Gouvernement de la Roumanie



Mercredi, 03 Août

Le Premier ministre Nicolae Ciucă a présidé la première réunion en 2022 du Comité interministériel pour le Développement durable


La réunion du Comité interministériel pour le Développement durable convoquée par le Premier ministre Nicolae-Ionel Ciucă a eu lieu aujourd'hui, au Palais Victoria, pour analyser l'état de mise en œuvre de la Stratégie nationale de développement durable de la Roumanie 2030. Au cours de la réunion a été approuvé l'ensemble des indicateurs nationaux de développement durable.

 

« Au-delà des institutions et des législations propres à l'action gouvernementale, le développement durable est avant tout une question de qualité de vie, de personnes. Afin de réaliser ce que nous avons prévu de faire, nous avons besoin d'une vision, de stratégies, de plans d'action mis en pratique à travers un réseau interinstitutionnel et corrélés avec deux autres ancres de perspective : la mise en œuvre du Plan national de relance et de résilience et l'adhésion de la Roumanie à l'OCDE , l'organisation économique la plus puissante. Le système de suivi et de rapporter  développé grâce aux actions au Développement Durable nous aide à agir efficacement et à avoir une vision plus claire, y compris de l'impact des réformes et des projets financés par divers fonds internationaux, ce qui est très important surtout dans les conditions où les investissements sur lesquels nous soutiendrons au cours de la prochaine période du programme national de relance et de résilience et de l'exercice financier européen 2021-2027 sont à un niveau record pour la Roumanie », a déclaré Nicolae-Ionel Ciucă.

 

Le Comité Interministériel du Développement Durable a été créé à l'initiative du Département pour le Développement Durable dans le cadre institutionnel de mise en œuvre de la Stratégie de Développement Durable approuvée en 2018. Le Conseiller d'Etat László Borbély, coordinateur du Département pour le Développement Durable, a réitéré l`l'importance du suivi des indicateurs et de la réalisation de politiques publiques axées sur les données.

 

"La Roumanie est l'un des États qui a pris des mesures décisives pour mettre en œuvre l'Agenda 2030 pour le développement durable. Le cadre interinstitutionnel que nous avons créé est apprécié au niveau des organisations internationales les plus importantes telles que l'Organisation de coopération et de développement économiques et les Nations Unies, qui nous ont récompensés l'année dernière pour l'innovation et l'efficacité de l'administration publique. En effet, nous avons encore de nombreux écarts à combler au niveau des valeurs de certains indicateurs, comme dans le domaine de l'éducation où le taux de décrochage scolaire est de 15 %, soit près du double de la moyenne européenne. Dans d'autres, par exemple la part des énergies renouvelables dans la consommation finale, nous sommes à un pourcentage d'environ 25 %, quelques points de pourcentage au-dessus de la moyenne européenne de 22 %. Il est très important d'avoir une image claire de là où nous en sommes, de fixer clairement nos objectifs et de mesurer l'impact de nos actions afin que nous ayons vraiment un présent et un avenir durables », a déclaré le conseiller d'État László Borbély.

 

A l`ordre du jour il y a eu aussi  les sujets suivants :

 

   - Le Code roumain de durabilité - un outil pour rapporter à la disposition des entreprises sur le modèle allemand qui soutient les utilisateurs qui recherchent les meilleures pratiques dans le domaine de la durabilité

 

     -Le programme de formation post-universitaire et de développement professionnel pour le métier "expert en développement durable" - 150 personnes suivront le cursus post-universitaire à l'automne, et d'ici 2026 le Plan National de Relance et de Résilience vise à atteindre l'objectif de 2000 personnes formées.

 

   - La stratégie nationale d'économie circulaire, qui sera adoptée d'ici fin septembre.