général, dans tous les domaines d'activité, plus les règles sont respectées, plus le risque de propagation du virus est faible et plus il est possible d'adopter de nouvelles mesures de relaxation. Et mon souhait et celui de mes collègues a toujours été de ne pas adopter d'autres mesures restrictives, de ne pas revenir à des restrictions, mais, au contraire, d'essayer de vivre avec ce virus, en suivant les règles, qui sont des règles simples, qui peuvent être respectées par n'importe qui.


Journaliste: Vous parliez de rigueur. Le Groupe de communication stratégique a envoyé samedi deux chiffres différents. De toute évidence, c'était un pourcentage énorme du nombre de maladies, après quoi il a trouvé une communication dans laquelle il a corrigé. Que se passe-t-il en ce moment?


Ludovic Orban: Pas corrigé, il vous a donné le chiffre.


Journaliste: Le chiffre. Et le premier chiffre était?


Ludovic Orban: Le chiffre était de 12 370 et quelque chose.


Journaliste: Initialement /.../


Ludovic Orban: Parfois, des erreurs peuvent survenir chez un officiel ou un autre, mais on a dit le nombre de tests ...


Journaliste: Oui, mais à /.../ compte tenu des deux heures entre les annonces. Il faut convenir que ce n`est  autorisés, si vous continuez à demander de la rigueur, nous attendons cela aussi du Groupe de Communication Stratégique.

 

Ludovic Orban: Le Groupe Communication Stratégique vous a rigoureusement communiqué toutes les données au fil du temps et ici la rectification est apparue en très peu de temps.


Journaliste: Monsieur le Premier ministre, même lors de ces élections, le PNL n'a pas réussi à avoir des candidats communs à droite. On voit qu'USR a déjà annoncé ses candidats pour les secteurs de Bucarest.


Ludovic Orban: Que voulez-vous dire, le PNL n'a pas réussi à avoir des candidats communs à droite? PNL a pris la décision ...


Journaliste: Il y a eu des discussions ...


Ludovic Orban: Donc, le Parti National Libéral a décidé de soutenir la candidature de Nicusor Dan.


Journaliste: Oui, mais que faites-vous des conseils sectoriels, qui sont également importants?


Ludovic Orban: Bien sûr, je voudrais que nous alions dans la même formule pour les secteurs, avec la seule condition que nous ayons avec qui prendre cette décision.


Journaliste: Vous dites que ceux d'USR n'ont pas été ouverts. Qu'est-il arrivé? Pourquoi les négociations ne se sont-elles pas déroulées?


Ludovic Orban: Nous n'avons pas annoncé nos candidats aux mairies de secteur.


Journaliste: Il est possible de prendre des restrictions au niveau local si, bien sûr, le nombre d'affaires est imposé /.../
 

Ludovic Orban: Eh bien, non, c'est sûr, l'analyse sur chaque localité, sur chacune, ce sont ... Nous avons la mesure de quarantaine à notre disposition. Nous pouvons prendre certaines mesures locales, par le biais du Comité des situations d'urgence au niveau local ou du département, s'il s'agit de département. Ce que nous suivons de très près, c'est la façon de  propagation et je dis depuis une semaine que ce qui n'est pas très bon, c'est que les personnes infectées ne sont pas nécessairement dans certaines zones infectées. Il semble y avoir une propagation dans la communauté et il n'y a pas de cas cumulatifs dans certaines propagations. Et c'est pourquoi nous avons demandé aux directions de la santé publique d'accélérer les enquêtes épidémiologiques pour déterminer les contacts, afin qu'ils soient isolés et ne transmettent pas le virus à la communauté. Je vous remercie!



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire

  • Galerie de photos

    Galerie de photos

    Des photos des événements et des activités auxquels participe le Premier ministre, et des activités déroulées au palais Victoria

    Lire la suite
  • Communiqués

    Communiqués

    Les communiqués de presse les plus récents sur le travail du Premier ministre et du Conseil des ministres du gouvernement.

    Lire la suite
  • Gouvernance

    Gouvernance

    La situation politique difficile à laquelle Roumanie est confrontée aujourd'hui nécessite la promotion d'un programme gouvernemental doté d'objectifs à court terme qui préparera les réformes nécessaires pour moderniser la Roumanie dans un esprit européen.

    Lire la suite
  • Conseil de Ministres

    Conseil de Ministres

    Le Premier ministre conduit le Gouvernement et coordonne l`activité de ses membres dans le respect des leur attributions

    Lire la suite