Gouvernement de la Roumanie



Mercredi, 29 Juillet

Déclarations de presse du Premier ministre Ludovic Orban et d`autres membres du Cabinet au début de la réunion du gouvernement


Ludovic Orban: Nous avons décidé de tenir deux réunions du gouvernement cette semaine. La réunion d'aujourd'hui est destinée aux sujets liés à la modification de l`Arrêté du   gouvernement sur l'état d'alerte, sur proposition du Comité national des situations d'urgence. Nous devons également débattre de l'Ordonnance d'urgence sur les allocations et nous devons encore débattre de la question des fonds européens. Je vais commencer par les fonds européens. Je demande aux ministères d'être pleinement associés à la préparation de l'Accord de partenariat, car à partir du 31 juillet, nous lançons dans le débat public la structure des programmes au sein du MFF, dans le cadre du budget pluriannuel 2021-2027. Je demande également aux ministères, sous la coordination du ministère des Fonds Européens, du ministre Boloș, de présenter toutes les propositions de projets, afin de pouvoir financer ces projets dans le cadre du programme de résilience et de relance. Je vous rappelle que la première forme de ce programme devra être présentée à la Commission européenne en octobre. Toutes les propositions de projet que vous formulerez pour faire partie du Programme de résilience et de relèvement doivent prendre en compte quelques éléments. Ils doivent avoir un degré de préparation, car les projets doivent être approuvés dans un délai très court, 2021-2022 - 70%, qui sont conditionnés par les développements économiques, les 30% restants en 2023. Plus que cela, les projets doivent être achevés d'ici 2026. Donc, ici, tous les projets que nous introduisons pour être financés dans le cadre du Programme de résilience et de relance, le financement de la e nouvelle génération UE, doivent avoir un niveau de préparation préalable, de sorte qu`il nous soit est très facile d'arriver à la signature de contrats de financement dans un laps de temps très court, 2021-2022 - 70% et 2023, le reste. De plus, vous devez prendre en compte - bien sûr, nous aurons le projet de règlement prochainement - toutes les dispositions qui existeront dans le projet de règlement et les conditionnalités qui seront imposées pour accéder à ces fonds, une partie, des subventions, une partie des prêts, afin que nous soyons préparés à une absorption rapide des fonds dans le cadre de ce programme. Donc, je le répète, mobilisation. Toutes les équipes que vous avez doivent inventorier toutes les propositions de projets qui peuvent être financées dans le cadre du MMF et de la Nouvelle Génération UE, afin que nous soyons préparés le plus tôt possible à l'absorption de ces fonds extrêmement importants de 80 milliards d'euros. Le deuxième sujet, celui lié à la modification de `Arrêté du  gouvernement concernant l'état d'alerte. Hier, nous avons eu la réunion du Comité National des Situations d'Urgence et sur proposition des spécialistes du Conseil d'Appui Technico-Scientifique, nous avons formulé quelques propositions pour le gouvernement, à adopter dans le cadre de l`Arrété  du gouvernement sur l'état d'alerte. Les mesures les plus importantes sont: la possibilité de limiter le programme pour les terrasses en particulier, mais aussi d'autres activités économiques similaires. Cette limitation des programmes doit être décidée par le Comité national pour les situations d'urgence, soit sur proposition des comités départementaux pour les situations d'urgence, soit sur proposition du Groupe d'appui technico-scientifique, pour les localités / départements où il y a un niveau élevé de virus. Aussi, concernant l'organisation de l'activité sur les terrasses, la proposition du Comité National des Situations d'Urgence est de limiter le nombre de clients qui se trouvent en même temps sur les terrasses au nombre de places disponibles. Nous savons très clairement que de nombreuses terrasses se transforment simplement en discothèques, en clubs. En fait, il existe des clubs déguisés - et ici il est évident que le risque épidémiologique est très élevé dans le cas d'activités autres que la restauration ou la consommation de boissons alcoolisées ou non alcoolisées, et alors la mesure que nous allons imposer est de limiter le nombre clients au nombre de places qui existent sur les terrasses. Aussi, la proposition du Comité national des situations d'urgence est d'imposer l'obligation de porter un masque en plein air, dans certains espaces, à certains intervalles de temps. Pratiquement, nous habiliterons les Comités départementaux pour les situations d'urgence à décider de cette mesure obligatoire de porter un masque dans certains espaces ouverts qui sont très encombrés et où il n'y a aucune possibilité d'assurer une distance de protection physique d'au moins 1,5 mètre. Il existe de nombreux espaces extérieurs avec une telle agglomération. Il s`agit de marchés, des marchés très encombrés, où les circuits ne permettent pas de maintenir la distance physique, où se forment des files d'attente, où même l'interaction entre vendeurs et clients est très étroite. Il s`agit, par exemple, des falaises, j'ai donné l'exemple de la falaise de Galati. Le samedi et le dimanche, entre 19h et 22h, il y a une foule où l`on peut difficilement garder la distance physique de protection. Il s'agit de foires, il s'agit de différentes festivités ou célébrations. D'autant que pendant la période électorale il y aura des journées organisées des localités et d'autres types d'activités et qu'il faudra ici prendre de telles mesures pour obliger le port d'un masque. Bien entendu, la mesure ne concerne que certains espaces extérieurs et uniquement dans les intervalles de temps en cas d`agglomération. En outre, il existe des quais des gares, en particulier sur les itinéraires très fréquentés, où la distance physique ne peut être maintenue. Aussi, dans les gares, lieux d'attente des moyens de transport. Il y a certaines usines, lorsque les gens quittent leur travail et surtout ceux à transporter en bus, qui attendent les moyens de transport, une très grande agglomération se crée et il y a un risque accru de propagation du virus, et la protection de la santé peut être dispose par l'obligation de porter un masque. La procédure sera donc, nous autorisons, par Arrêté du  gouvernement, dans l`annexe, l'adoption de telles décisions  par les Comités Départementaux des Situations d'Urgence, sur proposition des Directions de la Santé Publique, qui doivent procéder à une évaluation des risques épidémiologiques pour différentes catégories de activités, elles seront commandées localement, c'est-à-dire que le Comité Départemental ordonne le port du masque pour certaines activités et dans les intervalles de temps dans lesquels il y a l`agglomération. Ce sont, en général les  propositions formulées par la CNSU et nous devrons débattre du projet d`Arrêté  sur la base de la proposition formulée par le Comité national des situations d'urgence. Mme la ministre Alexandru, sommes-nous prêts avec l'ordonnance d'urgence sur les allocations?
Violeta Alexandru: Bonjour, M. le Premier ministre! Bonjour, chers collègues! Oui, le Ministère du Travail et de la Protection Sociale présentera aujourd'hui, lors de la réunion du gouvernement, le projet d'ordonnance d'urgence qui prévoit expressément le doublement des allocations familiales du montant prévu par la nouvelle loi, 300 RON pour les enfants entre 2 et 18 ans, respectivement 600 pour ceux entre 0 et 2 ans et pour les enfants handicapés de 0 à 18 ans. Le calendrier que je propose pour pouvoir bénéficier du soutien nécessaire dans le budget de cette année et pour les années à venir serait le suivant: une augmentation de 20% à partir du 1er septembre de cette année, et les augmentations suivantes devraient être faites par étapes, en ce sens que deux fois par an, l'année prochaine, le 1er janvier et le 1er juillet, de 20% et pareil, en 2022, si vous êtes d'accord.
Ludovic Orban: Donc, pratiquement, l'indemnité doublée sera à compter du 1er juillet 2022?
Violeta Alexandru: Oui. Ensuite, tout sera couvert ...
Ludovic Orban: Bien sûr, nous avons vu les prévisions et effectivement, nous pouvons avoir des ressources au rythme de l'augmentation des allocations.
Violeta Alexandru: J'ai eu des consultations avec mes collègues, le ministre des Finances, le ministre de la Justice, c'est la proposition que nous formulons et dont nous discuterons, bien sûr, ensemble lors de la réunion.
Ludovic Orban: Vous proposez donc de mettre à l'ordre du jour l'ordonnance d'urgence pour augmenter les indemnités.
Violeta Alexandru: Je vous demanderais de considérer l'augmentation, cette proposition d'augmentation des allocations, afin que nous puissions avoir un cadre réglementé dès cette semaine. Je vous remercie!
Ludovic Orban: D'accord. Monsieur le Ministre Tătaru, vous savez qu'il y a eu plusieurs discussions liées au traitement des patients dans les unités de soins intensifs et je voudrais savoir comment nous en sommes et quelles mesures vous avez préparées pour augmenter le nombre de lits dans les services ATI pour les patients COVID.
Nelu Tataru: Oui. Comme vous le savez, nous disposons aujourd'hui, à ce jour, de 840 lits en réanimation, dont, comme nous le savions d'après le rapport du Comité de ...
Ludovic Orban: Donc 840 avec tout ce dont on a besoin.

Nelu Tătaru: Avec tout ce dont on a besoin.
Ludovic Orban: Avec des ventilateurs, des injecteurs, des moniteurs.
Nelu Tătaru: Et en ce moment, 112 patients sont intubés, sur 377.
Ludovic Orban: 377 hospitalisés, seulement 120 intubés.
Nelu Tătaru: Seulement 120 sont intubés.
Ludovic Orban: Peut-être qu'une solution devrait être trouvée ici, surtout ceux qui sont sortis de la ventilation et leur santé s'est améliorée, peut-être pouvons-nous organiser, disons, des sections intermédiaires, où ils peuvent être oxygénés, évidemment, avec les moyens respectifs, afin que nous puissions mettre à disposition des lits s'il est nécessaire de traiter des patients en réanimation.
Nelu Tătaru: Oui, nous avons cela à l'esprit. J'ai parlé aux responsables de chaque hôpital.
Ludovic Orban: Ici, nous avons discuté du renforcement des capacités à Bucarest. Il s`agit de l'Hôpital du département d'Ilfov, de l'Hôpital Witing CFR 1, c'est ...
Nelu Tataru: Elias.
Ludovic Orban: ... la section externe d'Elias, qui a été réalisée par "Donner la vie". Il doit également être opérationnalisé non pas pour les lits ATI, un espace organisé par Auchan et les autres sociétés sur Chitila et aussi l'espace qui ...
Nelu Tătaru: De Pipera.
Ludovic Orban: ... appartient à Victor Babeș de Pipera.
Nelu Tătaru: Oui, il y a là-bas 500 lits. Nous allons opérationnaliser dans une première phase cent et dans les semaines à venir jusqu'à 500.
Ludovic Orban: Il faut donc augmenter le nombre de lits dans les zones où l'augmentation est évidente, à Brasov.
Nelu Tataru: Brasov.
Ludovic Orban: Je comprends qu'il existe un projet de salle modulaire d'un hôpital modulaire qui ne comprend que les lits.
Nelu Tătaru: Oui, 28 lits ATI. La date limite est le 21 août. Espérons que ce soit encore plus tôt.
Ludovic Orban: Je comprends! A Cluj, j'ai compris qu'il y avait un projet pour augmenter la capacité de traitement en soins intensifs.
Nelu Tătaru: à la fois à Cluj et à Târgu Mureș. A Târgu Mureș, comme vous le savez, nous avons aussi cet hôpital /.../
Ludovic Orban: Eh bien, j'y ai été avec le président.
Nelu Tătaru: ... Au sein de l'Université de médecine et de pharmacie et il peut y avoir ...
Ludovic Orban: Il y a donc là-bas une très bonne dotation et je pense que 15 à 20 places de soins intensifs peuvent être créées dans la section externe de l'Hôpital départemental et là et il y a du personnel médical.
Nelu Tataru: Exactement.
Ludovic Orban: Ici, vous devez vous assurer que nous fournissons du personnel médical dans tous les espaces, si vous n'y allez pas sur une base volontaire, alors par détachement.
Nelu Tătaru: Nous avons, nous avons au niveau ...
Ludovic Orban: Une évaluation très sérieuse doit être faite ici du personnel qui existe dans les unités de soins intensifs des hôpitaux non-Covid. Une évaluation réaliste doit être faite du nombre de cas traités et détachés et de tous ceux qui ne sont pas actifs ou qui n'ont pas une charge de travail suffisante. Ici, je crois vraiment qu'il faut faire appel à l'empathie et je ne crois pas qu'un médecin ou un professionnel de la santé puisse laisser des patients non traités, là où il y a de telles situations.
Nelu Tătaru: Non, je suis sûr ...
Ludovic Orban: Aussi, n'oubliez pas de préparer une nouvelle ligne de défense, s`il y a une augmentation ...

Nelu Tataru: Oui, nous sommes prêts.
Ludovic Orban: ... le nombre de patients - oui?
Nelu Tătaru: Nous nous préparons.
Ludovic Orban: D'accord, merci!
Nelu Tătaru: Merci aussi!
Ludovic Orban: Merci aux médias.