Nouvelles fraîches

Jeudi, 30 Décembre 2021

Point de presse à l'issue de la réunion du gouvernement le 30 décembre 30 décembre 2021

Dan Carbunaru : Bonjour ! Bienvenue. La réunion du gouvernement s'est terminée récemment, au visé à atteindre les objectifs et les étapes que la Roumanie devait atteindre dans le cadre du Programme national de relamce et de résilience, objectifs assumés pour le quatrième trimestre de cette année. Je présenterai les détails de ces objectifs et jalons atteints avec l'aide du ministère chargé de leur suivi et de leur mise en œuvre, le Ministère des Investissements et des Projets européens, plus précisément, M. le ministre Dan Vilceanu. Je serai également accompagné du ministre de l'Éducation, M. le professeur Sorin Cîmpeanu. Il vous présentera l'un des éléments clés liés à la mise en œuvre du PNRR, qui sont liés à l'éducation et à la « Roumanie éduquée ». Quelques détails relatifs à une série d'actes normatifs, ainsi que ceux que j'ai évoqués plus haut, concernant le PNRR, approuvés aujourd'hui lors de la réunion du gouvernement ; je disais, l'approbation du Programme national de réduction du décrochage scolaire, M. le ministre Cîmpeanu donnera des détails immédiatement. Arrêté approuvant également le programme d'action pour le développement de l’infrastructure ferroviaires et le transfert modal vers les flux ferroviaire et de transport de passagers. Il s'agit de en bonnes conditions des objectifs de réforme assumés par le PNRR concernant l'augmentation du trafic ferroviaire d'au moins 25 % d'ici 2026. Nous avons également des arrêtés concernant toute une série d'expropriations nécessaires au bon déroulement des travaux d'infrastructure, une ordonnance d'urgence modifiant et complétant la loi sur l'approvisionnement en eau et l'assainissement. La Roumanie dispose, dans les années suivantes, à travers le PNRR, de près de 1 milliard d'euros ; 968 millions, plus précisément, pour la gestion durable du secteur de l'eau et des eaux usées, afin d'augmenter l'accès des citoyens aux services de fourniture d`eau et d'approvisionnement en eau et de canalisation.

Je serai à votre disposition, si vous le souhaitez, avec des détails relatifs aux autres actes normatifs. Mais parce que la plupart, comme je vous l'ai dit, font partie des priorités assumées par la Roumanie et annoncées publiquement à plusieurs reprises par le Premier ministre Nicolae Ciuca en lien avec la détermination de la Roumanie finaliser les engagements pris dans le cadre du PNRR, pour le 4ème trimestre de cette année, je demanderai à M. le professeur Sorin Cîmpeanu de m'accompagner, un rôle important dans la réalisation de ces objectifs et jalons, professeur, et je vous demanderai de présenter les détails liés aux solutions pour le décrochage scolaire.

Sorin Cîmpeanu : Bonjour ! Merci! Oui, je pense qu'aucun des objectifs du PNRR ne peut être atteint sans l'éducation. L`Arrêté du gouvernement adopté aujourd'hui est extrêmement important car il vise un objectif majeur du projet "Roumanie éduquée" - réduire le décrochage scolaire. Étant donné que la Roumanie a proposé pour 2020 d'atteindre un seuil maximum de 11,3 % de décrochage, seuil qui, malheureusement, n'a pas atteint, car le taux de décrochage en 2020 était de 15,6 %, la réduction du décrochage scolaire est un élément essentiel, d'autant plus que, à la suite de la crise sanitaire, ce phénomène de décrochage scolaire montre des tendances à la croissance, au lieu d'enregistrer, comme nous l'avons supposé, des baisses dans des chiffres qui sont encore très importants et nous placent aux dernières places en Europe, de ce point de vue. Pour cette raison, la décision du gouvernement d'aujourd'hui est extrêmement importante. Il bénéficiera d'un financement de 543 millions d'euros. Il s'agit d'une composante non remboursable du PNRR.

Ce programme national de réduction du décrochage scolaire devra être mis en œuvre dans les plus brefs délais. En ce sens, d'un point de vue formel, le jalon avec le numéro 462, volet 15, volet éducation, Réforme 3 est atteint, il s'agit de la réforme des écoles pour réduire le décrochage scolaire, Investissement 4.

 Ce soir également, j'ai envoyé au Journal Officiel l'Arrêté ministériel pour la mise en œuvre du MATE, le mécanisme d'alerte précoce dans l'éducation. Les deux documents, la décision du gouvernement et l'arrêté ministériel seront publiés aujourd'hui au Journal officiel. Nous avons également transmis la liste des 3.235 écoles identifiées comme éligibles, dans le sens où, malheureusement, elles présentent le plus grand risque de décrochage scolaire. Parmi ces 3 235 écoles qui seront publiées aujourd'hui au Journal Officiel, début 2022, nous sélectionnerons au moins 2 .500 écoles à risque de décrochage avec le risque le plus élevé. D'ici mars, au moins 750 des 2 500 écoles qui seront identifiées pour un financement devront déjà recevoir un financement et le programme sera opérationnel. Il s'agit d'un programme intégré qui accorde des subventions pouvant aller jusqu'à 200.000 € pour chacune de ces écoles. Je précise que ce sont des écoles avec un petit nombre d'élèves, je précise que ce sont des écoles rurales, où, par rapport aux données que je vous ai présentées, 15% en moyenne nationale, mais en milieu rural, le taux de décrochage en 2020  était de 26 %, les trois quarts de ces écoles sont donc des écoles rurales qui seront prioritaires dans l'attribution de ces bourses. Il s'agit d'interventions, non seulement du point de vue des actions correctives, du point de vue d'offrir des opportunités qui seraient pour la première fois pour les écoles rurales, il s'agit de l'accès via une plate-forme en ligne à l'enseignement dispensé par les meilleurs enseignants de Roumanie, peut être accordés et des formes de soutien matériel - ce sont l'achat d'équipements sportifs, de matériel informatique, bien d'autres choses qui manquent à ceux des zones rurales et qui pourraient les amener à ne pas quitter l'école.

Un autre objectif, qui soutient l'objectif principal, est de réussir l'examen d'évaluation national et la transition l`école secondaire  au lycée. Toutes ces écoles, 3 235 écoles éligibles, sont des écoles primaires et secondaires. Le programme d'enseignement du lycée s’occupe le programme ROSE - Romania Secondary Education  C'est donc un programme qui, s'il est mis en œuvre comme nous le souhaitons, sera, pour la première fois, la première fois que nous ressentirons des effets majeurs qui se traduiront par une réduction du taux de décrochage dans ces écoles qui bénéficieront du financement. En plus des bourses pouvant aller jusqu'à 200.000 euros, il y a aussi la formation de 45.000 enseignants du point de vue du décrochage scolaire, afin de sensibiliser nos collègues enseignants aux éléments qui génèrent le décrochage scolaire. Comme je vous l'ai dit, ce sont des actions intégrées et nous avons bon espoir que ce programme atteindra ses objectifs. En même temps, avec l'arrêté ministériel, que j'ai dit avoir envoyé au Journal officiel ce soir, j'ai signé deux autres arrêtés ministériels - le Ministère de l'Éducation. Il s'agit de l'arrêté ministériel par lequel, 10 ans après l'entrée en vigueur de la loi 1, le processus d'évaluation des écoles doctorales a été achevé - il s'agit d'environ 50 établissements organisant des études universitaires doctorales, l'Académie roumaine, plus 47 universités d'État, plus deux universités privées . Dans ces 50 institutions est organisée l`école universitaire doctorale. Il y a cinq établissements qui n'ont pas été évalués, quatre d'entre eux n'ont pas voulu s'organiser, de déposer un dossier d'évaluation, ils ont renoncé à l'organisation des études doctorales, et le cinquième a opté pour une évaluation par une agence étrangère. Dans les 50 établissements organisant des études doctorales, il existe 189 écoles doctorales, dans ces 189 écoles doctorales, il existe 398 domaines doctoraux. Parmi ceux-ci, 35 domaines doctoraux opérant dans 16 universités ont reçu une accréditation conditionnelle, soumise à évaluation après un an maximum. Sur les 363 domaines doctoraux qui ont été accrédités selon la méthodologie, un certain nombre de 73 domaines doctoraux opérant dans 35 universités seront également évalués après une période de trois ans afin de répondre à tous les indicateurs de qualité. Une précision importante - la Roumanie est ainsi le 15e État de l'espace européen de l'enseignement supérieur, qui procède à une évaluation des études doctorales. Seuls 15 des 49 États l'ont fait. L'évaluation a couvert également des indicateurs liés à l'éthique et à l'intégrité académique. C'est un message important que la Roumanie donne en la matière.

Un autre arrêté ministériel tant attendu, je l'ai également signé : après une interruption de deux ans de tous les concours olympiques et scolaires internationaux et les compétitions scolaires internationales j'ai signé ce soir l'arrêté ministériel par lequel ces concours olympiques et ces compétitions scolaires pourront reprendre. . C'est un nombre de 76 olympiades et compétitions internationales, auxquelles s'ajoutent 34 olympiades et compétitions nationales reconnues par le Ministère de l'Éducation. Il y a deux annexes. Dans la première annexe figurent ceux qui sont également financés par le Ministère de l'Éducation. En outre, des éléments de nouveauté, ainsi que les concours olympiques classiques de mathématiques, de chimie, de physique, nous avons introduit  pour ces compétitions olympiques la robotique, pour la créativité et l'innovation. Je considère qu'il est important, le Ministère de l'Éducation soutiendra également le financièrement de l'organisation de ces compétitions olympiques et concours. De plus, nous envisageons, sur la base de l'expérience acquise pendant la crise sanitaire, la possibilité d'organiser ces compétitions en format en ligne, si la situation l'exige, c'est donc une garantie que le Ministère de l'Éducation soutiendra, quelle que soit l'évolution de la situation, le déroulement de ces compétitions scolaires. Merci!

Dan Cărbunaru : Merci moi aussi, Monsieur le Ministre ! Si vous avez des questions pour M. le ministre de l'Éducation, s'il vous plaît. Journaliste : Je voudrais vous demander ce que les écoles peuvent faire avec des subventions allant jusqu'à 200 .000 euros, dans quoi l'argent peut-on investir ?

Sorin Cîmpeanu : Il s'agit du financement des activités de rattrapage, il s'agit du financement des activités périscolaires. Par exemple, les enfants de ces écoles peuvent participer à des camps, ils peuvent participer à toutes sortes d'événements qui seront éligibles pour ce projet. Il s'agit de l'achat de matériel de sport, de matériel informatique et même, je ne sais pas, d'articles vestimentaires, alors j'ai dit qu'un soutien matériel direct est possible, au profit des élves et de leurs familles. Il s'agit aussi de financer des activités de médiation scolaire, très importantes pour ces écoles. Il s'agit de financer les activités d'assistance psychopédagogique supplémentaires, nécessaires après toute cette période, surtout dans ces milieux où nous avons affaire à des communautés défavorisées, où nous avons affaire à des élèves ayant des besoins éducatifs particuliers.

 Journaliste : Souvent, les enfants ne viennent pas à l'école pour de simples raisons, ils n'ont pas de nourriture, de fournitures et de transport. Vous occupez-vous aussi de ces choses ?

Sorin Cîmpeanu : Toutes ces activités seront éligibles dans la limite de ce montant de 200.000 euros. Il s'agit d'un montant généreux, étant donné que le nombre moyen d'élèves dans ces écoles est de 100 à 128 élèves par école. De plus, il s'agit d'un financement séparé, au-delà de la limite de 200.000 euros, de la formation des enseignants, afin de savoir intervenir dans ces situations à haut risque de décrochage scolaire.

Journaliste : J'aimerais aussi savoir ce que vous pensez du certificat vert au travail ? Comment pensez-vous que les enseignants réagiront si jamais il est adopté ?

Sorin Cîmpeanu : Je ne fais pas d'hypothèses. C'est une décision du gouvernement. Selon la décision du gouvernement, je vous ferai part du niveau d'impact sur le système d'éducation. Reporter : Mais seriez-vous d'accord avec l'adoption du certificat vert ?

Sorin Cîmpeanu : Je suis d'accord avec tout type de mesures qui permettent à l'école de fonctionner avec une présence physique, car la numérisation est un objectif majeur pour le système éducatif en Roumanie, c'est un objectif majeur pour le système éducatif dans n'importe quel État du monde, mais aucun État du monde à l'heure actuelle ne peut dire que les cinq conditions de base sont réunies : disponibilité généralisée des équipements, connectivité généralisée - la deuxième -, formation de tous les enseignants dans une perspective de pédagogie numérique - troisième -, contenu numérique pour tous des matières adaptées à chaque niveau d'études - quatrième - et des plateformes d'évaluation dédiées pour l'enseignement en ligne. Ces conditions ne sont remplies simultanément dans aucun État du monde ou en Roumanie. La présence physique est nécessaire jusqu'à ce que nous les réalisions. La présence physique exige la sécurité sanitaire dans les écoles. La vaccination, les tests et le respect de toutes les règles de protection de la santé sont requises pour la sécurité sanitaire dans les écoles. Journaliste : Maintenant, avez-vous une idée du pourcentage d'éducateurs vaccinés ?

Sorin Cîmpeanu : Merci beaucoup pour cette question. Ainsi lors du dernier sondage du système éducatif, le taux de vaccination des personnels de l'éducation était depuis longtemps supérieur à 70 %. Cependant, dans l'éducation, nous avons plus du double de la moyenne nationale en termes de vaccination, nous avons donc des enseignants et du personnel responsables de l'éducation.

Dan Cărbunaru : Merci ! Si vous me le permettez, j'ajouterais ici la rencontre que...

Sorin Cîmpeanu : Nous avons un nombre important d'écoles dans lesquelles le taux de vaccination est de cent pour cent. Les établissements d'enseignement et les écoles sont les seules institutions en Roumanie où nous avons le degré de vaccination connu dans chaque école.  Merci !

 

 

 

 

Dan Cărbunaru : En ce qui concerne les mesures, aujourd'hui encore, le Premier ministre, avec le ministre de la Santé, ont eu une réunion avec les représentants des médecins de famille de Roumanie, le Collège roumain des médecins, juste pour mettre en place les meilleures mesures dans la gestion du pandémie. A cette occasion, même les représentants des médecins de famille ont déclaré que plus de 90 % d'entre eux sont déjà vaccinés et étaient même prêts à continuer d'appeler les Roumains à se faire vacciner. Plus d'un million de citoyens roumains sont déjà vaccinés dans les localités où se trouvent les médecins de famille, et à cette occasion, les nouvelles mesures envisagées par le Ministère de la Santé, les nouveaux protocoles de traitement et la tentative d`apporter au plus près du domicile des gens l’accès aux services médicaux de quaité y compris par l'intermédiaire de médecins de famille. D'autres questions, s'il vous plaît, pour le ministre de l'Éducation.

Journaliste : Je voulais vous demander quel est l'objectif, comment avez-vous dit que vous avez eu un objectif de décrochage de 11% et avec cette injection de capital, de combien voulez-vous le réduire et quel taux voulez-vous atteindre ?

Sorin Cîmpeanu : L'objectif de réduction du décrochage scolaire à l'horizon 2030 est de 9 %. C'est un objectif difficile à atteindre, mais grâce au bon déroulement de ce programme national de décrochage scolaire, c'est possible. Il est cependant très difficile, car, encore une fois, les mesures doivent être intégrées et finalement liées au niveau de développement de la Roumanie.

Journaliste : Concernant la reprise des olympiques je voulais vous demander quand ils reprendront, étant donné que le mois prochain nous attendons la vague 5. Cette année scolaire ou la prochaine année scolaire ?

Sorin Cîmpeanu : Les compétitions olympiques internationales commençaient toujours au printemps de chaque année. Ainsi, je l'ai dit, après deux années d'interruption, 2019 - 2020, 2020 - 2021, au printemps 2022 reprendra l'activité compétitive au niveau des olympiades scolaires et des compétitions.

 Journaliste : Et une dernière question sur Internet. Les élèves resteront à la maison ou seront connectés depuis l'école pour éviter, je sais, n'importe quoi...

Sorin Cîmpeanu : Pouvez-vous me demander des précisions ?

Journaliste : Vous avez dit que les élèves devraient participer aux compétitions olympiques en ligne.

Sorin Cîmpeanu : Il s'agit du fait que plusieurs olympiades internationales ont eu lieu, dans cette année scolaire et se sont  terminée, en ligne. Il est donc nécessaire que la Roumanie aussi se connecte à cette pratique internationale, afin d'offrir aux élèves  roumains la chance de participer à ces olympiades et compétitions internationales. Journaliste : Merci.

Dan Cărbunaru : Merci. S'il n'y a pas d'autres questions pour M. le ministre de l'Éducation, Sorin Cîmpeanu, merci encore, Monsieur le Ministre, et je demande à M. le ministre de l'Investissement et des Projets européens, M. le ministre Dan Vîlceanu, de se joindre à nous. Ces dernières semaines, sa présence est devenue une habitude lors des briefings après la réunion du gouvernement, car il s'agissait d'un effort soutenu pour accomplir toutes les responsabilités que la Roumanie a assumées d'ici la fin de cette année. M le ministre, s'il vous plaît.

Dan Vîlceanu : Merci beaucoup. Aujourd'hui c`est un autre moment où le gouvernement de la Roumanie prouve qu'il traite avec le plus grand sérieux et a assumé le rôle actif et important que nous avons dans l'opérationnalisation et la mise en œuvre des actions du PNRR. Je pense que nous avons surmonté les moments où nous parlions de renégociations ou d'autres discussions liées au PNRR et nous prouvons aujourd'hui, je pense, que nous avons prouvé aussi jusqu'à présent, mais encore aujourd'hui, encore plus, que nous nous concentrons sur la mise en œuvre de ce programme, qui signifie des réformes attendues des Roumains depuis 30 ans et des investissements très importants pour chacun de nous. Ce qui est important, c'est que, pour les jalons que nous devions atteindre d'ici décembre 2021, nous ayons réussi à atteindre ces jalons, tous les jalons qui dépendaient du Gouvernement de la Roumanie. Je fais cette remarque ici, car il y a trois jalons qui représentent une discussion inachevée entre la BERD et le FEI.

Une fois cette discussion finalisée au niveau de la Commission et ces accords de garantie et de contribution mis à notre disposition, nous pourrons alors atteindre cette étape. Mais, encore une fois, je tiens à souligner qu'il n'y a pas de jalons liés à une volonté ou à des problèmes liés au gouvernement de la Roumanie. Aujourd'hui, nous avons franchi 7 jalons - et je me réfère ici l`Ordonnance d`urgence sur la loi des services d'approvisionnement en eau et de canalisation, 241 de 2006, le Stratégie de développement de l`infrastructure ferroviaire 2021-2025. Ce jalon, lié à la capacité de production de charbon déclassée, est atteint et nous avons reçu les documents l'attestant. Aujourd'hui également, nous avons opérationnalisé ce groupe de travail du Ministère de la Recherche, de l'Innovation et de la Numérisation et adopté l`Arrêté du gouvernement d'approuver la Stratégie de cybersécurité. On a adopté le mémorandum sur la convention de financement entre le Fonds européen d'investissements et le Gouvernement de la Roumanie pour la création du Fonds de capital de risque..Il y a quelques jours, également, le Ministère du Travail et de la Solidarité sociale a publié au Journal officiel cet arrêté sur le Comité de travail, sur l'amendement et une nouvelle loi sur les retraites. Parallèlement, le Ministère de la Santé a publié il y a quelques jours l'arrêté concernant les critères de priorisation de ces centres de permanence. Aujourd`hui on a adopté aussi l’Arrêté du gouvernement l`'abandon de l'école et, comme le ministre vous l'a dit, l'arrêté sur ces critères a également été adopté aujourd'hui. Six autres objectifs avaient déjà été atteints, et voici un bref aperçu. Je pense à la mise en place du CNIR, au Ministère des Transports, à l'entrée en vigueur de la loi relative à la sécurité des réseaux 5G, à la Cellule de mise en œuvre de la réforme au Ministère de la Recherche, de l'Innovation et de la Numérisation. Les caisses enregistreuses du Ministère des Finances - à l'ANAF et aussi l'ordonnance gouvernementale sur les flux financiers du PNRR et, au Ministère de la Justice, l'entrée en vigueur de l`Arrêté du Gouvernement  sur la stratégie anti-corruption.

Pratiquement, ce sont les 21 jalons que nous devions atteindre avant  la fin de l'année. Une précision que je veux faire concernant le contrat de la consultance  pour la Loi des pensions – on a adopté lors de la réunion antérieure un mémorandum qui précise très clairement, quel est le moment du contrat pour cette consultance.  Pratiquement, grâce à ce mémorandum, nous avons assumé au sein du gouvernement que la consultance  sera contractée avec la Banque mondiale.

Dan Carbunaru: Merci beaucoup, M. le ministre. Je suis convaincu qu'il y a des questions. S'il vous plaît!

Journaliste: Bonjour! L'agriculture n'a reçu aucun leu par le biais de PNRR. Le programme peut-il encore être optimisé, comme le ministre de l'Agriculture, Adrian Chesnoiu, a déclaré? Il a dit qu'il n'y renonce pas.

 Dan VîlCeanu: Nous verrons si à l'époque de 2023, nous pouvons introduire des investissements dans l'agriculture au PNRR. Mais comme vous le savez, dans le PNRR, ces investissements sont liés à certaines réformes et une fois que le PNRR a été approuvé et négocié, il est très compliqué de venir après introduire de nouvelles réformes. Pratiquement, pour pouvoir y introduire  l'agriculture, nous devrions également introduire des réformes dans l'agriculture. C'est plus compliqué.

Journaliste : Alors doit y renoncer..

 Dan VîlCeanu: Non, je ne dirais pas cela, mais je veux vous dire que le PNRR n'est qu'un outil d'attirer des fonds européens. Il existe de nombreux autres outils, il existe des programmes opérationnels futurs où l'agriculture, comme vous le savez, a une composante assez importante - nous parlons de la politique agricole commune et, dans ce cadre budgétaire de l'Union européenne et dans le cadre futur, l'agriculture bénéficie de montant très imp[otants.

 Dan Carbunaru: Merci beaucoup!

Journaliste: Bonsoir, M. le ministre! Je vous demande, en ce qui concerne ce mémorandum la consultance de la Banque combien de temps environ le contrat pourrait être prêt? En Janvier, je suppose. Deux, trois semaines de retard?

Dan Vîlceanu: Il ne s`agit pas de retard. Nous avons adopté ce mémorandum par lequel nous noua assumons que le contrat sera avec la Banque mondiale, mais quand nous parlons de la Loi des pensions ou la réforme des retraites en Roumanie, il y a des questions qui doivent être centralisées. Parce que nous parlons, d'une part, d`une nouvelle loi sur les retraites dans le système public, mais aussi la modification des lois sur les retraites dites - je me réfère aux magistrats, le personnel navigant et ainsi de suite, toutes les autres catégories de pension. Et la réforme des retraites les implique toutes, non seulement les pensions dans le système public, et alors à travers ce mémorandum, on a également constitué le modèle dont chaque institution s lequel chaque institution désignera un représentant, de sorte que dans ce comité, nous ayons un point de vue de chaque bénéficiaire de la réforme dans le cadre de la réforme des retraites, au niveau de toutes les institutions.

Journalister: Et en Janvier quy a ici un retard, car elle devrait êtrevenir en Décembre.

Dan Vîlceanu: Ce n'est pas un retard. Les tranches d'argent seront reçues quand nous aurons eu cette mission de vérification de la Commission, qui a lieu tous les six mois. Donc, pratiquement, la mission de vérification aura lieu en Mars. Mais jusque-là, jusqu'à la mission de vérification sur la réalisation des et et les objectifs, nous avons des discussions permanentes avec la Commission et nous avons dans ces discussions des jalons intermédiaires que nous avec la Commission. Journaliste: Cela signifie que les 1,9 milliard  ne viennent plu,. je sais qu'ils ont dû entrer ... Dan Vîlceanu: Si vous faites référence à la partie du prêt?

Reporter: Prêt, exactement.

Dan Vîlceanu: La première tranche du prêt nous aurions pu recevoir cet argent, mais au niveau de la Commission, à partir du 20ils sont entrés  en vacances et sans doute l'argent va entrer dans la première partie de Janvier. Dan Carbunaru: Avec la mention que la Roumanie a rempli toutes les procédures qui en dépendent en tant qu'Etat membre.

Dan Vîlceanu: C`est une question qui ne tient pas de nous.

Journaliste: Je comprends, donc on ne l`attend  pas en Mars, non? Il viendra théoriquement en Janvier.

Dan Vîlceanu: Ah, non, non. La première tranche du prêt peut entrer au momen où serea repris travaildu  à la Commission européenne. Comme vous le savez, nous avons également adopté l'ordonnance de prêt PNRR.

Journaliste: Et je veux vous demander une chose pourquoi le Premier ministre Nicolae Ciucă a déclaré aujourd'hui, qu'il avait pris en charge le suivi des PNRR, le Premier ministre?

Dan Vîlceanu: Il a dit que se passera, ça va se passer.

Journaliste: D'accord ... donc.

Dan Vîlceanu: Mais il y a une question déjà. Il y a un comité interministériel sur le suivi du PNRR, qui ...

Journalister: Ne devait-il être fait au sein du Ministère des fonds européens? Pour les investissements européens ?

Dan Vîlceanu: Le Ministère des investissements et des projets européens est le ministère de la coordination. Au sein de ce Comité Interministériel, le Premier ministre est le président de ce comité et le ministre des Investissements et des projets européens est vice-président de ce comité. Il est normal d'être ainsi et savoir qu'il y a un comité qui est également précisé dans le PNRR.

Jurnaliste: Donc, il n'y a pas de contrariété, car il semblait comme ceci: Monsieur, a on eu des retards, je prends le contrôle, donc je serais sûr.

Dan Vîlceanu: Il est pas de contrariété c`est strictement des procédures de PNRR.

Dan Carbunaru: Merci, d'autres questions, s`il y en a, sinon sinon, merci beaucoup pour la présence, remercons aussi ceux qui sont restés avec nous jusqu'à cette heure et je vous souhaite une bonne soirée!



 Răspundem cetăţenilor

qa

Una dintre întrebările frecvente este cea privind salarizarea diverselor categorii de personal. Astfel, Andrei din Bucureşti a vrut să ştie cum sunt calculate salariile...

Lire la suite-->
Barbu CatargiuApostol  ArsacheNicolae KretzulescuMihail Kogalniceanu

Les Premiers Ministres de l’histoire

Galerie des anciens Premiers ministres de la Roumanie de l'histoire

  • Galerie de photos

    Galerie de photos

    Des photos des événements et des activités auxquels participe le Premier ministre, et des activités déroulées au palais Victoria

    Lire la suite
  • Communiqués

    Communiqués

    Les communiqués de presse les plus récents sur le travail du Premier ministre et du Conseil des ministres du gouvernement.

    Lire la suite
  • Gouvernance

    Gouvernance

    La situation politique difficile à laquelle Roumanie est confrontée aujourd'hui nécessite la promotion d'un programme gouvernemental doté d'objectifs à court terme qui préparera les réformes nécessaires pour moderniser la Roumanie dans un esprit européen.

    Lire la suite
  • Conseil de Ministres

    Conseil de Ministres

    Le Premier ministre conduit le Gouvernement et coordonne l`activité de ses membres dans le respect des leur attributions

    Lire la suite